Ecologie-Intelligence-Solidarité

Pour la fondation d'une France bâtie sur l'intelligence.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 POURQUOI la VIOLENCE à l'ECOLE !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
fourmi
second secretaire
second secretaire
avatar

Nombre de messages : 877
Age : 68
Localisation : Agii Deka (Crète)
Date d'inscription : 21/12/2005

MessageSujet: POURQUOI la VIOLENCE à l'ECOLE !   Mer 7 Avr 2010 - 18:17

Lettre à Monsieur SARKOZY en date du 7 avril 2010...


Citation :


Monsieur le Président,

La violence à l'école est un thème d'actualité brûlant...

On peut ainsi lire, dans le "FIGARO" :

]http://plus.lefigaro.fr/article/ecole-chronique-de-la-violence-ordinaire-20100407-163186/commentaires?page=4

... et mon intervention dans les commentaires :

Citation :


MiXalis

Bonjour,

Que dire devant ce triste bilan.... !

Je constate qu'à REIMS, le 12 mars, une enseignante qui s'interposait entre deux élèves lors d'une bagarre a été menacée par un couteau.

En janvier 1995, à REIMS, deux de mes élèves se disputaient et Cédric menaça Stéphane de l'égorger. Je réagis pacifiquement mais vigoureusement. Je devins "l'instituteur au couteau", fit la une des journaux, passa à la télé... fut jugé, sanctionné DEUX fois pour la même prétendue faute ( Etat et Administration) pour être "radié des cadres" en 1999, mon épouse m'ayant quitté , ayant mon fils à charge...

J'ai tenu bon afin que chacun sache ce qui se TRAME dans la "Grande maison" et l'Etat qui la dirige.

Des éléments OBJECTIFS ici : aller sur Google, taper " affaire du couteau FOURNIER REIMS " et le premier sujet de la première page vous parle de cette triste histoire ( http://origines1.chez-alice.fr/affcout.doc...) pour laquelle j'attends toujours réparation ( une demande d'amnistie par mesure individuelle déposée en 1996 n'a toujours pas eue de réponse : le Ministère n'a pas encore eu le temps de la traiter !!!!)

Cordialement

Michel FOURNIER

[/size]


OUI, VOUS êtes responsable, avec vos prédécesseurs, Mitterrand en tête, de ce qui M'EST ARRIVE, de ce qui arrive aujourd'hui.

Je me suis SACRIFIE DELIBEREMENT pour que le SCANDALE qui EXISTE dans l'EDUCATION NATIONALE, son OMERTA, soit exposé au grand jour.

J'ai accepté TOUT ce que j'ai subi, en ai fait la PUBLICITE depuis 15 ans pour empêcher les enseignants d'exercer leur AUTORITE en craignant leur hiérarchie, les médias, les politiques.

C'est la REVELATION de la faillite du système où vous avez ôté aux enseignants la confiance en eux...

J'attends TOUJOURS ma réhabilitation PUBLIQUE qui sera, pour TOUS, la PREUVE que VOUS et les VÔTRES voulez vraiment le changement !

Reconnaissez VOS erreurs passées, REPAREZ-LES en commençant par celle commise à mon encontre et le monde sera de nouveau sur les bons rails….

Avec mes salutations humanistes et fraternelles.

Michel FOURNIER



Oui, Monsieur le Président, vous et vos prédécesseurs, avec les SYSTEMES que vous entretenez pour mieux rester en poste, avez causé la faillite du système... faillite que j'ai accélérée délibérément dès 1984 ... suite aux premières erreurs GRAVES dont je fus victime de la part de l'administration de l'Education Nationale...


Que s'est-il alors passé ????

En 1979, je suis brillammment reçu au diplôme de Directeur d'Etablissement Spécialisé à Beaumont-sur-Oise.
Je choisis d'exercer en S.E.S. (Section d'Education Spécialisée), y "flairant" une affaire horrible... car j'ai , en 1974, obtenu mon CAEI après un an de stage à REIMS ... stage où j'ai appris et étudié la façon dont on décidait de la "DEBILITE" des enfants !!!!

Je suis affecté à la SES du Collège Trois Fontaines de REIMS et je mets immédiatement en pratique TOUT ce qui m'a été enseigné et qui correspond à ce qui me convient : "Donner le plus à ceux qui ont le moins."

Avec des collègues volontaires, nous élaborons un PROJET PEDAGOGIQUE qui donne , en 4 ans , des résultats incroyables, sans investissements matériels spéciaux, juste de l'AMOUR et du DEVOUEMENT : UN TIERS de nos élèves pourtant diagnostiqués comme "déficients intellectuels" avaient trouvé un niveau SCOLAIRE équivalent au niveau des enfants et adolescents de leur âge ... ils n'étaient plus DEBILES !

En octobre 1984, je sollicite de mon Inspecteur Spécialisé, Mr LACROUTS (celui qui m'avait formé en 1974 et qui n'avait JAMAIS exercé en SES), un poste de professeur d'anglais afin de remettre à niveau nos élèves dans cette matière .

Il vient me voir et, apprenant que le 1/3 de mes élèves doit retourner en cycle normal, il s'écrie : " Vous êtes FOU ! Si vous videz l'établissemnt de ses élèves, qu'allons-nous faire des professeurs ? ".

Le 18 octobre, il écrit à l'Inspecteuir d'Académie une lettre surréaliste qui se termine ainsi : " Le cas de Mr FOURNIER ne me paraît nullement relever de la sanction disciplinaire. Comment sanctionner le zèle, même s'il est intempestif ? Ce cas me semble relever de compétences qui ne sont pas les nôtres. "

En février 1985, je suis convoqué pour une expertise psychiatrique auprès du Professeur Delisle, à REIMS, qui me trouve "normal" mais aimerait, me dit-il, voir le cas de ceux qui m'envoient à lui.

En juillet 1985, je suis convoqué devant une Commission Rectorale de "retrait d'emploi" ... on me précise A DEUX REPRISES qu'il ne s'agit pas d'une Commission Disciplinaire, mais que je puis amener les témoins de mon choix pour me défendre. ( SIC ! ).... et on décide de me retirer mon emploi de Directeur de S.E.S.. " DANS l'INTERÊT du SERVICE" pour "ZELE INTEMPESTIF" !!!!

Les conséquences sont lourdes : financières, bien sûr, mais aussi familiales car je perds mon logement de fonction alors que j'ai 4 enfants à charge et une épouse qui ne travaille pas !

On m'affecte sur un poste d'instituteur en CLIS ( ou CLAP.. enfin, ce que l'on appelait autrefois "classe de perfectionnemen) dans un quartier ghetto de REIMS , le quartier WILSON (oui, RTEIMS, Ville des Sacres, a de "superbes" quartiers ghettos !), à l'Ecole Ravel.

Là, je reprends, après une année d'observation, mes actions ... et de 2 CLIS fermées, on passe bientôt à une CLIS fermée et une ouverte pour réinsérer les enfants.
Dans le même temps, j'agis pour que l'Ecole se transforme en profondeur, sollicitant les enseignants et la Directrice.... qui finit par ne plus apprécier, elle aussi, mon zèle....

Alors, en janvier 1995, profitant d'une affaire où j'ai sauvé la VIE d'un élève, déformant cette affaire en me faisant passé pour un dangereux personnage (c'était à cette époque un procédé classique et nombre de mes collègues sont passés "à la trappe" pour un coup de pied aux fesses, pour une oreille tirée, pour un froncement de sorcils ... si bien qu'on a maintenant cfe formidable sketch : http://www.lesmotsontunsens.com/jean-dell-sketch-instituteur-gifle-baffe-professeur-prof-audio ) , on fait de moi "l'instituteur au couteau".

http://origines1.chez-alice.fr/affcout.doc

Je suis alors sanctionné DEUX fois pour une faute qui n'en est pas une : 6 mois de prison avec sursis et 5 ans d'interdiction d'enseigner par la Justice, deux ans d'exclusion de fonctions sans rémunération de la part de l'Education Nationale ( cela veut dire que je restais membre de l'EN mais que je ne pouvais travailler dans l'EN et donc ne pouvait RIEN percevoir !).

Petits boulots, charité publique m'ont permis de nourrir les miens...

Juin 1997, date théorique de ma réintégration... et on m'affecte dans un CROUS de REIMS où je n'ai strictement RIEN à faire... je suis mis en "maladie" par un médecin.

Septembre 1997, on m'oublie et je ne sais que faire ( je perçois toutefois mon salaire).

Septembre 1998, la Mairie de REIMS s'interroge car je suis toujours dans un logement de fonctions ... et l'Inspection Académlique m'envoie une lettre recommandée pour m'affecter dans un autre CROUS.

Hélas, je ne trouve pas l'avis de passage qui m'avise de cette lettre et , bien sûr, je ne vais pas la chercher à la Poste.

L'inspecteur d'Académie, Mr Salines, découvrant en janvier que je n'ai pas récupéré la lettre, SANS MÊME en envoyer une seconde, prononce, avec une décision entachée d'irrégularités graves, ma "radiation des cadres"...

PLUS DE SALAIRE et mon fils à charge... car mon épouse est partie.... vidant le compte bancaire commun..

Des aides sociales, des aides charitatives, des petits boulots... mais rien de l'ANPE : que faire d'un ancien instit âgé de 50 ans... qui va être en retraite dans 5 ans....

Cela veut dire 5 ans de RMI, avec des humiliations permanentes car il faut aller manifseter que l'on cherche un emploi...

Dans le même temps, des procédures judiciares ... contre l'Inspecteur d'Académie ( nous irons jusqu'au Conseil d'Etat pour être déboutés suite à une erreur STUPIDE de mon avocat, Maître Emmanuel LUDOT qui, couvert par sa confraternité avocassière, ne sera même pas inquiété, en dépit de plaintes déposées contre lui !), contre l'Etat, et une demande d'amnistie par "mesure individuelle" déposée en 1995 et renouvelée officellement, en conformité avec la LOI, en 1996 !

Parlons-en, de cette amnistie : en 1998, je sollicite le médiateur de la République, Mr Bernard STASI, qui finit par me répondre que je dois attendre car l'Elysée a demandé un rapport au Ministère de l'Education et que celui-ci, débordé, n'a pas encore eu le temps de faire le nécessaire....

NOUS SOMMES EN 2010 et JE N'AI TOUJOURS PAS DE REPONSE alors que je renouvelle ma demande de réponse chaque année... et une fois encore par ce courrier !

Je prie tout un chacun de calculer l'impact FINANCIER ( rien que cela) de cette affaire... impact qui a chaque MOIS ses conséquences : il me manque 7,5 années d'ancienneté , ce qui représente 15 % de moins, chaque mois, sur ma modeste pension de retraite !!!!... sans compter les années sans salaire, les avantages en nature perdus, les humiliations, les problèmes familiaux...

MAIS j'ai accepté tout cela et l'ai EXPLOITE LARGEMENT...

Par TOUS moyens, j'ai CONSTAMMENT informé D'ABORD les enseignants, puis le GRAND PUBLIC, de ce qui se passait...

Mes "collègues" enseignants, réalisant ce qu'ils risquaient s'ils intervenaient auporès de leurs élèves, ont cessé de faire usage du MINIMUM d'AUTORITE dans leur fonction éducative, les élèves se sont défoulés... tout ceci dans un contexte de faillite de la société : les Eglises s'écroulent, la Justice défaille, la morale disparaît...

Alors, j'attends de l'Etat réhabilitation et réparation PUBLIQUES, ce qui REdonnera alors à mes collèguies la confiance en eux nécessaire pour qu'ils retrouvent le courage d'exercer leur AUTORITE, comme on commence à le leur enseigner dans l'Académie de Créteil.

Merci d'avoir pris la peine de lire ce "roman" ( pourtant limité à l'essentiel) et n'hésitez pas à appuyer ma demande si vous pensez que cela en vaut la peine !

Cordialement

Michel FOURNIER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.origines.fr.st
fourmi
second secretaire
second secretaire
avatar

Nombre de messages : 877
Age : 68
Localisation : Agii Deka (Crète)
Date d'inscription : 21/12/2005

MessageSujet: Re: POURQUOI la VIOLENCE à l'ECOLE !   Jeu 8 Avr 2010 - 16:34

SUITE...

Un courriel adressé ce jour à une amie ...



Citation :
Ma chère Françoise,

Merci pour ce document... je connaissais déjà... et avais déjà agi...

Je reviens de mon périple en Europe et suis passé par ma ville d'origine, REIMS...

Voici les dernières nouvelles que je t'invite à transmettre car TOUT est vérifiable...


J'étais logé jusqu'en juin 2006 dans un logement de fonctions auquel je n'avais plus droit depuis janvier 1999 (radiation des cadres), comme tu le verras par le lien joint....

Mais une procédure était engagée devant le Conseil d'Etat , avec une issue théoriquement indubitablement favorable, alors je me suis maintenu dans les lieux , sans payer de loyer qu'on ne me réclamait d'ailleurs pas : je déclarais le logement comme "avantage en nature" et c'est tout ! Mon avocat , Me Emmanuel LUDOT,a commis une erreur qu'il a été établie mais je n'ai JAMAIS pu obtenir réparation de cette erreur ... au bas mot : 800 000 €)!

A mon départ en juin 2006, la Mairie de Reims m'a réclamé 12 399,40 € au tiitre de cette occupation, somme que j'ai pu acquitter définitivement le 20 décembre 2007, avec une pension de retraite sérieusementg amputée ( - 15 % pour années de travail non effectuées du fait de l'Education Nationale ... voir toujours le lien joint).

http://france-intelligente.bbflash.net/pedagogie-f3/pourquoi-la-violence-a-l-ecole-t542.htm#5667


Au 1 rue de Rilly-La-Montagne, où je demeurais, mon nom est encore sur la boîte aux lettres, 4 ANS APRES MON DEPART ...

L'immeuble comporte 5 appartements. L'un d'entre eux est occupé par le concierge, Jean LADRY.... et TOUS LES AUTRES SONT VIDES....

Il convient de préciser que, en juin 2006, DEJA, j'étais, depuis des années, le DERNIER locataire de l'immeuble .

Il convient de préciser qu'en décembre 2009, TOUTES les huisseries de ces appartements ont été changées.

Il convient de préciser que, dans cet immeuble, tous les radiateurs chauffent en ce moment même ( j'ai visité TOUS les appartements !).

Il convient de préciser que la Mairie de REIMS paie la Taxe d'habitation pour tous ces appartements.

Il convient de préciser qu'il n'y a pas que cette école qui soit dans le même cas, à REIMS et ailleurs.

Il convient de préciser qu'il existe une loi de réquisitions des logements.

Il convient de signaler que, tous les ans, des SDF meurent faute d'avoir un logement décent.

Il convient de signaler.... que ceci est une ignominie qui résulte des POLITIQUES car.......il convient de préciser que, depuis 4 ans, je signale ce problème à toutes les autorités responsables, Ministres et Président.

Un exemple récent : un Conseiller Muinicipal communiste , Michel GUILLAUDEAU, est venu en septembre faire une visite dans cette école de son quartier de résidence....

Mr Guillaudeau s'est intéressé aux logements de fonction VIDES, s'étonnant publiquement de cet état de fait.

Quel hypocrite ! Il se trouve que j'ai donné cette information, avec bien d'autres , à ce communiste, lorsque je résidais là, il y a des années, en lui suggérant de mobiliser son Parti si ouvert à la détresse humaine...

Tout ceci s'inscrit dans un contexte que tu trouveras par le lien sus-indiqué....

Elle est "belle", la France...

Ils sont jolis, nos POLITIQUES...

Merci de faire suivre autant que tu le peux , sans restriction aucune...

Amitiés

Michel


Cordialement

Michel FOURNIER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.origines.fr.st
fourmi
second secretaire
second secretaire
avatar

Nombre de messages : 877
Age : 68
Localisation : Agii Deka (Crète)
Date d'inscription : 21/12/2005

MessageSujet: Re: POURQUOI la VIOLENCE à l'ECOLE !   Dim 29 Aoû 2010 - 13:23

SUITE....

Michel FOURNIER Agii Deka le 27 août 2010
Agii Deka 70012
Héraklion – KPHTH
Grèce

Email : michel_fo@tellas.gr

Pour me connaître….
http://origines1.chez-alice.fr/Michelsst.htm

Monsieur le Président de la République,

La région Champagne-Ardennes, UNE FOIS DE PLUS, est secouée par une triste histoire dans laquelle un enseignant zélé est en butte à son Administration ( en la personne d’un Inspecteur « couvert » par le Rectorat ») et se voit injustement sanctionné, au mépris de son dévouement à la cause de l’enseignement, au mépris de l’intérêt avéré de ses élèves, au mépris de la nécessité impérative de l’évolution de l’enseignement (contenus et méthodes) pour que celui-ci reste la clef de voûte de la société que vous présidez.

La lettre jointe vous donnera l’essentiel de ce qu’il y a à savoir et qui est rigoureusement établi, et il est aussi possible d’en savoir plus en écoutant les infos de FR3 Champagne-Ardenne du 26 août au soir ou par ce lien : http://estic-maestro.e-monsite.com/

Monsieur SUPPIN qui, depuis 10 ans, enseigne avec l’entière satisfaction de ses élèves, de leurs parents… et même avec l’approbation d’un chargé de mission qui le lui a précisé en 2009, se voit aujourd’hui gravement sanctionné, alors qu’il voulait devenir titulaire, parce qu’un Inspecteur a subjectivement décidé que cet enseignant ne respectait pas STRICTEMENT les programmes ( ce qui est fait un « insuffisant professionnel ») et, de ce fait, n’était pas un « bon » enseignant, ALORS que ses résultats sont meilleurs, professionnellement, que ceux obtenus par des enseignants qui respectent scrupuleusement ces fameux programmes qui, aux yeux de certains Inspecteurs , sont l’équivalent d’une BIBLE qui ne peut contenir que la Vérité, sans doute parce qu’ils ont collaboré à leur rédaction.

Tout un chacun , et vous-même en priorité, Monsieur le Président, sait ou doit savoir que le Savoir évolue dans ses connaissances, que les méthodes d’enseignement de ce Savoir se doivent d’évoluer pour rester adéquates à la nature du public auquel le Savoir doit être transmis… sous peine d’être refusé par les « élèves »… sous peine d’être contesté et même vilipendé par ces élèves, ce qui a pour effet d’en faire des « élèves » construisant leur avenir sur des lacunes de connaissances, sur des erreurs dans ces connaissances, sur des approximations graves qui ne pourront que les conduire à des ERREURS dans la construction de leur vie, dans la construction de la société, dans la construction du monde puisque nous vivons la mondialisation.

Mais ces ERREURS, Monsieur le Président, seront-elles les leurs ou seront-elles les VÔTRES puisque vous aurez laissé faire ces stupidités : un programme élaboré au moment « T », sur la base de connaissances et de méthodes pensés JUSTES à ce moment, sera-t-il encore JUSTE au moment « T + 2années » quand on connaît la RAPIDITE de l’évolution de nos connaissances en tous domaines… il suffit de voir l’évolution dans le domaine de l’informatique où un ordinateur vieux de trois ans n’est plus efficient ???

Mais ces ERREURS qui les conduiront inévitablement à des souffrances pour eux, pour leurs futurs enfants, pour leurs familles et leurs proches, pour leurs relations, pour la société qu’ils tenteront d’élaborer après celle que vous tentez de mettre en place, ne leur donneront-elles pas un injuste sentiment de culpabilité puisqu’ils n’auront fait que suivre les préceptes de ceux qui les ont éduqués, étant entendus que ces Inspecteurs imbus de leur Savoir et de leur Autorité, par leur obstination « coupable », sont plus coupables encore que les gens de la base qui sont contraints, EUX, de se plier aux desiderata de cette hiérarchie ( et dans le mot « hiérarchie », il y a le mot « hieros » qui, en grec, signifie « saint »…. à ne pas confondre avec le nom de cette île des Canaries, El Hierro, qui vient de faire « sensation » en exposant à la face du monde entier la seule solution qui puisse sortir le monde entier de l’impasse dans laquelle il s’est fourré et qui le condamne maintenant à mort à court terme… http://www.electron-economy.org/article-iles-canaries-gomera-va-devenir-autonome-en-energie-grace-au-couple-hydro-eolien-pompage-turbinage-52919199.html ).

Mais ces ERREURS qu’ils finiront par percevoir comme « FAUTES » ( « Errare humanum est… perseverare diabolicum ») ne vont-elles pas, en plus de ces souffrances, générer en eux une paralysie en ce sens qu’ils n’oseront plus prendre de nouvelles initiatives qui pourraient avoir des résultats « négatifs », et ceci à un moment où, justement, en raison de l’évolution si rapide du monde qui nous entoure et dans lequel nous vivons, la rapidité d’adaptation et la justesse des décisions est VITALE pour chacun et TOUS ????

En 1984, j’ai vécu, à REIMS, une situation similaire à celle de Monsieur SUPPIN… à cette nuance près que c’est pour ZELE INTEMPESTIF que ce même Rectorat de REIMS m’a retiré, dans l’intérêt du service, mon emploi de Directeur d’Etablissement Spécialisé.
En 1995, toujours à REIMS, j’ai pu vivre l’horrible suite des conséquences de cette injustice initiale qui ne m’avait pas découragé dans ma volonté de transformer un système INADAPTE, avec une nouvelle injustice qui a fait de moi l’ « Instituteur au couteau ».
En 1999, toujours à REIMS, j’ai pu vivre l’horreur finale en me voyant radier des cadres dans une procédure entachée d’évidentes irrégularités.

Tout ceci est sur Internet et est donc largement connu … et sera Reconnu suite à cette nouvelle histoire… il n’y a aucun doute…

Après avoir apporté à mon fils Pierre le maximum de ce que je pouvais alors que je ne disposais plus de rien, je me suis retiré en Crète, dans cette plaine de Messara où l’archéologue grec Marinatos situe les décors et des « histoires » qui ont servi à Platon pour élaborer le mythe de l’Atlantide, où, dans des temps très reculés, la SAGESSE était pratiquée, comme l’a rappelé Platon dans même mythe, à la fin du Critias, juste avant que l’Atlantide ne fut brutalement engloutie après qu’il ait été dit que les atlantes s’étaient éloignés des principes divins pour « sombrer » dans les travers « bassement » humains que Thésée a vaincu en tuant le Minotaure … (http://propheties.canalblog.com/archives/2005/11/19/934864.html )... et, en même temps que la Vérité sur ces sujets mythiques et leur signification, j’ai REdécouvert cette SAGESSE que je partage depuis des années par tous moyens afin que tout un chacun accède enfin au Bonheur, selon ses propres désirs, dans le respect de lui-même et des autres…. constatant au fil du Temps des bouleversements considérables et en perpétuelle accélération, dans ce monde, bouleversements qui correspondent tout à fait au sens que l’on donne au mot « Apocalypse », que vous traduisez par « Nouvel Ordre Mondial »…

Nous en sommes à l’étape finale de ce bouleversement et je vous apporte, par ce courrier les clefs qui permettront son achèvement.

Je me tiens à l’entière disposition de toute personne qui voudraient en savoir plus, qui voudraient accéder à cette SAGESSE archaïque dont les humains se sont éloignés depuis tant de siècles et de millénaires, qui voudraient apporter à ce monde en perdition les connaissances et moyens qui lui permettront de devenir un monde de paix et d’harmonie où le dieu « amour » pourra s’exprimer sans limites …


J’ose espérer que mon dévouement à la cause humaine n’aura pas été vain et que vous n’oublierez pas, cette fois, mes demandes réitérées depuis des années, demandes de réparation des injustices dont je fus « victime », demande de dédommagement pour tout ce que votre société m’a fait endurer…. afin que je puisse terminer ma vie dans des conditions acceptables… enfin.



Avec mes respectueuses salutations.



Michel FOURNIER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.origines.fr.st
fourmi
second secretaire
second secretaire
avatar

Nombre de messages : 877
Age : 68
Localisation : Agii Deka (Crète)
Date d'inscription : 21/12/2005

MessageSujet: Re: POURQUOI la VIOLENCE à l'ECOLE !   Mer 22 Sep 2010 - 16:48

Citation :
Nouvelle de ce jour :


http://news.fr.msn.com/m6-actualite/france/article.aspx?cp-documentid=15...

Nouvelle plus COMPLETE ici :

http://www.leparisien.fr/val-de-marne-94/vitry-sur-seine-le-collegien-ta...

L’agresseur, âgé d’environ 14 ans, a ensuite pris la fuite, sautant par-dessus un muret de l’école avant de rejoindre le foyer où il habite. Très choqué, l’enseignant, décrit par ses collègues comme « très calme et pondéré », a immédiatement porté plainte au commissariat de Vitry. Examiné par un médecin il a reçu une journée d’ITT.
A Jean-Perrin, collège où sont scolarisés une centaine d’élèves en Segpa (section d’enseignement général et professionnel adapté) , les cours n’ont pas repris dans l’après-midi. « On a quand même accueilli les élèves. On leur a expliqué les faits pour couper court à toute rumeur, précise un professeur. Puis on les a fait bûcher sur un devoir écrit sur le thème de la violence. »

Ce gamin de 14 ans est dans un foyer et dans un lycée qui accueille des élèves de SEGPA .... anciennes SES.....

Aux Etats-Unis, on va demain éxécuter une "déficiente mentale"...

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/societe/20100922.OBS0197/etats-... qui a un QI de 72 et, dans les SEGPA, on accepte ce QI !

Allez, Merssieurs du Gouvernement, il n'y a qu'un tout petit pas à franchir... que Hitler a franchi bien avant VOUS !

Allez donc jusqu'au bout... comme vous l'avez fait pour l'avortement que vous avez autorisé en juillet 2001 jusqu'au DERNIER jour de la grossesse, sans vous soucier de l'enfant à naître qui vivait déjà depuis 276 jours !

LOI no 2001-588 du 4 juillet 2001 relative à l'interruption volontaire de grossesse et à la contraception

Article 11

« Art. L. 2213-1. - L'interruption volontaire d'une grossesse peut, à toute époque, être pratiquée si deux médecins membres d'une équipe pluridisciplinaire attestent, après que cette équipe a rendu son avis consultatif, soit que la poursuite de la grossesse met en péril grave la santé de la femme, soit qu'il existe une forte probabilité que l'enfant à naître soit atteint d'une affection d'une particulière gravité reconnue comme incurable au moment du diagnostic.

Cordialement

Michel FOURNIER


et, en complément puisque je me suis heurté à quelques refus de publication :



Citation :
Bonjour,

DONT'ACTE....

Je ne puis que vous pardonnez car vous ne savez pas ce que vous faites !

Hitler, en un coup de plume, a provoque la mort de 150 000 handicapes
mentaux...

Pour ma part, j'ai exercé ma vie durant auprès des "prétendus " "debiles
mentaux" que l'on parquaient dans des SES après les avoir parqués dans des
quartiers ghettos de la ville de REIMS...


http://france-intelligente.bbflash.net/pedagogie-f3/pourquoi-la-violence-a-l-ecole-t542.htm#5667


Pour ma part, pour être le résultat d'un avortement "avorté", je sais de
quoi je parle :

http://michelunblogfr.unblog.fr/racines-de-mon-histoire/

Considérons que votre refus est une erreur... mais le prochain sera une
FAUTE !

Michel FOURNIER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.origines.fr.st
fourmi
second secretaire
second secretaire
avatar

Nombre de messages : 877
Age : 68
Localisation : Agii Deka (Crète)
Date d'inscription : 21/12/2005

MessageSujet: Re: POURQUOI la VIOLENCE à l'ECOLE !   Lun 14 Fév 2011 - 0:39

Un nouveau cas....





http://www.ladepeche.fr/article/2011/02/10/1010260-Auterive-Comment-un-enfant-terrorise-toute-une-ecole.html#xtor=EPR-1

Citation :

[size=7]Publié le 10/02/2011 07:38 | F. V.
Auterive. Comment un enfant terrorise toute une école


éducation



Un élève malade a agressé un instituteur la semaine dernière./ illustration DDM, archives


OAS_AD("Position1");


Catherine est encore sous le choc. « Depuis le mois de septembre, les enfants n'ont rien dit. Il a fallu que l'institutrice se fasse frapper pour que les langues se délient », confie cette mère. Mardi 1er février, dans l'enceinte de l'école Michelet à Auterive, un enfant de 12 ans s'en est violemment pris à son institutrice de CM2. Il l'a collée contre un mur avant de lui asséner des coups de poing. Quelques minutes plus tôt, il s'était jeté sur deux petites élèves en tentant de les étrangler. Une situation d'une violence extrême de la part d'un élève suivant un programme de réinsertion scolaire au sein du foyer Saint-Joseph de Miremont. « Il a déjà été renvoyé de deux établissements. Il n'y peut rien. Mais nos propres enfants n'ont pas à subir cette violence », prévient Catherine. Dès que sa fille a évoqué l'agression, elle a réagi avec plusieurs parents. Une pétition a été signée par plus de 50 personnes, l'agresseur a été renvoyé une semaine, des lettres ont été envoyées à l'Académie, au ministère de l'éducation… Et les langues se délient : lancés de compas, menaces, insultes, crachats. « Il doit revenir le 14 février. Nous refusons que nos enfants subissent encore cela », prévient Carole, une autre mère d'élèves. Elle rappelle que deux autres enfants ont également été imposés au sein de l'établissement. Sans moyen supplémentaire : les postes de Rased (réseau d'aide aux enfants en difficultés) ont été supprimés. Contactée, hier mercredi, l'Inspection d'académie de Haute-Garonne n'a pas souhaité faire de commentaire. « Ce sont des enfants en souffrance, on ne peut pas les stigmatiser », précise-t-on toutefois pour expliquer le silence de l'administration. L'inspection est cependant au courant de « cette situation » et « suit ce qui se passe ».





En janvier 1995, alors enseignant avec des enfants dont certains présentaient ce genre de "caractéristiques", j'ai vécu un DRAME dont je suis toujours "victime".

A la fin d'une récréation, Cédric menace Stéphane de l'égorger. Cédric est le portrait exact de l'enfant décrit ici et il peut passer à l'acte.

Que faire ?

Laisser Cédric égorger Stéphane ?

Improviser dans l'urgence le moyen de ramener Cédric à la raison ?



Je choisis la seconde solution... et cela conduit à cela :



http://origines1.chez-alice.fr/affcout.doc




Condamné DEUX fois (Justice et Education Nationale) pour une faute que je n’ai pas commise, j’ai été TERRIBLEMENT sanctionné.

En 1996, j’ai sollicité une demande d’amnistie par mesure individuelle auprès de la Présidence de la République pour obtenir Justice et réparation…. en 1998, le Médiateur de la République me faisait savoir que mon dossier était à l’Instruction, attendant un rapport de l’Education Nationale.

En janvier 2011, 16 ans après, toujours aucune réponse…. et une terrible question : qu’est devenu ce Cédric qui voulait égorger un de ses camarades et qui a vu sanctionner celui qui avait osé le désavouer ???



C’est cela, la société française… et elle m’a même banni parce que j’osais lui adresser des reproches pourtant justifiés…. !



Michel FOURNIER ( Gortyne-Crète)

[/size]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.origines.fr.st
fourmi
second secretaire
second secretaire
avatar

Nombre de messages : 877
Age : 68
Localisation : Agii Deka (Crète)
Date d'inscription : 21/12/2005

MessageSujet: Re: POURQUOI la VIOLENCE à l'ECOLE !   Lun 4 Avr 2011 - 19:52

Bonjour,

La violence à l'école est d'actualité....

Sophie COIGNARD vient de publier un livre intitulé "Le Pacte Immoral" que je ne puis qu'inviter à lire...

http://bonnetdane.midiblogs.com/archive/2011/01/28/sophie-coignard-le-pacte-immoral.html

Luc Chatel, quant à lui, saisi d'un rapport accablant pour l'Education Nationale, botte en touche

http://www.rue89.com/2011/04/04/violence-a-lecole-luc-chatel-trahit-un-rapport-encourageant-198363

Un enseignant, comme tant d'autres, est révoqué pour "excès de zèle" car, soyons clairs, depuis la Loi Veil de 1974, c'est L'ETAT qui a pour OBLIGATION d'enseigner par tous moyens la CONTRACEPTION... ce qu'io ne fait pas.... ce qui fait que la situation sur ce sujet est GRAVE ...

http://www.rue89.com/2011/04/03/revoque-pour-avoir-projete-une-video-anti-ivg-a-ses-eleves-177706

POURTANT, nous sommes des centaines d'enseignanats à nous être SACRIFIES pour nos élèves d'abord, mais pour changer le système, aussi ...

Pour ma part, dès 1978-79, alors que j'étais en stage de Diercteur d'Etablissemnt Spécialisé à Beaumont-sur-Oise, j'ai rédigé un "mémoire" qui a obtenu une excellente note... intitulé : " Concentration géographique des élèves de SES en milieu urbain", étude effectuée à REIMS !

Citation :
INTRODUCTION

Mes motivations :

Je suis moi-même originaire de REIMS et j’y ai toujours vécu. Dans ma vie professionnelle, j’ai été amené à exercer dans des S.E.S. implantées dans différents secteurs de la ville. A l’expérience de ces postes variés, il m’a semblé qu’il existait un certain nombre de quartiers, voire de rues (quand ce n’ étaient pas des immeubles dans des rues) où les adolescents de 12 à 16 ans étaient plus particulièrement orientés vers des Sections d’Education Spécialisée.
Par ailleurs, j’ai pu constater un certain nombre de « réticences » à l’égard des enfants originaires de ces quartiers ou de ces rues :

- Des employeurs, ayant besoin de personnel et bien qu’appréciant les capacités qu’ils avaient constatées chez les élèves placés chez eux en stage, marquent une nette hésitation, quelquefois même refusent l’embauche d’un adolescent dès qu’ils ont connaissance du domicile du demandeur d’emploi.

- Certains enseignants, dès qu’ils apprennent l’adresse de ces élèves, évoquent une sorte de « fatalisme » pour expliquer leurs difficultés à remplir leur mission éducative auprès d’eux : « Ce n’est pas surprenant qu’il n’arrive pas à lire, qu’il ne sache pas compter ; quand on voit où il demeure ! ».

- D’autres enseignants n’attendent même pas d’avoir connaissance des adresses pour adopter « malgré eux » une attitude identique : « Celui-là, il doit venir de la rue X…>. Je n’ai pas fini d’avoir avec lui des problèmes de discipline, d’apprentissage, etc.. ; ». Et, effectivement, ils rencontrent ces problèmes chez les élèves en question : intuition fondée ou induction ?

- La Municipalité et les Pouvoirs Publics ont laissé se constituer ou continuer à exister ces secteurs sans intervenir (si ce n’est par une surveillance accrue), du moins durant ces dernières années.

- La presse locale elle aussi (ou peut-être surtout elle) ne se prive pas d’allusions directes ( rarement indirectes)concernant l’insécurité et l’insalubrité qui règnent dans ces secteurs, par des titres d’articles du type : « La bande du quartier X.. ; a encore fait parler d’elle ». Mais peut-être est-ce pour attirer l’attention des Pouvoirs Publics sur le problème.

- Les habitants de la ville ( demeurant évidemment hors des secteurs incriminés » ont une attitude qui va dans le même sens : « On ne se promènerait pas la nuit (même le jour, à la réflexion) dans telle rue>. On refuserait, même si les loyers étaient bas et le confort relativement convenable, d’habiter en certains lieux. « Heureusement que tel quartier est loin de notre domicile car on ne dormirait pas tranquille ».

Bien d’autres exemples de propos pourraient être cités. Bien sûr, ce ne sont que des éléments disparates que j’ai recueillis ces dernières années. Bien sûr, ces phénomènes de rejet, d’abandon, d’ignorance ne peuvent, sur la base d’informations aussi parcellaires et de déclarations très subjectives, prendre une valeur de vérité .

C’est ce qui justifie mon choix pour ce thème. Je souhaite vérifier l’exactitude de l’hypothèse suivante : REJETTE-T-ON LES ENFANTS ISSUS DE CERTAINS QUARTIERS ET CES REJETS NE SONT-ILS PAS UNE SOURCE D’INADAPTATION ? »


Partant de cette base, j’ai "attaqué" ce mémoire, sous le contrôle de Lucien Patte-Malson, sociologue parisien de renom, allant dans TOUS les établissements de REIMS pour relever les adresses de TOUS les élèves… déterminant ainsi des secteurs de concentration indéniables… qu’une enquête menée la même année par ATD Quart Monde sur les 2000 familles les plus pauvres de REIMS est venue corroborer.

Devant cette évidence ABSOLUE, j’ai voulu savoir comment se constituaient ces quartiers-GHETTOS !

Les culpabilités étaient multiples, diffuses, toujours habillées de « bons sentiments », ceux des bien-pensants qui faisaient passer leurs VICTIMES pour des « mal pensants »…

J’ai réuni TOUTES les PREUVES nécessaires en m’infiltrant même dans les services municipaux de l’urbanisme, utilisant leur stratagème pour les « berner »…

En juin 1979, je remettais mon mémoire à mes examinateurs, certes, mais j’en remettais aussi des exemplaires à la Mairie, à ATD Quart Monde, à diverses associations….

Ensuite, citoyen rémois, je me suis mobilisé EN PERMANENCE pour remettre SOUS LE NEZ des responsables les preuves de leurs « malversations »… et des Maires ont fini par réagir : Jean FALALA fut le premier…. et Jean Louis SCHNEITER a mis l’accélérateur…

Les résultats sont là aujourd’hui : Reims a changé…. et les changements sont TOUS profitables à cette jeunesse défavorisée qui avait été parquée dans des quartiers ghettos… on voit le nombre des enfants que l’on nommait « déficients intellectuels » et qui n’étaient que des enfants en difficultés… baisser indiscutablement .

Alors, pour quoi l’Etat n’accepterait-il pas de reconnaître SES ERREURS avant qu’elles ne deviennent des FAUTES… pour se mettre ENFIN à faire ce qu’il faut ?????

C’est au pied du mur qu’on voit le maçon, Messieurs du gouvernement, et les murs de la Grande Maison sont par terre aujourd’hui….

Dans les décombres, vous trouverez de très bonnes pièces qui vous permettront de rebâtir le Temple su savoir… mais n’utilisez plus les pierres pourries.

Michel FOURNIER (Gortyne-Crète)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.origines.fr.st
Alice.C
bizut
avatar

Nombre de messages : 4
Age : 36
Localisation : Sud Ouest de la France
Date d'inscription : 03/04/2011

MessageSujet: Re: POURQUOI la VIOLENCE à l'ECOLE !   Lun 25 Avr 2011 - 18:52

Attention, attention ! Le pédagogue déchu a parlé, et sa parole est la seule valable. C'est la raison pour laquelle il a été viré du corps enseignant. Oyez, bonne gens, oyez ! Et vous jugerez de ses capacités....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylphe
Chancelier
avatar

Nombre de messages : 169
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: Re: POURQUOI la VIOLENCE à l'ECOLE !   Mar 26 Avr 2011 - 0:46

Tiens donc !

Je vous prends la main dans le sac à venir agresser le taulier sur son propre forum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://franceroyale.xooit.fr/index.php
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: POURQUOI la VIOLENCE à l'ECOLE !   

Revenir en haut Aller en bas
 
POURQUOI la VIOLENCE à l'ECOLE !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Presse] Pourquoi l’école française est-elle si inégalitaire ?
» Le choix de l'école : Publique ou Privée et pourquoi ?
» Si on revoit pour les chars, pourquoi pas pour les navires?
» Pourquoi pas d'inscriptions marginales dans un acte ?
» Ecole de TENNIS pour nos enfants

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ecologie-Intelligence-Solidarité :: Humanités :: Pédagogie-
Sauter vers: