Ecologie-Intelligence-Solidarité

Pour la fondation d'une France bâtie sur l'intelligence.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Discussion à propos du capital

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sandra
second conseiller
second conseiller


Nombre de messages : 294
Age : 33
Date d'inscription : 27/09/2006

MessageSujet: Discussion à propos du capital   Jeu 2 Oct 2008 - 1:25

Je propose une discussion en rapport au capital. Les capitaux se trouvent actuellement au centre de l’attention médiatique ; le capitalisme, ainsi objet de préoccupation, mérite d’être sujet d’interrogation : j’invite à discuter sur cette économie et sur sa rivale.

Les citoyens sont responsables de la vivacité démocratique, notamment en se déterminant et en votant. Or, la démocratie implique de choisir et choisir nécessite de connaître. C’est pourquoi il importe de parfois remettre en question ce que l’on pense savoir. Chacun possède une responsabilité à se tenir au fait de ce qu’il en est afin de participer de manière adéquate. Une crise économique résulte d’insuffisances conjoncturelles ou structurelles ; la résorber et prévenir de son retour pose la question de ses mécanismes : la problématique, même si celle-ci ne se réduit pas à cela, consiste à cerner les processus relatifs à la défaillance et à les solutionner.

Etes-vous favorable à une recapitalisation massive pas l’état ? Souhaitez-vous une intervention la plus faible possible de l’état ? Suggérez-vous une alternative au rôle actuel de l’état ? Toute analyse de la situation et toute proposition seront les bienvenues.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://louve-intrepide.forumactif.com/
Sandra
second conseiller
second conseiller


Nombre de messages : 294
Age : 33
Date d'inscription : 27/09/2006

MessageSujet: Re: Discussion à propos du capital   Sam 4 Oct 2008 - 17:50

A l’issue de la crise de 1929, des dispositions furent prises pour sécuriser l’économie. C’est pourquoi les manifestations de la crise de 2008 ne sont pas toutes les mêmes.

Un système global d’assurances fut mis en place. Les particuliers, les entreprises et les banques doivent s’assurer. Les sociétés d’assurance doivent elles-mêmes se prémunir auprès d’assurances d’assurances, comme Fannie Mae et Freddie Mac, par exemple. A un échelon supérieur, des fonds d’états et des fonds fédéraux participent à la garantie de la solvabilité. Enfin, les réserves nationales et internationales chaperonnent l’ensemble.
Avant 1929, les activités financières et celles de dépôts étaient réalisées par les mêmes établissements. Les difficultés apparues dans les finances affectèrent rapidement le secteur des dépôts. Une plus grande spécialisation des banques prévient maintenant d’une contagion immédiate.

La crise de 1929 se déroula selon les étapes suivent :
1- Les entreprises surévaluent les prévisions de la consommation, investissent trop et deviennent insolvables. La crise est financière.
2- Les difficultés se généralisent rapidement à tous les domaines bancaires à cause de la mixité entre finances et dépôts.
3- Le krach boursier est soudain. La récession s’est substituée à la croissance. La dépression s’instaure durablement.

La crise de 2008 se déroule autrement :
1- Des crédits à haut facteur de risque sont contractés d’une façon beaucoup trop répandue. Il s’agit là aussi d’un surinvestissement aboutissant à l’insolvabilité. La crise est financière.
Mais, les verrous font barrage à la propagation de la crise dont l’ampleur s’accroît donc isolément, tout du moins dans les premiers temps. Les déposants ordinaires ne ressentent pas d’effet concernant leurs comptes. Le système global d’assurances limites les faillites en reportant les dettes jusqu’à l’échelon le plus élevé.
2- Un lent passage de la première étape à la troisième s’effectue.
3- Aucun vrai krach ne s’est produit mais une longue érosion boursière se poursuit. La croissance a faibli, s’est annulée et a laissé place à la récession. Le processus dépressif se trouvant enclenché, reste à savoir si le point de non retour de son emballement est déjà franchi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://louve-intrepide.forumactif.com/
Sandra
second conseiller
second conseiller


Nombre de messages : 294
Age : 33
Date d'inscription : 27/09/2006

MessageSujet: Re: Discussion à propos du capital   Sam 11 Oct 2008 - 14:18

Je rappelle tout d’abord que les activités financières, d’une part, et celles de dépôts, d’autre part, sont deux domaines d’activités distincts. Les gouvernants actuels ont, de plus, pris la responsabilité de garantir les avoirs des déposants.
Les marchés boursiers suivent une tendance baissière soutenue mais restent relativement découplés du commerce marchand. Le taux de la récession est ce qui importe vraiment.

La situation est certes injuste puisque les citoyens lambda subissent les conséquences des actes d’une élite financière mais un désir immédiat et précipité de justice serait bien loin d’être constructif.
Lorsque les spéculateurs génèrent des plus-values, ils endossent ces revenus et en disposent pour leurs consommations propres. Ils viennent de générer de conséquentes moins-values sans assurer la solvabilité des pertes financières. Néanmoins, sanctionner les agents financiers de manière impulsive ne serait pas raisonnable : se comporter en faveur d’une vision à long terme reste le plus important.

Les dirigeants s’efforcent de stabiliser les activités financières, de résorber les créances, de juguler la récession et d’optimiser les conditions de relance. Un plan international va être mis en œuvre.
Il est souhaitable que se développe une résurgence progressiste mais la refondation structurelle de l’économie doit s’effectuer à moyennes et longues échéances : conserver ses habitudes du quotidien et notamment de consommation s’avère la meilleure attitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://louve-intrepide.forumactif.com/
fourmi
second secretaire
second secretaire


Nombre de messages : 877
Age : 67
Localisation : Agii Deka (Crète)
Date d'inscription : 21/12/2005

MessageSujet: Re: Discussion à propos du capital   Dim 12 Oct 2008 - 11:37

Bonjour,

Courrier adressé ce jour à Monsieur François FILLON :


Ag. Deka le 12 octobre 2008



Monsieur FILLON

Monsieur le Premier Ministre,


C’est avec une très grande attention que, comme des millions de personnes, mais peut-être bien plus que d’autres en raison de nos fructueux échanges passés (sur le thème de la laïcité , par exemple), j’ai suivi votre intervention du 8 octobre dernier à l’Assemblée Nationale.


Comme je ne me suis jamais privé de le faire, je viens vous faire part de mes commentaires pour que vous les intégriez dans vos raisonnements….


Vous parlez de ce que vit actuellement la planète comme d’un événement d’ « une gravité historique »…. et je suis bien d’accord avec vous.


A ce titre, on fait souvent des comparaisons avec la crise de 1929…mais nous vivons quelques décennies plus tard et des paramètres nouveaux sont apparus que je ne puis que vous inviter à prendre en compte de toute urgence.


D’abord, les peuples de la Terre savent maintenant ce que « crise économique » veut dire et il n’est plus possible de les « mener en bateau » vers le déluge sans qu’ils en aient conscience… car 1929 a laissé des traces indélébiles…


Ensuite et surtout, les mêmes peuples ne sont plus les « ignorants » que les « politiques » avaient fait d’eux autrefois. Ils disposent d’un Savoir hérité de l’Ecole de la République (Savoir parfois truqué, orienté, certes, mais rectifié par d’autres médias tels la presse, la télévision, internet…) et aussi de temps…..


Enfin, ces mêmes peuples savent que, suite à 1929, un certain Adolf HITLER a fait une apparition terrible…. ce que ne pourra faire son éventuel successeur , Jorg Haider, qu’un accident de la route vient de priver de la vie….


Alors, même si la crise actuelle est d’une dimension historique encore jamais vue, elle n’est pas vraiment comparable à celle qui a été vécue par la planète il y a 79 ans, du temps de nos grands-parents…. car les peuples ont appris…


Vous parlez de ce que vit actuellement la planète comme de « la crise d’un capitalisme dévoyé par des pratiques qui n’auraient jamais dû exister »… et je suis bien d’accord avec vous.


Mais l’existence de ces pratiques, leur apparition, leur pérennisation pose une question fondamentale à laquelle il vous reste à répondre , POUR VOUS-MÊME….PAR VOUS-MÊME….


En effet, nous sommes en théorie dans un état de droit, nous sommes en théorie dans une démocratie où les intérêts du peuple sont servis par les élus du peuple, nous sommes en théorie dans une société où la Justice défend en priorité les intérêts des victimes, y compris des victimes de la société et de sa Justice …


Êtes-vous absolument sûr que le capitalisme a pu se dévoyer par lui-même, sans la complicité de « politiques » qui avaient négligé de servir en priorité les intérêts du peuple ????



Vous parlez de ce que vit actuellement la planète comme de « la crise d’un capitalisme dévoyé……»… et je suis bien d’accord avec vous.


Mais, Monsieur FILLON, êtes-vous sûr que le « capitalisme », par lui-même, n’est pas une forme de dévoiement, de déviance de ce qui est fondamental pour les humains, à savoir l’existence d’un système d’échanges JUSTE, EQUITABLE, respectueux du TRAVAIL de chacun ?


Ce système d’échanges a existé en d’autres temps de notre humanité et il est toujours présent dans la mémoire collective, ainsi que n’ont jamais cessé de le rappeler des « Aristote » (cf. la « chrématistique ») , des « Christ » (cf. celui qui chasse les marchands du Temple)… ou d’autres plus contemporains qui ont montré que, lorsque l’employeur cherche à réduire le salaire de l’employé, il prive le système capitaliste de ce qui lui permet de fonctionner, c’est-à-dire de ses clients .


En d’autres termes, sous-payer les travailleurs ou les remplacer par des machines qui ne demandent pas de salaire, n’est-ce pas une aberration dans un système qui, pour fonctionner, a besoin de l’argent des clients qu’il fabrique lui-même en payant ses salariés ?



Lorsque vous aurez résolu ces trois contradictions fondamentales, Monsieur le Premier Ministre, alors vous saurez ce qu’il convient de faire pour changer la société au mieux des intérêts de chacun des citoyens qui la composent, dont vous-même….

Pour guider votre réflexion, je vous joins un document que j’avais élaboré il y a 14 ans, et qui, après deux septennats, si je puis dire, s’impose à la planète….


Avec mes salutations humanistes et fraternelles.




Cordialement

Michel FOURNIER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.origines.fr.st
Sandra
second conseiller
second conseiller


Nombre de messages : 294
Age : 33
Date d'inscription : 27/09/2006

MessageSujet: Re: Discussion à propos du capital   Mer 22 Oct 2008 - 0:24

Les activités financières et celles de dépôts sont deux domaines d’activités distincts. Néanmoins, le défaut de solvabilité, maintenant généralisé, du secteur bancaire fragilise la capacité des établissements financiers à recouvrir leurs créances. Ainsi, les dirigeants de l’actuel régime ont engagé leur responsabilité dans la garantie des avoirs des déposants.
Les marchés boursiers évoluent à la baisse de manière significative ; cela participe à intensifier la récession : le commerce marchand décline fortement.

La situation est injuste : lorsque les spéculateurs génèrent des plus-values, ils engrangent de conséquents revenus et en disposent pour leurs consommations personnelles alors que les salaires généraux n’augmentent pas pour autant ; lorsqu’ils génèrent des moins-values, une pratique courante consiste à les remercier et à leur attribuer une substantielle prime de départ tandis que le reste des salariés est concerné par un plan social.
Cette fois-ci, des moins-values historiques viennent en quelques mois d’être générées sans qu’en soit assurées la solvabilité des pertes financières : les citoyens lambda subissent de plein fouet les conséquences des actes des décideurs financiers.
Malgré tout, une volonté immédiate et précipitée de justice ainsi que de vouloir sanctionner les agents financiers de manière impulsive ne serait pas constructive : cela n’aurait que bien peu d’efficacité. Agir en faveur d’une vision à long terme est particulièrement important ; cette attitude raisonnée est même essentielle et cruciale. La solution ne peut être que politique.

Les dirigeants s’efforcent de stabiliser les activités financières, de résorber les créances et de limiter la récession. Ils ambitionnent un plan international qui, mis en œuvre de façon optimale, pourrait permettre de juguler la dépression. Ils espèrent, s’ils y parviennent, pouvoir restreindre les nécessaires changements structuraux de l’économie à un réformisme qui conserverait l’essence du modèle actuel.
Une refondation structurelle et en profondeur de l’économie s’avère indispensable : a contrario d’organiser de simples réformes, l’économie nécessite d’être révolutionnée. Mais, ce projet qui implique tous les citoyens doit mûrir ; il est impératif que ressurgisse et se développe un puissant mouvement démocratique et progressiste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://louve-intrepide.forumactif.com/
fourmi
second secretaire
second secretaire


Nombre de messages : 877
Age : 67
Localisation : Agii Deka (Crète)
Date d'inscription : 21/12/2005

MessageSujet: Re: Discussion à propos du capital   Jeu 23 Oct 2008 - 16:30

2 janvier 1973 : une loi fait obligation à tous les salariés de disposer d'un compte bancaire (ou autre) pour percevoir son salaire en dessous d'un certain seuil...

3 janvier 1973 : une loi définit le Statut de la Banque de France qui devient l'outil de la mise en oeuvre de la politique financière de l'Etat français.

Février 1992 : le Traité de Maastricht dépossède la Banque de France de son statut de relais de la politique de l'Etat français en donnant ce pouvoir à la Banque Centrale Européenne...



Juillet 1789 : le peuple français s'insurge contre le pouvoir royal... et des "banksters" en profitent en créant des assignats, monnaie fiduciaire sans garantie "or".... ces banksters se sont constitués en GANG en mai 1776, derrière leur "führer", un certain Adam Weishaupt, juif et franc-maçon, qui a créé aux Etats-Unis les "Illuminati" et en Europe "les Illuminés de Bavière"...

http://fr.wikipedia.org/wiki/Adam_Weishaupt

1790 - 1793 : Gros problèmes liés à cet assignat.... et la Bourse de Paris est même contrainte de fermer !

http://fr.wikipedia.org/wiki/Assignat

L'assignat perd de plus en plus de sa valeur, c'est ainsi qu'en 3 ans, de 1790 à 1793, l'assignat perd 60 % de sa valeur.
Bien que l'assignat voie sa valeur réduite, les enchères des biens nationaux restent tout de même très élevées et seule les personnes aisées peuvent les acheter. C'est ainsi que certains s'enrichissent énormément et achètent d'immenses terrains et bâtiments pour presque rien, en comparaison de leur valeur réelle. La surévaluation légale de l'assignat permet d'acheter des biens par conséquent sous-évalués.
Pour soutenir l'assignat, plusieurs lois successives sont votées, toujours plus dures, comme la fermeture provisoire de la Bourse de Paris (décret du 27juin1793)[3] et la fin de la publication des taux de change en 1793, de manière à limiter la spéculation, mais aussi de lourdes amendes et de graves peines d'emprisonnement pour toute personne surprise à vendre de l'or ou des pièces d'argent ou traitant différemment la monnaie de papier et les métaux précieux, ce qui comprend le refus d'un paiement en assignat. Le 8avril1793, la Convention décide que les prix de tous les achats et marchés conclus avec l'État seront stipulés uniquement en assignats, mesure étendue le 11 au secteur privé[4].
Dès les premiers jours de la Terreur, le 8septembre1793, la non acceptation de l'assignat est déclarée passible de la peine de mort : les biens sont confisqués et le délateur récompensé. Le 13novembre1793, le commerce au moyen des métaux précieux est interdit. En mai 1794, toute personne qui aurait demandé en quelle monnaie le contrat serait conclu doit être condamnée à mort[5].
Malgré tout cela, les pouvoirs politiques ne savent pas faire face à la crise économique qui arrive et l'État continue d'émettre de plus en plus d'assignats, pour financer la guerre. Le nombre d'assignats fabriqués correspond à une valeur de 2,7 milliards de livres en septembre 1792 et 5 milliards en août 1793. Au début de 1794, les assignats émis passent à 8 milliards. Toutefois, les autorités ont fini par comprendre que la dépréciation continue des assignats était due à l'excès des émissions.

23 janvier 1793 : (même chiffres que 1973) ... Louis XVI est décapité....

Qui sera décapité le 23 janvier prochain ???

Avec mes salutations humanistes et fraternelles

Michel FOURNIER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.origines.fr.st
Sylphe
Chancelier


Nombre de messages : 169
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: Re: Discussion à propos du capital   Jeu 23 Oct 2008 - 21:38

Tu n'as pas compris grand chose aux assignats....

La garantie des assignats était les terres confisquées de l'Eglise et des émigrés.

Quand le gouvernement a fait marcher la planche a billets, ce sont les paysans modestes qui ont profité de l'inflation en vendant leurs poulets contre des assignats, lesquels assignats ont été échangés contre la surface de terre qu'ils représentaient au départ bien qu'il fussent dévalués.

Donc ces pauvres s'enrichirent en achetant "une ferme au prix d'un pigeonnier" et formèrent la classe qui soutint le plus le nouvel ordre social.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://franceroyale.xooit.fr/index.php
fourmi
second secretaire
second secretaire


Nombre de messages : 877
Age : 67
Localisation : Agii Deka (Crète)
Date d'inscription : 21/12/2005

MessageSujet: Re: Discussion à propos du capital   Ven 24 Oct 2008 - 15:25

Bonjour,

Citation :
La garantie des assignats était les terres confisquées de l'Eglise et des émigrés.

Quand le gouvernement a fait marcher la planche a billets, ce sont les paysans modestes qui ont profité de l'inflation en vendant leurs poulets contre des assignats, lesquels assignats ont été échangés contre la surface de terre qu'ils représentaient au départ bien qu'il fussent dévalués.

Donc ces pauvres s'enrichirent en achetant "une ferme au prix d'un pigeonnier" et formèrent la classe qui soutint le plus le nouvel ordre social.

Spéculation, spéculation......... naïveté, naïveté..... !

Dès le moment où Crésus inventa la monnaie avec ses fameuses "créséides", les faussaires et tricheurs de tous acabits ne cessèrent de montrer leur duperie qui consiste à ne vouloir rien foutre si ce n'est voir fructifier leur argent en faisant travailler les autres....

Alors, on alla jusqu'à inventer un Dieu de la parole donnée, un Dieu du contrat qui allait venir châtier ces malfrats de tous poils : le dieu Mithra dont on fêtait la résurrection ("Sol Invictus") chaque 25 décembre.... et qui était strictement réservé aux "hommes"...

Les juifs, les grecs, les romains adoptèrent ce dieu et surtout le système "capitaliste" qu'il permettait de voir s'épanouir, favorisant une minorité au détriment d'une classe de plus en plus nombreuse et pauvre !!!!

Certains ancètres mirent en garde (Aristote, Platon), d'autres rechignèrent (Christ, Apolonius de Tyane), d'autres se rebellèrent ( Simon Bar Kokhba) si bien que Rome, en 313 , tergiversa et associa mithraïsme et christianisme, marquant sa distanciation d'avec le mithraïsme en choisissant pour "héros" un juif parmi les juifs, crucifié par ses pairs pour avoir entre autres chassé les marchands du temple, réputé d'abord pour la qualité de son VERBE...

Des femmes aussi réagirent, à leur manière, en leur rappelant que la PAIX qui préserve la VIE (cette vie qu'elles génèrent et sentent se développer en elle, cett vie pour laquelle elles donnent de leur corps, contrairement aux "mecs" qui ne font que donner de leur sperme en jouissant !.....) est la garantie primordiale du bonheur ....

L'Eglise fondée sur ce "Christ" s'était donnée 2000 ans pour mettre un terme à cette idéologie totalement inégalitaire.... et elle a associé, quant à elle, les femmes , même si cela est encore bien insuffisant...

Le "Christ" en question étant né aux alentours de -6 , -7, c'est en 1994 ou 1995 que s'achevèrent ces 2000 ans et , depuis lors, l'humanité vit une apocalyspe qui a débuté significativement le 26 décembre 1994, quand un commando islamiste s'est emparé, à Alger, d'un avion d'Air france avec pour objectif de le faire s'écarser sur la Tour Eiffel !

Je vous laisse le soin de mesurer le chemin parcouru depuis lors, à tous points de vue !!!!!!

Cordialement

Michel FOURNIER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.origines.fr.st
Sylphe
Chancelier


Nombre de messages : 169
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: Re: Discussion à propos du capital   Dim 26 Oct 2008 - 0:29

fourmi a écrit:
Spéculation, spéculation......... naïveté, naïveté..... !

Dès le moment où Crésus inventa la monnaie avec ses fameuses "créséides", les faussaires et tricheurs de tous acabits ne cessèrent de montrer leur duperie qui consiste à ne vouloir rien foutre si ce n'est voir fructifier leur argent en faisant travailler les autres....
On n’avait pas besoin d’inventer la monnaie pour cela. Les Sumériens prêtaient de l’orge avec intérêt bien avant Crésus.

Citation :
Alors, on alla jusqu'à inventer un Dieu de la parole donnée, un Dieu du contrat qui allait venir châtier ces malfrats de tous poils : le dieu Mithra dont on fêtait la résurrection ("Sol Invictus") chaque 25 décembre.... et qui était strictement réservé aux "hommes"...
Idem. Mithra existe depuis la nuit des temps.
Et chez tous les peuples, on dit : « Que les dieux me maudissent si je triche. »
Mais chez les Occidentaux, quand on veut mentir sous serment, on pratique un geste rituel de doigts croisés hors de vue du contractant, ce qui prouve qu’on croit à la valeur de chacun de ces rites.

Citation :
Les juifs, les grecs, les romains adoptèrent ce dieu
Si les Grecs et les Juifs avaient été mithracistes, ça se saurait…

Citation :
et surtout le système "capitaliste" qu'il permettait de voir s'épanouir, favorisant une minorité au détriment d'une classe de plus en plus nombreuse et pauvre !!!!
La propriété privée existe depuis la nuit des temps, tandis que le système capitaliste avec toutes ses techniques juridiques est assez récent.

Citation :
Certains ancètres mirent en garde (Aristote, Platon),
Il représentent justement la vieille aristocratie terrienne inquiète de l’émergence d’une nouvelle classe de marchands.

Citation :
d'autres rechignèrent (Christ, Apolonius de Tyane),
Personnages mythiques.

Citation :
d'autres se rebellèrent ( Simon Bar Kokhba)
Défenseur des intérêts de la classe sacerdotale.

Citation :
si bien que Rome, en 313 , tergiversa et associa mithraïsme et christianisme, marquant sa distanciation d'avec le mithraïsme en choisissant pour "héros" un juif parmi les juifs, crucifié par ses pairs pour avoir entre autres chassé les marchands du temple, réputé d'abord pour la qualité de son VERBE...
Ce devient confus, là. Constantin a soutenu l’Eglise parce qu’elle lui offrait le pardon de ses crimes.

Citation :
Des femmes aussi réagirent, à leur manière, en leur rappelant que la PAIX qui préserve la VIE (cette vie qu'elles génèrent et sentent se développer en elle, cett vie pour laquelle elles donnent de leur corps, contrairement aux "mecs" qui ne font que donner de leur sperme en jouissant !.....) est la garantie primordiale du bonheur ....
A l’époque les guerres ne tuaient pas grand monde. La paix, au contraire, amenait la communication entre les peuples et avec elle les épidémies à grande échelle.

Citation :
L'Eglise fondée sur ce "Christ" s'était donnée 2000 ans pour mettre un terme à cette idéologie totalement inégalitaire.... et elle a associé, quant à elle, les femmes , même si cela est encore bien insuffisant...
Primo, l’Eglise a toujours cru la fin du monde imminente. Elle a survécu un peu par hasard.
Secundo, les Evangiles prêchent le détachement du monde et non des réformes sociales de ce monde.
Tertio, les femmes ont été considérées comme des idiotes utiles à qui ont a tradivement concédé la possession d’une âme.

Citation :
Le "Christ" en question étant né aux alentours de -6 , -7, c'est en 1994 ou 1995 que s'achevèrent ces 2000 ans et , depuis lors, l'humanité vit une apocalyspe qui a débuté significativement le 26 décembre 1994, quand un commando islamiste s'est emparé, à Alger, d'un avion d'Air france avec pour objectif de le faire s'écarser sur la Tour Eiffel !
Le Christ n’est jamais né. Le coup de l’étoile des rois mages vient d’une prophétie de Gn 49.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://franceroyale.xooit.fr/index.php
fourmi
second secretaire
second secretaire


Nombre de messages : 877
Age : 67
Localisation : Agii Deka (Crète)
Date d'inscription : 21/12/2005

MessageSujet: Re: Discussion à propos du capital   Lun 27 Oct 2008 - 0:50

Voir : http://www.sacra-moneta.com/Monnaies-grecques-antiques/L-invention-de-la-monnaie-par-les-Grecs-au-VIIeme-s.-av.-JC.html

http://www.sacra-moneta.com/a/creseide-monnaie-cresus-monnaie-creseide-piece-creseide-definition-creseide-monnaie-grecque.html

http://fr.wikipedia.org/wiki/Mythras

http://fr.wikipedia.org/wiki/Culte_de_Mithra

http://magie.alliance-magique.com/sutra78262.php

http://magie.alliance-magique.com/sutra78262.php

http://www.bible.chez-alice.fr/h02.htm

....et bien d'autres au besoin.... afin de rectifier quelques-unes de vos erreurs ou affirmations intempestives.... comme je m'empresse de le faire chaque fois que , avec délicatesse ou dans la plus grande incorrection, un contradicteur me signale que j'aurais pu commettre une erreur ou approximation...

Cordialement

Michel FOURNIER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.origines.fr.st
Sylphe
Chancelier


Nombre de messages : 169
Date d'inscription : 27/08/2006

MessageSujet: Re: Discussion à propos du capital   Lun 27 Oct 2008 - 3:16

Je vous ai réfuté point pas point et non renvoyé à des articles en vrac.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://franceroyale.xooit.fr/index.php
fourmi
second secretaire
second secretaire


Nombre de messages : 877
Age : 67
Localisation : Agii Deka (Crète)
Date d'inscription : 21/12/2005

MessageSujet: Re: Discussion à propos du capital   Lun 27 Oct 2008 - 12:23

Autre lien, très instructif...... tous les liens cités étant strictement en rapport avec les "réfutations" sus-citées...

http://home.nordnet.fr/~caparisot/html/sumer.html

Extrait d'un échange (en deux parties) sur le même thème :


From: M . B .E

To: Michel Fournier

Sent: Sunday, October 26, 2008 8:34 AM

Subject: Re: Re:

Merci.

Vous voudriez que notre monde devienne régi par la pensée marxiste. Mais l'Histoire n'a-t-elle pas montré que son application était vouée à l'échec ? L'abolition des classes (telles qu'elles peuvent exister aujourd'hui) n'engendre-t-elle pas, mécaniquement, l'anéantissement de toute émulation aussi bien collective qu'individuelle ?

Cette hiérarchisation humaine, en perpétuelle gestation, me semble nécessaire pour ce que l'on appelait, jadis, le Progrès.

Merci

_________________________________________________________________________

From: Michel Fournier

To: M . B . E .

Sent: Sunday, October 26, 2008 5:42 PM

Subject: Re: Re:

Bonjour,

NON, je n'ai surtout pas ce genre de VOLONTE.....car il n'est pas ici question de "vouloir".... tout au plus de "souhaiter" car la volonté doit venir de chacun et de tous , pour lui d'abord puis pour les autres ensuite.... de telle sorte que la nécessité d'un système social égalitaire s'impose d'elle-même.... (ceci se nomme "l'épanouissement de l'ÊTRE").

Ce que vous appelez "pensée marxiste" est une pensée qui appartient au genre humain tout entier et cette pensée a été rappelée, sous les formes les plus diverses, par des Bouddha, des Platon, des Aristote, des Pythagore, des Christ, des Rousseau, des Voltaire, etc, etc.... auxquels les "politiques", avec la complicité de prétendus "historiens" , ont fait dire ce qu'ils voulaient entendre.... en occultant ou déformant leurs pensées VRAIES….

Je pense que c'est l'expression "société sans classes" qui vous conduit à tenir ce discours à mon propos.... et je comprends votre réaction, justement parce que cette expression est devenue symbole d'une forme de pensée totalitaire qui pourrait en venir à REGIR l’humanité(mais, par définition, s'il n'y a pas de "classe", il n'y a pas de roi qui régirait avec un régime, fut-il « de bananes » !).

Seriez-vous hostile, objectivement, à une société qui mettrait fin aux conflits entre l'Homme et la Nature au moment où nous savons qu'au rythme actuel de "consommation", il faudrait 4 planètes Terre pour que l'Humanité survive ????

Seriez-vous hostile, objectivement, à une société qui mettrait fin aux conflits entre l'Homme et l'Homme au moment où la planète entière a constaté où mène des idéologies telles que certains se pensent appartenir au "peuple" élu" et que d'autres s'affirment "appartenir à une race supérieure" ?

Seriez-vous hostile, objectivement, à une société qui mettrait fin aux conflits entre l'individu et l'espèce alors que nous savons tous que l'Espèce humaine est constituée des éléments modestes que nous sommes, les Individus, mais que chacun des individus qui constituent l'espèce peut être porteur de l'avenir, de la survie de cette espèce en trouvant la solution à divers problèmes vitaux ?

Seriez-vous hostile, objectivement, à une société qui mettrait fin aux conflits entre l'existence et l'essence au moment où nous savons, certes, que nous existons charnellement..... mais que cette existence est menacée par l'idée que nous nous faisons de notre être, à savoir que nous serions la réplique charnelle d'un être qui n'a qu'une "consistance" spirituelle , ce qui nous conduit à vivre dans un monde totalement inadapté à notre statut de "créature" (être de chair) ?

Seriez-vous hostile, objectivement, à une société qui mettrait fin aux conflits entre l'objectivation et l'affirmation de soi au moment où les uns et les autres découvrent avec douleur qu'ils ne sont que de passage sur cette terre, qu'ils ne sont que poussière sur cette planète, que ceux qui étaient dotés de "parachutes dorés" chutent brutalement sans un coussin pour amortir le choc, qu'"aussi haut que l'on soit assis, on n'est jamais assis que sur son cul " ?

Seriez-vous hostile, objectivement, à une société qui mettrait fin aux conflits entre la liberté et la nécessité au moment où nous avons tous appris que "trop de liberté tue la liberté", que la liberté de s'enrichir de manière exorbitante de quelques-uns entraîne les souffrances et les morts de millions de leurs COMPATRIOTES qu'ils regardent souffrir et mourir sans même un quelconque sentiment de culpabilité ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.origines.fr.st
fourmi
second secretaire
second secretaire


Nombre de messages : 877
Age : 67
Localisation : Agii Deka (Crète)
Date d'inscription : 21/12/2005

MessageSujet: Re: Discussion à propos du capital   Lun 27 Oct 2008 - 12:26

suite ....


C'est d'ailleurs en ce sens que la "CAPITULATION" du système mondial "capitaliste" à laquelle nous assistons aujourd'hui, affichée OFFICIELLEMENT depuis le vendredi « noir » 24 octobre 2008, est éminemment "positive" .



Cette « CAPITULATION » permet de CONSTATER que le capitalisme a fait avorter toutes les tentatives maladroites car « IMPOSEES » (c’est la « dictature du prolétariat », dirait Karl MARX), de mise en place de systèmes dits "communistes" afin d’apparaître comme la seule issue pour l'humanité planétaire….

Cette « CAPITULATION » permet de CONSTATER que ce capitalisme n’est en rien l’avenir de l’humanité et que la VOIE de l’avenir de l’humanité a été déterminée par des humains de « bon sens », nos ancêtres, qui avaient , JUSTEMENT, découvert le « BON SENS » qu’il fallait donner à nos existences, il y a de cela des millénaires, avant que l’homme « mâle » ne se pense abusivement investi de la SUPREMATIE divine venant de la suprématie d’un dieu qu’il avait inventé à SON image en prétendant que ce Dieu l’avait créé à SON image ….

Il suffit, pour en être convaincu, de se référer à un paragraphe d’un texte qui sert de référence inconsciente pour une part absolument pas négligeable de notre humanité :

« Genèse 4
4.1 Adam connut Eve, sa femme; elle conçut, et enfanta Caïn et elle dit: J'ai formé un homme avec l'aide de l'Éternel.

4.2 Elle enfanta encore son frère Abel. Abel fut berger, et Caïn fut laboureur.

4.3 Au bout de quelque temps, Caïn fit à l'Éternel une offrande des fruits de la terre;

4.4 et Abel, de son côté, en fit une des premiers-nés de son troupeau et de leur graisse. L'Éternel porta un regard favorable sur Abel et sur son offrande;

4.5 mais il ne porta pas un regard favorable sur Caïn et sur son offrande. Caïn fut très irrité, et son visage fut abattu.



Ce texte, « fondateur » , quelque part, de l’inconscient collectif de notre humanité, recèle un message qui, aujourd’hui, condamne la même humanité à sa perte, si elle ne réagit pas !

Une analyse « simpliste » (il s’agit de percevoir la symbolique, au-delà des mots) , alimentée par quelques remarques authentiques et actuelles (que tout un chacun peut vérifier), suffit pour que l’évidence s’impose….

- Nous voici en présence d’un Dieu qui a conçu deux enfants avec une femme de chair ….. une certaine Eve que l’on différencie d’une autre femme , moins « maternelle », Lilith…. (http://fr.wikipedia.org/wiki/Lilith ) qui va devenir l’égérie des féministes contemporaines.

- Nous voici en présence de deux enfants dont l’un, Abel, est berger.

Que voilà un « beau » métier : il suffit de laisser paître ses brebis, de charger un chien de veiller à la sécurité du troupeau, de laisser les têtes de bétail ( en latin, « tête » se dit « capita », ce qui donne « capitalisme », « bétail » se dit « pecus » ce qui donne « pécuniaire ») paître des plantes que la Nature fait généreusement pousser, les mains posées sur la crosse de la « katsouna », canne servant à faire se coucher les brebis…. Pour manger de la viande de ces animaux dont en sacrifie la vie en prétendant que c’est la volonté d’un dieu que l’on crée à cet effet.

Pendant que les animaux paissent et assurent ainsi des lendemains prometteurs, le berger vit l’extase, en communion avec la Nature, la tête dans les étoiles, tandis que sa femme attend son retour en prenant soin de l’habitation où elle nourrit et élève les enfants …

L’homme ainsi « pensant » découvre que la femme est régie selon un cycle périodique de 28 jours, cycle lunaire, ce qui , à ses yeux , justifie sa place dans la grotte ou la maison, d’autant qu’elle porte les mamelles qui vont nourrir la « portée » alors que lui, mâle, est porteur entre ses jambes du « sceptre » qui assure la pérennité de l’espèce et qui indique, en état d’« érection », l’emplacement de la divinité, là-haut dans les cieux…

- Nous voici en présence de deux enfants dont l’un , Caïn, est laboureur.

Que voilà un « noble » métier…. mais bien moins « beau » dans son exercice quotidien…. puisqu’il s’agit, là, non d’avoir les yeux tournés vers les cieux, mais d’avoir la tête et tout le corps tourné vers cette Terre hospitalière, certes, mais exigeante, dans des postures qui donnent mal aux reins, au dos, aux bras…. ce qui conduit l’esprit à se démobiliser des pensées abstraites pour trouver des solutions pragmatiques à ces souffrances physiques….

Parmi les solutions ainsi trouvées, l’animal apparaît comme important, décisif, précieux car il est une aide considérable pour tirer la charrue, séparer le grain du son, transporter de lourdes charges….et il économise l’énergie de l’homme qui peut alors profiter de la vie familiale , en harmonie avec femme et enfants qui , souvent , , lui apportent leur concours …

L’homme ainsi devenant capable de « penser » sait se montrer reconnaissant envers cette Terre qui le nourrit avec sa famille, envers cet animal qui le décharge de tâches astreignantes, envers cette femme qui lui assure le confort, comme l’a déjà fait sa propre mère, envers cette complémentarité naturelle qui permet à l’espèce de traverser les temps… le « bon sens paysan » est là…

OUI MAIS, ne voilà-t-il pas que, entre ces deux CLASSES initiales, primordiales, fondamentales, apparaît une « opposition »… générée par un « dérèglement climatique »… déjà …. !

Et oui ! Chez les éleveurs, il arrive parfois, notamment en période de modification climatique , que les troupeaux ne trouvent plus, de manière naturelle, de quoi s’alimenter et donc donner la nourriture à leurs éleveurs… dans les pâturages habituels, situés sur des plateaux, dans les « terres du Haut »…. et cela provoque une grave crise….

Et oui ! Chez les laboureurs , il arrive parfois, notamment en période de modification climatique , que la production agricole baisse dans leurs « Terres du Bas », voire cesse, provoquant des famines, des crises qui conduisent les laboureurs à consommer de la viande à défaut de légumes et fruits, pour subsister, ce qui , par rapport à leurs convictions de respect de l’animal, de sa vie, les amène à vivre mal , à se sentir sur la voie du « mal »…. et ne voilà-t-il pas que les éleveurs, au même moment, viennent les solliciter pour nourrir leurs troupeaux que leur Terre ne satisfait plus…. si bien qu’ils sont contraints d’envoyer « paître » les éleveurs en question vers d’autres terres…. de l’autre côté de la mer, chez les habitants des bords d’un fleuve nourricier….

Alors, les éleveurs apportent LEUR remède, un remède strictement théorique, décalé des réalités pragmatiques…. sous une forme ésotérique !


Ils inventent un Dieu qui va privilégier la consommation de viande, qui va donc créer la « richesse » des humains sur la base de la possession de « têtes de bétail »….. et qui va accepter l’offrande d’Abel, les nouveau-nés et la graisse animale…

Dès le départ, la ZIZANIE s’installe , une ZIZANIE si puissante que Caïn, le laboureur dont Yahvé avait refusé les offrandes, décide de tuer Abel, l’éleveur préféré par le même Yahvé.

Dès le départ, les FONDEMENTS d’un système dont nous découvrons aujourd’hui les limites sont posés avec des argumentations discutables puisque simplement reposant sur des affirmations péremptoires :

- n’est-il pas JUSTE et SAIN de travailler, même dur, pour récolter les fruits de son travail ?

- n’est-il pas JUSTE et SAIN de donner de son temps pour soi et pour les autres pour pouvoir jouir de temps pour …. vivre…

- -n’est-il pas JUSTE et SAIN de SE respecter, de respecter l’AUTRE (y compris l’animal) quand on sait que celui qui n’est pas respecté développe un sentiment de « frustration » qui le rend vindicatif, voire agressif ?

Enfin, pour en venir à la situation actuelle de l’humanité, que penser de ce que les humains ont adopté comme « mode de vie » planétaire capitaliste …..

Une partie d’entre eux mange de la viande, pratiquement chaque jour, viande provenant d’animaux nourris de produits de la Terre, ce qui est une aberration quand on sait qu’il y a des peuples entiers, consommateurs de légumes ou de céréales, qui ne mangent pas à leur faim parce que leur nourriture habituelle est destinée aux animaux dont d’autres mangent la viande.

Une partie d’entre eux, pour faire fonctionner leurs véhicules de transport qui, jusqu’à présent, consommaient un pétrole qui se raréfie, distillent des produits de la terre pour en faire un combustible qui pollue et détruit la terre elle-même.

Une partie d’entre eux, consommant de la viande au quotidien, est affectée de maladies graves et irréversibles qui les conduisent à des problèmes d’obésité, vasculaires, cardiaques qui, pour être traités, coûtent des fortunes aux collectivités….

J’espère que ce simple exemple, choisi parmi une multitude d’autres, vous permettra de saisir la VERITE de mes pensées, en les dégageant des schémas « classiques » qui nous empêchent d’avancer sur la voie de la LIBERTE, de la FRATERNITE, du BONHEUR individuel et collectif….


Avec mes salutations humanistes et fraternelles.

Michel FOURNIER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.origines.fr.st
Sandra
second conseiller
second conseiller


Nombre de messages : 294
Age : 33
Date d'inscription : 27/09/2006

MessageSujet: Re: Discussion à propos du capital   Jeu 15 Jan 2009 - 1:55

En dépit des, maintenant très nombreux, plans de « relance », la dépression économique qui s’est propagée hors des USA s’intensifie : la récession, plus intense qu’officiellement prévue, nourrit le cercle vicieux dépressif. En effet, les baisses de revenus plombent la consommation ; la chute de la consommation grève les revenus ; ainsi de suite …

Cela s’avère spectaculaire pour les secteurs automobile, aéronautique, naval, immobilier, hôtelier, touristique, artistique, et cætera.
Néanmoins, les produits et services quotidiens se trouvent aussi affectés, y compris ceux indispensables comme les soins de santé et les médicaments. Les USA viennent d’annoncer, concernant la récession, un recul de 2.7% des ventes au détail pour le mois précédent.
La moyenne de tous les reculs peut raisonnablement être considérée se trouvant beaucoup plus forte qu’environ 3% compte tenu des domaines quasiment en arrêt d’activité.

Les gouvernances des régimes promoteurs du capitalisme communiquent sur le thème de la nécessité de réformer. « Le capitalisme était un mauvais capitalisme et il faut le remplacer par le bon capitalisme. »
J’invite néanmoins à envisager une autre voie économique, à savoir englober l’économie dans le champ démocratique afin que sa gestion soit régulée par le pouvoir populaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://louve-intrepide.forumactif.com/
Sandra
second conseiller
second conseiller


Nombre de messages : 294
Age : 33
Date d'inscription : 27/09/2006

MessageSujet: Re: Discussion à propos du capital   Sam 28 Fév 2009 - 11:42

La crise économique des années 80, apparue en URSS, aurait été profondément structurelle et inhérente à ses principes de fonctionnement ... Et ... La crise économique actuelle, apparue aux USA, serait surtout conjoncturelle et certes aussi due à des manières facultatives de faire fonctionner le capitalisme …

L'URSS et les USA se sont opposés dans une très intense guerre froide. Dans un moment de faiblesse de l'économie soviétique, les USA ont accentué leur doctrine de l'endiguement et du refoulement. Ils intensifièrent la course aux armements, celle à l'exploration spatiale et toutes les autres formes d'oppositions.
Les USA gagnèrent la guerre froide.
Les USA, qui étaient la dernière superpuissance mondiale, ne sont plus depuis longtemps ni en guerre froide ni dans une autre situation problématiquement équivalente. Les capitalistes ont les commandes, peuvent librement prendre toute décision qu'ils estiment nécessaire et les faiblesses économiques du capitalisme ne sont pas exploitées par un bloc symétrique adverse.
La dépression économique accroît sans cesse sa sévérité.

… Alors, ce qui est à considérer du domaine du conjoncturel et ce qui est à considérer du domaine du structurel mériteraient de ne pas dépendre du seul crédit accordé aux discours procapitalistes.
Il devrait en être de même quant à ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas.


D’autre part, je ne pense pas que l'essence du capitalisme soit modifiable par des réformes même prononcées

Par rapport à la dépression économique, les avocats du capitalisme soutiennent et développent la thèse du « mauvais capitalisme ». De mauvaises habitudes, des pratiques douteuses, un laxisme qui se serait instauré, pas assez de contrôles quant aux fraudeurs, des produits financiers mal conçus, et cætera, seraient les causes de la crise ... Et, maintenant, les réformes transformeraient le mauvais capitalisme en le bon capitalisme.
Les dirigeants capitalistes accepteront les concessions nécessaires afin de sauvegarder au mieux la stabilité du régime et de prévenir une évolution révolutionnaire. Mais, toutes les réformes seront élaborées et mises en œuvre avec des arrière-pensées et les progressions vers plus d’équité ne seront qu’autant que possible provisoires.

… Il s’agit pour les réels progressistes de valoriser les possibilités d’instaurer une économie aspéculative et englobée dans le champ démocratique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://louve-intrepide.forumactif.com/
Sandra
second conseiller
second conseiller


Nombre de messages : 294
Age : 33
Date d'inscription : 27/09/2006

MessageSujet: Re: Discussion à propos du capital   Dim 10 Mai 2009 - 0:15

La dépression économique continue de se développer, la récession aux USA notamment s’étant officiellement portée à 6.7% au premier trimestre de 2009 et le nombre de chômeurs y ayant progressé conséquemment. La succession des plans gouvernementaux n’a pas enrayé le cercle vicieux dépressif ( → diminution de la consommation c’est à dire diminution des ventes → diminution des bénéfices → diminution des salaires, des investissements et des offres d’emploi → augmentation du chômage et de l’endettement → diminution du pouvoir d’achat → diminution de la consommation → ) et la sévérité de la crise s’amplifie toujours.

La plupart des entreprises cotées en bourse ont effectué ou projettent d’effectuer d’importantes restructurations impliquant des licenciements : leurs cotations boursières remontent ; elles participent à l’augmentation du chômage. Ainsi, la valeur des indices boursiers évolue à la hausse tandis que la récession s’intensifie. L’on observe donc un découplage entre la bourse et l’activité économique : la hausse provoquée par ces restructurations, par l’abaissement des taux et par l’injection de capitaux publics empêche les indices de traduire l’accentuation de la dépression économique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://louve-intrepide.forumactif.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Discussion à propos du capital   Aujourd'hui à 15:27

Revenir en haut Aller en bas
 
Discussion à propos du capital
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L’ONE introduit en Bourse une part de son capital dans EET
» [Discussion] Trouvailles H&M
» Discussion avec Charlotte - 2 ans
» A propos des noms des Magic Babies
» Le capital régional et coopératif Desjardins

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ecologie-Intelligence-Solidarité :: Politique :: Politique Internationale-
Sauter vers: