Ecologie-Intelligence-Solidarité

Pour la fondation d'une France bâtie sur l'intelligence.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Berlusconnerie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
sympatik
Calife


Nombre de messages : 454
Date d'inscription : 29/12/2005

MessageSujet: Berlusconnerie   Mar 11 Avr 2006 - 12:17

Drôle de douche écossaise en Italie, j'ai personnellement suivi l'avancée très contradictoire des sondages et résultats tout au long de la soirée.
A priori, l'Unione emmenée par Prodi a 25 000 voix d'avance aux législatives et donc la prime au 1er qui lui assure une confortable majorité.
Mais Berlu a 1 siège d'avance au Sénat dans l'attente du décompte des votes des italiens de l'étranger... et il veut un recomptage total des bulletins au plan national.

Au-delà des résultats en eux-mêmes, je reste stupéfait que tant d'italiens aient pu choisir de reconduire un tel gugusse à la tête du pays...
C'est très inquiétant sur l'efficacité de la propagande télévisuelle auprès d'un certain nombre d'électeurs peu politisés à la base, car les sondages d'il y a 2 semaines (les derniers autorisés) donnaient entre 3 et 5 points d'avance à la coalition de gauche.
Or, un candidat lifté multipliant les propos démagogiques (suppression de la taxe d'habitation) ou les formules à l'emporte pièces teintées de populisme semble avoir été capable de remonter un tel écart en quelques jours.

C'est dire que la gauche n'a pas encore gagné en France en 2007 face à Sarko, dont on peut penser qu'il a suivi de près ces élections italiennes.

_________________
Le libéralisme, c'est le renard libre dans le poulailler libre - Jean Jaurès
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stephane
Calife


Nombre de messages : 963
Localisation : paris
Date d'inscription : 20/12/2005

MessageSujet: Re: Berlusconnerie   Mar 11 Avr 2006 - 12:39

J'ai réalisé pour le plaisir un petit modèle mathematique simple permettant d'estimer la montée de l'extremisme en France.
postulat du modèle simple: "l'extremisme génère de l'extremisme".
Cela n'est pas completement idiot, car dans un monde démocratique plus il y a d'extremistes, et plus la pensée extremiste est diffusée (on peut considerer la diabolisation comme une forme de diffusion, surtout dans un monde ou la peur du "devenir rien" est de mise), et donc plus elle peut rassembler.
La croissance x' de l'extremisme est proportionnelle à l'extremisme actuel x. Cela revient à résoudre l'équation differentielle:
x'=kx
Bien sûr le modèle est faux dans le long terme.
Toutefois je l'ai testé à partir des résultats des élections presidentielles depuis 1981, on peut juger que les chiffres sont significatifs, car les extremistes pouvaient voter sans craintes de voir leur pire ennemi (l'extremisme d'en face) acceder obligatoirement au pouvoir. En 2007, beaucoup d'extremistes de gauche risque d'avoir un vote plus modérer pour ne pas reproduire un 2002, et les chiffres ne seront plus significatifs.

Mon modèle prevoit:

En 1988, 8 572 592 extremistes votants, il y en a eu 7 949 644 l'erreur est de 622 947 de personnes.

En 1995, 13 314 475 extremistes votants, il y en a eu 10 532 186 l'erreur est de 2 782 288 de personnes.

En 2002, 20 679 304 extremistes votants, il y en a eu 19 637 238 l'erreur est de 1 042 065 de personnes.

Le mouvement va obligatoirement stagner, et il faudrait que nous definissions ensemble les facteurs qui le feront necessairement baisser, car sinon, aux élections de 2022, il y aura plus d'extremistes que de français.
Ce qui est inquiétant, c'est qu'à l'heure actuelle l'extremisme monte de manière exponentielle.

regardez mon post sur la montée de l'extremisme: http://france-intelligente.bbflash.net/viewtopic.forum?t=74
qui n'a fait réagir personne! Tout les extremistes modérés prennent le pouvoir, pas à pas, on se dirige vers une crise idéologique mondiale extremement grave.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stephane
Calife


Nombre de messages : 963
Localisation : paris
Date d'inscription : 20/12/2005

MessageSujet: Re: Berlusconnerie   Mar 11 Avr 2006 - 18:12

sympatik a écrit:

Au-delà des résultats en eux-mêmes, je reste stupéfait que tant d'italiens aient pu choisir de reconduire un tel gugusse à la tête du pays...
Vous comprenez sans doute pourquoi je donne une si grande importance à la place que doit tenir l'intelligence dans notre pays.
C'est pour eviter ce genre d'animal dans notre pays qu'il faut tout miser sur l'education nationale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fourmi
second secretaire
second secretaire


Nombre de messages : 877
Age : 67
Localisation : Agii Deka (Crète)
Date d'inscription : 21/12/2005

MessageSujet: Re: Berlusconnerie   Mar 11 Avr 2006 - 18:51

Citation :
C'est pour eviter ce genre d'animal dans notre pays qu'il faut tout miser sur l'education nationale.

Nous vivons en France, en Europe et sur la planète entière une telle époque "troublée", voire "chaotique" que, comme toujours dans les moments où les humains, ayant perdu tous repères, ne savent plus "à quel saint se vouer", le risque de voir apparaître des "dictateurs" de tous acabits est grand...

Dans ce genre de contexte, ce sont les apparences , l'affectivité, plus que l'"intelligence", la raison ou le pragmatisme qui l'emportent...

Certains voient en Sarko un "sauveur".... d'autres voient en Ségolène une Madone ("Ah ! Marie, si tu savais, tout le mal que l'on me fait...")... d'autres encore ne veulent pas de changement...

Le TEMPS, maître de l'Univers disent certains de nos ancêtres, est en route à montrer aux hommes qui voulaient organiser leur destin en servant l'argent comme un dieu, que certains chemins ne sont pas les meilleurs...

En attendant, nous sommes dans un pays où des jeunes en masse ont été conduits dans la voie d'études universitaires qui ne leur apportent pas le travail indispensable à une installation minimale dans la vie... pour ne prendre qu'un exemple, le plus récent, des insuffisances criantes de notre organisation sociale.

Cordialement

fourmi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.origines.fr.st
Nimzegin
seconde conseillère
seconde conseillère


Nombre de messages : 187
Date d'inscription : 06/01/2006

MessageSujet: Re: Berlusconnerie   Mar 11 Avr 2006 - 23:11

A l'appel de Berlusconi il devrait se former une grande coalition nationale sur le modèle de l'allemagne. On voit bien que les clivage droite/gauche n'existent plus. De plus en plus de pays, ont des résultats à 50/50 ou 45/55, on ne gouverne pas avec un tel "score"
Il va falloir revoir tout le vocabulaire politique et aller à l'essentiel. Tout le monde se fout des chipotages au sein même des partis politiques, ce qui créent d'autres partis... on n'en sort pas !
Il ne faudrait plus dire D/G mais plutôt parti des libéraux, parti des sociaux libéraux, parti des démocrates, parti des républicains, etc ...... Et même... certains socialistes sont libéraux..... Very Happy
Il y a trop de partis en France, ça fini par décrédibiliser la démocratie, et voter ne veut plus rien dire, car personne ne nous représente vraiment
Choisir entre 4 bannières serait grandement suffisant
En Italie c'est encore différent, car l'Eglise à pignon sur rue, et les berlusconniens se sont mobilisés à l'appel du Pape, l'Eglise est aussi une grande force politique, surtout dans la région de Rome ... obligé
Je pensais que les régions mafieuses allaient voter à droite, étonnamment elles ont voté à gauche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stephane
Calife


Nombre de messages : 963
Localisation : paris
Date d'inscription : 20/12/2005

MessageSujet: Re: Berlusconnerie   Sam 15 Avr 2006 - 18:26

le monde a écrit:
La polémique sur les "fraudes massives" et les "magouilles en série" dénoncées par Silvio Berlusconi, le chef de gouvernement sortant, s'est dégonflée, vendredi 14 avril, après l'annonce par le ministère de l'intérieur italien d'une "erreur matérielle" dans le comptage des bulletins de vote "douteux" après les élections législatives des 9 et 10 avril. "Le nombre des bulletins contestés se réduit de 43 028 à 2 131 pour la Chambre des députés, et de 39 822 à 3 135 pour le Sénat", précise un communiqué officiel, expliquant que dans certaines provinces des bulletins "contestés" avaient été mélangés aux "nuls" et aux "blancs".


Du coup, les vérifications en cours ne risquent pas de modifier les résultats du scrutin qui donnent à la gauche une avance de 25 224 voix à la Chambre (348 sièges sur 630) et 158 sièges sur 315 au Sénat. Les résultats définitifs que la Cour de cassation devrait annoncer après le week-end de Pâques confirmeront le succès du centre gauche dans les deux assemblées. "La partie est finie, cela me fait plaisir, l'heure est venue de reconnaître ma victoire et d'en finir avec cette étrange comédie", s'est exclamé Romano Prodi, vendredi soir, à son domicile de Bologne.

"STRATÉGIE DE LA TENSION"

Le matin même, l'ensemble de la presse s'était agacé du "coup de bluff du Cavaliere", dont les accusations avaient été qualifiées par le président de la République de "déconcertantes". La Repubblica, proche du centre-gauche, dénonçait une "farce sordide". Le quotidien économique Il Sole 24 ore s'inquiétait de la tactique adoptée par le perdant : "S'il s'agit de tenir en échec en permanence la législature en soumettant le gouvernement à une délégitimation quotidienne, le pays entrerait dans un tunnel sans fin." Dans un entretien au Corriere della sera, le président des Démocrates de gauche (DS), Massimo D'Alema, invitait M. Berlusconi à cesser "ce qui apparaît comme une vraie stratégie de la tension". Enfin, La Stampa, dans un éditorial très dur, exhortait "qui détient encore des charges institutionnelles à retrouver, sinon la sérénité, du moins le sens du devoir".

M. Berlusconi n'a pas pour autant désarmé : "J'attends le décompte officiel et j'espère en une victoire de la Maison des libertés (nom de la coalition de centre droite)", a-t-il déclaré, vendredi soir, à Milan, où il assistait au derby de football entre son club, le Milan AC, et l'Inter. Dans l'après-midi, il avait incité les jeunes de son parti, Forza Italia, à ne pas baisser les bras : "Nous résisterons."

Samedi 15 avril, dans une lettre ouverte publiée par Il Corriere della Sera, le président du Conseil sortant s'accroche au match nul. Il écrit : "Nous sommes dans une impasse, sans vainqueur ni vaincu", qui requiert de "réfléchir ensemble à des solutions neuves". Ainsi, reprenant son idée de "grande coalition" à l'allemande, il propose à M. Prodi "une entente partielle et limitée dans le temps pour affronter les échéances institutionnelles, économiques et internationales du pays".

L'hypothèse a été aussitôt jugée "irrecevable" par Massimo D'Alema. Elle a déconcerté ses propres partenaires au sein de la coalition de droite, plutôt enclins, depuis deux jours, à reconnaître la victoire de Romano Prodi et du centre gauche. Sur la forme, ils reprochent au "Cavaliere" d'avoir fait cette proposition sans concertation préalable. "En continuant sur cette voie, il va détruire la Maison des libertés", a jugé le ministre de la justice, Roberto Castelli, l'un des responsables de la Ligue du Nord.
Jean-Jacques Bozonnet
Article paru dans l'édition du 16.04.06

Cela tient du miracle démocratique, esperons que prodi saura mener l'Italie vers la raison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Berlusconnerie   Aujourd'hui à 23:25

Revenir en haut Aller en bas
 
Berlusconnerie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ecologie-Intelligence-Solidarité :: Politique :: Politique Internationale-
Sauter vers: