Ecologie-Intelligence-Solidarité

Pour la fondation d'une France bâtie sur l'intelligence.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Dieu et le cerveau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
fourmi
second secretaire
second secretaire


Nombre de messages : 877
Age : 67
Localisation : Agii Deka (Crète)
Date d'inscription : 21/12/2005

MessageSujet: Re: Dieu et le cerveau   Ven 18 Jan 2008 - 12:42

http://atheisme.free.fr/Revue_presse/Science_2003.htm

Citation :
Dieu habite le cerveau droit
Sciences et Avenir - Septembre 2003 - n°679 - (10 pages)

Trois articles sur les progrès de la neurologie expliquent le rôle du cerveau dans la religion et la foi. La source scientifique est probablement la même que l'article de "Marianne" (voir ci-dessous).
L'introduction (Rachel Fléaux-Mulot) retrace l'évolution du cerveau depuis la préhistoire.
"Ces deux dispositions, théorie de l'esprit et théorie du corps nous ont conduit à attribuer des intentions à toutes choses, ou plutôt à rechercher pour tout des causes intentionnelles. Cet agent intentionnel nous est devenu indispensable, comme la lumière à une plante verte. Quitte à prendre le pas sur la véracité des faits."
La biologie et la foi (Patrick Jean-Baptiste)
Des chercheurs comme Eugène Aquili ont étudié les mécanismes neurologiques mis en œuvre lors de prières ou de méditation. L'imagerie médicale et l'étude des lésions cérébrales permettent désormais de localiser les régions du cortex concernées par différents comportements, religieux en particulier, et d'en comprendre le fonctionnement.
3 expériences religieuses au microscope (R. F.-M.)
L'extase d'un moine bouddhiste ou d'une sœur franciscaine serait la conséquence d'une moindre irrigation sanguine du lobe pariétal droit. Dieu n'y serait donc pour rien !!! "Exercice volontaire purement mental, la méditation est accessible - à force de concentration évidemment - aux athées." On apprend également, si l'on ne s'en doutait pas déjà, que les grands mystiques, illuminés et autres visionnaires ne seraient que des victimes de l'épilepsie.
Les croyants fervents seraient plus souvent sujet à des Troubles Obsessionnels Compulsifs (TOC) et donc davantage enclin à suivre les rituels religieux. "En somme, la religion et les rites rassurants attireraient les "toqués", et les chamans, les premiers l'auraient bien compris, il y a des millénaires de cela, en inventant les rituels sacrés ! Le rite en effet joue un formidable rôle antistress…"
Le fanatisme est-il une molécule ? (Patrick Jean-Baptiste)
Même si l'actualité peut le laisser supposer, le fanatisme n'est pas uniquement d'origine religieuse. Il relève moins d'une pathologie neurologique que de troubles psychologiques : traumatisme de l'enfance, rébellion contre l'autorité parentale et surtout un conditionnement précoce basé sur la peur et la gratitude. "Toute l'astuce de l'endoctrinement est alors orientée vers la gratitude de l'épargné - le fanatique - vers une cause, un dieu, un homme. Pour paraphraser Desmond Morris, quelque chose de l'ordre du mâle dominant symbolique, tyrannique et dangereux, mais aussi miséricordieux envers ses zélateurs."

Citation :

Exclusif : on sait enfin où habite Dieu (par Anna Alter)
Marianne - 18-26 août 2003 - n°330 - (5 pages)

Un article très intéressant sur la religion et le cerveau. La compréhension que les chercheurs ont de cet organe d'une grande complexité progresse chaque jour. Des neurophysiologistes ont analysé le fonctionnement du cerveau lors de méditations religieuses ou de prières et ont pu expliquer comment les deux lobes pouvaient "disjoncter" et provoquer une "quiétude béate, un grand flash". Ce phénomène serait à l'origine des états de grâce, extases, apparitions et autres miracles.
"Humilité scientifique oblige, nos chercheurs se contentent d'analyser les deux voies qui permettent à l'homo sapiens sapiens de se hisser sur des cimes radieuses par la méditation transcendantale : la Via positiva consiste à fixer un objet, et la Via negativa exige de ne penser à rien, de se vider entièrement la tête. Chacune, par une activité mentale spécifique, perturbe le fonctionnement normal du cerveau au point de le déconnecter de la réalité, via des engrenages compliqués…[…]
Les neuropsychiatres, en se fondant sur les descriptions données par les Evangiles, le Coran ou des livres d'histoires, au vu des symptômes manifestés par certains prophètes, diagnostiquent chez ces patients d'un autre âge une épilepsie du lobe temporal droit. Un dérèglement de l'activité électrique dans ce groupe de neurones provoque des hallucinations visuelles et auditives très particulières, sauf chez les gauchers dont le cerveau est différemment latéralisé et organisé. Le sujet en phase aiguë voit la lumière et entend des paroles, exactement comme saint Paul sur le chemin de Damas ou Jeanne d'Arc dans son village lorrain de Domrémy."
L'intégrisme et le fanatisme religieux sont expliqués de même par un conditionnement approprié dès le plus jeune âge entraînant un dysfonctionnement de "régions cérébrales profondes".
La foi et les rites religieux peuvent avoir des effets bénéfiques, antistress notamment, "…mais attention toutefois aux effets toxiques à haute dose." Et pour les "pratiquants non-croyants"?



.............. d'où..............


Citation :
LAVIE


Dans un univers dont rien n'est vraiment connu circule une étincelle qui met tout ce qu’elle occupe en effervescence .... LA VIE....

Cette vie n'a pas de consistance propre, mais elle EST....

Cette vie n'a pas de consistance propre, mais elle veut PERDURER, occuper l’ensemble de cet Univers dont on dit qu'il est illimité....

Cette vie , un beau jour, mais on ne sait encore comment, permit la CREAtion d'une espèce animale particulière, l'HUMAIN, un être de CHAIR (en grec "CREAS") et d'ESPRIT, comme toutes les autres espèces animales....


Cet être humain, comparativement à toutes les autres espèces animales, présentait une caractéristique "phénoménale" : bien qu'il ait passé neuf mois de gestation dans des conditions très "confortables" dans l'utérus maternel, il apparaissait "dans le monde" (il y était en réalité depuis neuf mois, dans des conditions de sécurité et de confort incomparables) avec un "handicap" considérable : il n'était pas "terminé", loin s'en faut.

Cet être humain, en effet, naissait sans poils, comme bien d'autres animaux, qui, très tôt, voyaient leur peau se couvrir d'un lainage qui leur permettait de retrouver des conditions de confort "originelles" sans avoir à recourir à des « vêtements ».

Cet être humain, en effet, ne savait pas s’abriter, si ce n’est dans des grottes où, très souvent, d’autres que lui, plus puissants que lui, demeuraient et ne supportaient pas la présence de ces « intrus » fragiles qu’ils n’hésitaient d’ailleurs pas à « déguster ».

Cet être humain, en effet, naissait à peu près ignorant (excepté ce qu'il avait hérité de son "instinct", le désir de survie et la faculté d'adaptation) de tout et il ne savait même pas se nourrir, boire.... à un tel point que, pendant des années , il était dépendant de ses géniteurs ou de la communauté où il était arrivé.

Cet être humain, en effet, animé par cette part d'instinct dont il avait hérité, ne savait que vouloir survivre, se servant de ses congénères comme on se sert d'outils, à commencer par ses géniteurs, se servant des autres espèces animales comme nourriture ou instruments….

Cet être humain, en effet, …… mais chacun peut continuer cette liste en regardant le déroulement de l’histoire dite de l’humanité, ou en regardant le parcours de sa propre vie .


Heureusement, la « fragilité » apparente de cet être humain de CHAIR , devant cette accumulation de handicaps, se transforma en FORCE, une force dont disposait déjà l’humain en germe à l’intérieur de lui, sous la forme de la VIE.
Cette Force Intérieure, il suffisait à l’homme qu’il la sollicite pour qu’elle s’extériorise grâce au jeu très complexe d’interactions de tous ordres qui se passaient au niveau du cerveau, plus précisément sous le cerveau, dans un système encore peu connu comportant l’hippocampe, les amygdales cérébrales, etc… ce système provoquant, par des secrétions hormonales et autres, des réactions que même l’homme ne pouvait prévoir, le poussant à prendre des décisions, à accomplir des actes dont il ne se savait pas capable…. ce qui le conduisit souvent à penser qu’il existait une Force Supérieure à lui qu’il ne pouvait nommer !
Sa « faculté d’adaptation » primitive s’en trouva extraordinairement renforcée, décuplée et, au fil du TEMPS, il réussit non seulement à survivre, à s’adapter, mais aussi à dominer le monde dans lequel il était apparu.

L’homme sut alors non seulement qu’il était vivant, mais aussi qu’il était heureux parce qu’il avait découvert le bonheur .



C’est alors que lui apparut une autre lacune de son savoir, la dernière : certes, il avait conquis l’assurance de la VIE, certes il avait découvert ce BONHEUR…. mais il réalisa que, seul à vivre ce bonheur, il allait être jalousé par les autres qui aspiraient, eux aussi, à connaître cette extase… tout simplement parce qu’il était humain parmi d’autres humains.


Alors, poussé par ces autres qui voulaient savoir de lui, par lui, comment il avait pu réussir cette « performance », il se mit à communiquer, maladroitement, avec des mots souvent sources de confusion, ses cheminements laborieux pour découvrir le monde, pour découvrir les autres, pour se découvrir lui-même, cheminements qui l’avaient conduit hors des labyrinthes de toutes sortes, hors des cavernes platoniciennes, hors des ténèbres de l’ignorance…. jusqu’à trouver la vie et le bonheur sous la lumière bénéfique du soleil.

Michel FOURNIER

Janvier 2008


.............. et n'oubliez jamais :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Errare_humanum_est,_perseverare_diabolicum

L'erreur est humaine mais persévérer dans l'erreur est "diabolique"... alors rectifions les "erreurs" pour être "divins"...

Cordialement

fourmi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.origines.fr.st
 
Dieu et le cerveau
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je fais toujours les choses qui [...] plaisent [à Dieu]. — Jean 8:29.
» Rejetons les paroles sans valeurs de ce monde éloigné de Dieu
» Inviter à Dieu
» boutique mac lyon part-dieu
» Comment se faire des noeuds au cerveau...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ecologie-Intelligence-Solidarité :: Humanités :: Sciences-
Sauter vers: