Ecologie-Intelligence-Solidarité

Pour la fondation d'une France bâtie sur l'intelligence.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 légende d'école

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
stephane
Calife


Nombre de messages : 963
Localisation : paris
Date d'inscription : 20/12/2005

MessageSujet: légende d'école   Mer 12 Sep 2007 - 16:17

Une institutrice, pour avoir la tranquilité pendant l'après midi demande à ses élèves d'écrire les nombres de 1 à 100 puis de les additionner.

Trois comportements se détachent alors:

-Les élèves studieux et bien élevés, qui feront 20 ans plus tard ingénieurs, avocats pompeux ou médecins besogneux se mettent immédiatement à la tache:
1+2=3
3+3=6
4+6=10
...
3240+81=3321
...
Face à ces grands nombres, que tout besogneux soient-ils, ils ne maitrisent pas, l'élève studieux est pris d'un malaise qu'il ressentira souvent, quelques soient ses notes: le malaise de l'echec qui lui fermera les portes de son glorieux destin d'élite...

-Les baladins, qui, 20 plus tard deviendront souvent des gens très frequentables, et qui devant un travail perçu comme arbitraire et inutile ne ressentent que colère et gachi de temps, et n'ont comme solution à l'exercice-punition que le déchirerement de leurs cahiers et le foutage de bordel, forçant ainsi l'instit à devenir depressive, hysterique aigris ou pédophobe.

-Enfin, plus rare, les rêveurs, qui 20 ans plus tard deviendront des utopistes, et qui vous répondront, si leurs métiers est casseur de pierres, qu'ils construisent des cathédrales, s'efforçant ainsi de trouver le bonheur même dans les instants les plus pénibles de la vie. Le travail proposé par l'institutrice n'est pas passionnant, l'élève rêveur sent déjà l'angoisse lorsqu'il arrivera à 70 ou 80, un travail si pénible, demandant tant d'investissement sans garantie de réussite est décourageant. Le chemin de 1 à 100 est un chemin naturel, mais ce n'est pas l'unique, peut être y en a t il un meilleur.
L'élève rêveur choisit donc de faire des spirales, il écrit:
1+100=101
2+99=101
3+98=101
...
49+52=101
50+51=101

il a terminé!
En barrant au fur et à mesure les chiffres additionnés, il est sûr de n'en avoir oublié aucun. Il a donc 50 fois trouvé le nombre 101. Donc la somme des 100 premiers chiffres vaut 101*50=100*50+50=5050.

l'école démocratique républicaine ne doit pas être celle d'un égalitarisme sauvage, mais ce doit être celle qui protège et exploite au mieux la diversité intellectuelle de chacun.

Que doit être le but d'un enseignant sinon celui d'enroler ses élèves dans la troisième catégorie?

Aujourd'hui les élèves apprennent pour avoir une bonne note et passer dans la classe superieure. Ils apprennent et oublient. En terminal, on apprend que la somme des n premiers entiers est égale à n(n+1)/2. Les futurs bacheliers l'apprennent par coeur pour le bac puis l'oublient.

Les enseignants normalisent sans passion leur enseignements, et méprisent ceux qui sont en dehors de la première catégorie, celle des élèves studieux et soumis bien plus passionné par leur promotion, que par la contemplation paisible et bienheureuse de plusieurs siècles de savoirs, construits par une bandes d'utopistes en cullotes courtes.

Le but d'un enseignant n'est pas simplement d'enseigner les méthodes, mais aussi d'enseigner le bonheur de la recherche et du court instant de l'échec. Notre élève rêveur doit souvent tomber sur des chemins qui le mènent à des paradoxes et à des erreurs, mais ces paradoxes et ces erreurs sont d'excellents moyens pour parvenir à la réflexion et à la comprehension efficace et durable.

La normalisation du raisonnement et de la comprehension compose l'attitude mortifère de la masse singulière face au savoir. Exploiter la diversité intellectuelle est l'un des moyens les plus sûrs de construire les grandes idées d'avenir, c'est aux enseignants d'assurer non seulement l'égalité de tous face aux chances, mais aussi d'adapter son enseignement en fonction de l'intelligence de chacun.

_________________
La guerre, c'est simple : c'est faire entrer un morceau de fer dans un morceau de chair.
Godard
http://unavenirmeilleur.canalblog.com/


Dernière édition par le Jeu 13 Sep 2007 - 11:28, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MP
membre éminent de l'opposition


Nombre de messages : 581
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: légende d'école   Mer 12 Sep 2007 - 23:11

Joli, mais ne mélangeons pas les genres.

De même que l'art vit de règles et meurt de liberté, il est bon que nos mômes connaissent d'abord les règles avant de s'en échapper.

Il appartient donc à l'école, avan tout, de transmettre un savoir, d'entraîner l'esprit à des exercices de base et de roder les enfants à cotoyer ou devoir faire équipe avec toutes sortes de gens : des cons, les futés, des obtus, des sinistres, les faux derches, etc ...

J'ai appris beacoup dans l'enthousiasme, par des professeurs géniaux. Mais je dois beaucoup aussi aux sombres imbéciles avec lesquels j'ai dû composer Smile

Avant de s'envoler sur des pointes, une future ballerine doit longuement travailler au sol, comme une limace torturée.

Vouloir brûler les étapes est catastrophique. Et j'ai toujours constaté que c'étaient les écoles les plus sévères qui produisaient les élèves les plus gais et les plus créatifs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lekhan
bavard
bavard


Nombre de messages : 162
Age : 27
Localisation : Poitiers
Date d'inscription : 13/05/2006

MessageSujet: Re: légende d'école   Sam 22 Sep 2007 - 2:36

Il y a une chose intéressante, c'est la catégorisation des élèves, on peut en dire ce qu'on voudra à mon avis, elle reflète assez bien, disons le classement des élèves à l'école.

Pour ce qui est de leurs devenirs je serais plus sceptique mais passons.

Ce qui est intéressant c'est le petit paragraphe sur le rêveur, et comment l'instit se trouve désarmé, méprisante à son égard.

Car en effet, l'école est une machine à stigmatiser le dilettante, le rêveur, le dit "mauvais", etc. etc.

Mais qu'y peuvent-ils vraiment avec les moyens actuels? Il y aurait bien la lecture, le développement de nouvelles matières à réflexion, pour "révéler" toutes les capacités de chacun.

Je suis par exemple toujours étonné de ne pas trouver à l'école des matières de type interactive, comme défendre une opinion, ou donner un avis sur tel ou tel chose.

Il y a donc peut être un effort d'égalitarisation à faire entre élève et enseignant, mais aussi de réciprocité, de manière à ce que chacun apporte sa pierre à son éducation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://collectif-ennui.blogspot.com/
MP
membre éminent de l'opposition


Nombre de messages : 581
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: légende d'école   Sam 22 Sep 2007 - 9:39

http://renaud.thoma.free.fr/ispg/instituteur2020.mp3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stephane
Calife


Nombre de messages : 963
Localisation : paris
Date d'inscription : 20/12/2005

MessageSujet: Re: légende d'école   Dim 23 Sep 2007 - 19:39

J'ai souvent l'occasion de discuter avec des élèves de l'IUFM et avec de jeunes profs, qui appliquent leurs méthodes... De ces discusions je retires trois types de profs:
Ceux de l'ancienne école qui obtiennent des résultats correctes de la part de leurs élèves, ceux qui suivent l'iufm à la lettre et qui ont souvent du mal à se faire respecter par leurs élèves, et enfin ceux qui sont ouverts au dialogue, qui s'investissent socialement et qui transmettent leurs passion pour la matière sans avoir à recourrir à des sanctions disciplinaires policières ou à des méthodes pédagogiques inadaptées à la plupart: Des profs qui mettent un peu de leurs tripes!!! Inutile de dire que ce sont les troisièmes qui réussissent le mieux.

_________________
La guerre, c'est simple : c'est faire entrer un morceau de fer dans un morceau de chair.
Godard
http://unavenirmeilleur.canalblog.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MP
membre éminent de l'opposition


Nombre de messages : 581
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: légende d'école   Dim 23 Sep 2007 - 22:28

stephane a écrit:
J'ai souvent l'occasion de discuter avec des élèves de l'IUFM et avec de jeunes profs, qui appliquent leurs méthodes... De ces discusions je retires trois types de profs:
Ceux de l'ancienne école qui obtiennent des résultats correctes de la part de leurs élèves, ceux qui suivent l'iufm à la lettre et qui ont souvent du mal à se faire respecter par leurs élèves, et enfin ceux qui sont ouverts au dialogue, qui s'investissent socialement et qui transmettent leurs passion pour la matière sans avoir à recourrir à des sanctions disciplinaires policières ou à des méthodes pédagogiques inadaptées à la plupart: Des profs qui mettent un peu de leurs tripes!!! Inutile de dire que ce sont les troisièmes qui réussissent le mieux.

Sans doute, mais c'est un peu comme la mère qui "réussit bien "avec ses enfants, en ne les contrariant jamais, en les laissant bouffer des chips devant la télé à longueur de journée et jusque tard dans la nuit. Des enfants élevés sans contraintes peuvent ne guère poser de problème aumoment même, mais n'ont pas non plus l'entrainement minimum aux vicissitudes de la vie qui les ratrappent tôt ou tard, et les laissent désemparés.

Mon gosse (14 ans) a des profs géniaux, mais aussi quelques abrutis sauce peau de vache. Je lui ai expliqué que tous lui étaient ut!les : les uns en lui donnant un goût suppplémentaire du savoir et des bases solides, les autres lui apprenant à coexister avec des cons, ce qui fait partie de toute formation aboutie Smile

Pour ma part, j'ai été élevée dans une discipline de fer. J'ai donc très vite compris que ma liberté ne devait rien aux autres, mais devait être en moi.
J'ai donc eu, tout au long de ma carrière, un taux de bonne humeur et d'impérméabilités aux emmerdes qui a sidéré tous cexu qui m'ont cotoyée Smile

Bref, je crois qu'un bon professeur doit être stimulant, bien entendu, mais jamais "compréhensif".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fourmi
second secretaire
second secretaire


Nombre de messages : 877
Age : 67
Localisation : Agii Deka (Crète)
Date d'inscription : 21/12/2005

MessageSujet: Re: légende d'école   Mar 2 Oct 2007 - 17:28

La première des qualités qu'un enseignant doit avoir , c'est de se souvenir de son propre parcours d'apprentissage des notions fondamentales..... afin de pouvoir , en faisant revivre ce parcours à ses élèves, les amener , en se donnant le temps nécessaire, à la maîtrise de ces notions fondamentales....

Ceci ne peut se faire que dans le respect de l'élève comme individu en cours d'apprentissage.... qui a besoin de temps , de patience de la part de l'enseignant... et , à ce titre, de compréhension....

Pour autant, il est vrai que , si l'élève est un tant soit peu motivé, il ne souffrira pas plus que cela d'un enseignanat ne dispossant pas de ces qualités...

Cordialement

fourmi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.origines.fr.st
MP
membre éminent de l'opposition


Nombre de messages : 581
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: légende d'école   Mer 3 Oct 2007 - 12:13

Je crois que la première qualité d'un enseignant est d'être passionné et passionnant. Parce qu'un tel interlocuteur fait honneur à ses élèves, et monte la barre automatiquement.

Mais je crois su'on exagère un peu en prétendant que l'enseignant doit se mettre intégralement au niveau de ses élèves : on prive ainsi ceux-ci de toute souplesse et de toute adaptabilité.

C'est à l'élève de faire l'effort nécessaire. Plus tard dans la vie, il deva sans doute percevoir ce que veulent dire des interlocuteurs ni n'ont ni son rythme,ni sa dialectique. Plus il aura été formé jeune à cet exercice, mieux il se portera.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fourmi
second secretaire
second secretaire


Nombre de messages : 877
Age : 67
Localisation : Agii Deka (Crète)
Date d'inscription : 21/12/2005

MessageSujet: Re: légende d'école   Mer 3 Oct 2007 - 12:42

Bonjour,

L'enseignant à un "contenu" à communiquer à ses élèves et c'est donc aux élèves d'intégrer ce contenu, l'enseignant agissant essentiellement sur la forme de l'apprentissage de ce contenu.... pas question de se mettre "au niveau" des élèves sur un autre plan que celui de la forme.

J'avais utilisé le mot "respect"....

Vous parlez de "faire honneur"...

Nous sommes sur la même longueur d'onde que je pourrais synthétiser par le mot "vocation" pour le métier d'enseignant....

Respecter ses élèves, leur faire honneur, les passionner..... cela demande un engagement personnel, des convictions, une confiance en soi que le système éducatif doit valoriser en encourageant les enseignants dans cette voie....

Quant aux élèves, ce que vous dites est pertinent puisqu'ils doivent être prêts à affronter, plus tard, des situations variées et parfois inenvisageables au présent, surtout lorsque les évolutions sociales , techniques, scientifiques ou autres, comme c'est le cas depuis quelques décennies, se font à une vitesse exponentielle...

Il est temps de mettre un terme à des idées malheureusement très répandue qui consistent à penser que c'est en s'amusant que l'on apprend.... : le "jeu" peut-être un des moyens de l'apprentissage , mais, au-delà, il s'agit de fournir effectivement des efforts soutenus, d'autant plus soutenus que les acquisitions sont nombreuses à intégrer.

Le meilleur des "maîtres" est celui qui apprend à ses élèves à se passer de maître".

Cordialement

fourmi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.origines.fr.st
MP
membre éminent de l'opposition


Nombre de messages : 581
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: légende d'école   Jeu 4 Oct 2007 - 0:16

Le ciel vous bénisse ...

Et fasse de vous contaminiez tout l'enseignement :-)

Nous sommes bien d'accord !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fourmi
second secretaire
second secretaire


Nombre de messages : 877
Age : 67
Localisation : Agii Deka (Crète)
Date d'inscription : 21/12/2005

MessageSujet: Re: légende d'école   Jeu 4 Oct 2007 - 11:29

Merci de votre accord....

Sachez que, par mes actions au sein et hors de l'institution scolaire, depuis presque 40 années, j'ai développé et mis en application ces idées et principes..... que cela ne m'a pas valu que des "compliments".... mais que l'évolution du système semble aller dans ce sens....

Quant au ciel, je me passe de sa bénédiction : père et citoyen du monde, il me suffit de savoir que le monde change de cap avec pour objectif d'aller vers le mieux pour me sentir bien, en conscience...

Cordialement

fourmi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.origines.fr.st
Savinien
bavard
bavard


Nombre de messages : 141
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: Re: légende d'école   Dim 7 Oct 2007 - 5:57

Avec le petit recul que permettent mes presques 25 années d'existence, j'ai constaté ceci : les profs que je respecte et remercie aujourd'hui le plus sont ceux qui se montrèrent les plus intransigeant et les plus sévères (en règle générale évidement).

Ce qui n'exclut absolument pas qu'ils y pu être compréhensifs, passionnant etc.

Bref, je trouve cette catégarisation très sommaire et peu représentative de l'enseignement.
D'autant plus que l'on prend déjà pour base un exemple très limite !

Et de rajouter qu'il est facile de théoriser et stigmatiser les profs mais lorsque l'on se retrouve devant une classe d'une trentaine d'élèves, la chanson est différente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MP
membre éminent de l'opposition


Nombre de messages : 581
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: légende d'école   Dim 7 Oct 2007 - 9:48

Pour nous résumer, ce n'est pas généraliser que de voir différents types de profs :
- ceux qui "y croient" et communiquent, souvent avec un habile cocktail d'exigence et d'humour ;
- ceux qui voient leur classe comme un troupeau à "garder" 55 minutes ;
- ceux qui naviguent entre ces deux extrèmes, avec un ennui plus ou moins visible.
- etc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fourmi
second secretaire
second secretaire


Nombre de messages : 877
Age : 67
Localisation : Agii Deka (Crète)
Date d'inscription : 21/12/2005

MessageSujet: Re: légende d'école   Dim 7 Oct 2007 - 23:13

Savinien a écrit:


Et de rajouter qu'il est facile de théoriser et stigmatiser les profs mais lorsque l'on se retrouve devant une classe d'une trentaine d'élèves, la chanson est différente.

Avec plus de trente années d'enseignement, dans le secteur de l'Education nationale appelé "Enfance Inadaptée", dans les quartiers - "ghettos" d'une ville de province, je n'ai aucune envie de théoriser ni de stigmatiser quiconque car je suis TRES bien placé pour parler de la pratique de l'enseignement dans ce contexte de trente années où j'ai vu passer des Ministres et des politiques de toutes sortes.... au mépris des réalités de terrain que je connais parfaitement....

Il est une "vocation" qui ne devrait jamais s'éteindre : celle qui consiste à communiquer des connaissances, un esprit critique, pour faire des élèves confiés à l'école des adultes responsables et autonomes....

Cordialement

fourmi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.origines.fr.st
Savinien
bavard
bavard


Nombre de messages : 141
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: Re: légende d'école   Dim 7 Oct 2007 - 23:34

fourmi a écrit:
Savinien a écrit:


Et de rajouter qu'il est facile de théoriser et stigmatiser les profs mais lorsque l'on se retrouve devant une classe d'une trentaine d'élèves, la chanson est différente.

Avec plus de trente années d'enseignement, dans le secteur de l'Education nationale appelé "Enfance Inadaptée", dans les quartiers - "ghettos" d'une ville de province, je n'ai aucune envie de théoriser ni de stigmatiser quiconque car je suis TRES bien placé pour parler de la pratique de l'enseignement dans ce contexte de trente années où j'ai vu passer des Ministres et des politiques de toutes sortes.... au mépris des réalités de terrain que je connais parfaitement....

Il est une "vocation" qui ne devrait jamais s'éteindre : celle qui consiste à communiquer des connaissances, un esprit critique, pour faire des élèves confiés à l'école des adultes responsables et autonomes....

Cordialement

fourmi

Fourmi, je vous assure que je ne vous visais absolument pas. Je parlais en général car on a souvent tendance dans des discussions, à lâcher de grandes théories qui font peu de cas des réalités.
Maman est elle même prof dans une école "à discrimination positive" et pousse souvent les hauts cris devants les élucubrations de nos chers édiles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fourmi
second secretaire
second secretaire


Nombre de messages : 877
Age : 67
Localisation : Agii Deka (Crète)
Date d'inscription : 21/12/2005

MessageSujet: Re: légende d'école   Lun 8 Oct 2007 - 20:02

Merci , Savinien , de cette précision qui me rassure... car les réalités font très souvent un mauvais sort aux grandes théories...effectivement... et j'ai pu en mesurer les "ravages".

J'ai connu, tout au long de ma "carrière", tant et tant de théoriciens, de vilipendeurs d'enseignants à commencer par leur hiérarchie ou les parents qui leur confiaient leurs enfants, que je ne puis plus que dire que seul le contact avec les élèves, en les prenant pour ce qu'ils sont, avec leurs lacunes et leurs capacités, avec leurs goûts et leurs répulsions, avec leur vécu et.... leur avenir qui se profile.... est le moyen pour un enseignant de réussir dans la tâche considérable qui est la sienne...

Qu'est exactement une école "à discrimination positive" ???

Quels en sont les carctéristiques des élèves ??

Qu'est-il demandé aux enseignants ???

Cordialement

fourmi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.origines.fr.st
Savinien
bavard
bavard


Nombre de messages : 141
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: Re: légende d'école   Mar 9 Oct 2007 - 4:18

fourmi a écrit:
Merci , Savinien , de cette précision qui me rassure... car les réalités font très souvent un mauvais sort aux grandes théories...effectivement... et j'ai pu en mesurer les "ravages".

Je te comprends parfaitement, bien que n'étant pas enseignant, j'ai une petite idée via maman et ce n'est pas rose du tout !
J'ai connu, tout au long de ma "carrière", tant et tant de théoriciens, de vilipendeurs d'enseignants à commencer par leur hiérarchie ou les parents qui leur confiaient leurs enfants, que je ne puis plus que dire que seul le contact avec les élèves, en les prenant pour ce qu'ils sont, avec leurs lacunes et leurs capacités, avec leurs goûts et leurs répulsions, avec leur vécu et.... leur avenir qui se profile.... est le moyen pour un enseignant de réussir dans la tâche considérable qui est la sienne...

Qu'est exactement une école "à discrimination positive" ???

Quels en sont les carctéristiques des élèves ??

Qu'est-il demandé aux enseignants ???

Cordialement

fourmi

En gros c'est un doux euphémisme pour qualifier les écoles "poubelles", les écoles qui prennent les élèves dont plus personne ne veut.

On demande tellement de choses aux enseignants qu'il est difficile de les résumer d'autant plus que ces consignes changent d'années en années (et sont souvent contradictoire car suivent le gré des "inspirations géniales" du ministère- chose extrêmement agréable qui conduit maman à pouvoir s'amuser à refaire ses cours presque tous les ans, chose à l'abri duquel est l'enseignant des écoles "classiques").
Mais en gros, on demande à l'enseignant d'être un peu tout à la fois : prof, assistant social, éducateur etc.

Bien sûr, leur en donner les moyens ... C'est autre chose !

Pour ma part, je pense que le véritable problème de l'enseignement réside dans la place que l'on donne aujourd'hui dans la société à l'enseignant. Il y est de plus en plus vilipendé, méprisé et commis d'office en bourreau.

Je trouve que l'on accorde beaucoup trop peu d'importance à cet aspect là et à son symbole, catastrophique pour nos sociétés car ce n'est rien de moins que la destruction d'une de ses pierres angulaires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MP
membre éminent de l'opposition


Nombre de messages : 581
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: légende d'école   Mar 9 Oct 2007 - 10:30

Il est certain, Savinien, que l'enseignement se trouve à présent devant une "mission impossible".

Mais j'ai une autre hypothèse que le classique manque de moyens, ou le mépris de l'école.

Tout au contraire, je crois qu'on a mis l'enseignement comme un genre de "but ultime" pour chaque enfant, sans trop se préoccuper de la réalité. On a voulu que chaque citoyen sache lire et écrire, ce qui est une bonne chose. Qu'il sache compter, et ait quelques notions générales, pourquoi pas ?

Mais ces missions élémentaires ont vite été noyées dans le fatras de tout ce qu'on a voulu faire assimiler par les enfants scolarisés, jusqu'à l'absurde. Le prof devient non le dispensateur de savoir, mais aussi l'assistante sociale, le psychothérapeuthe, le médecin, le conseiller familial, l'animateur, etc etc ... Too much ! On le constate en voyant que même les notions de base ne sont plus acquises.

Pour des questions de "standing culturel", on a aussi voulu un enseignement obligatoire jusqu'à 18 ans, enfermant littéralement en classe des élèves quii n'en ont pous rien à cirer depuis longtemps, et n'y apprennent rien (tout en empêchant les autres de s'instruire).

Il me semble qu'il faut revoir sérieusement les choses.

D'abord, débarrasser les enseignants des missions 'annexes" qui ne cessent d'augmenter : ce n'est pas leur rôle (pour ne prendre qu'un exemple très simple) d'éradiquer les poux de certains élèves qui se transmettent à tous leurs condisciples. Un enfant qui a des poux doit être renvoyé chez lui pour traitement, ne serait-ce que par prophylaxie.

Un élève qui n'a pas atteint le niveau attendu doit doubler. C'est très clair. Sans quoi l'année suivante est déjà pénalisée pour toute la classe. On peut éventuellement envisager des "remèdes" en cours d'année, avec quelques heures de remédiation pour les élèves en difficulté. Mais pas plus.

Quant à l'élève qui ne s'intéresse plus à l'école, il doit évidemment la quitter au plus tôt, sans états d'âmes : il n'y a pas qu'un diplôme ne valant rien pour réussir sa vie ! Un tel élève aura tout intérêt à passer plus rapidement à la vie pratique, par toute forme d'apprentissage, et en tirera bien plus qu'à glander au fond d'une classe.

On ne trouve plus d'artisans, par exemple, parce que ces métiers sont le fruit d'un apprentissage précoce. et cependant, ils offrent une qualité de vie remarquable.

Ce qui est purement idéologique et parfaitement inhumain, c'est de constituer un team (une classe) avec une partie de ses éléments totalement inintéressés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Savinien
bavard
bavard


Nombre de messages : 141
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: Re: légende d'école   Mar 9 Oct 2007 - 10:51

Oulala, tu vas encore te faire incendier ! C'est pourtant du bon sens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MP
membre éminent de l'opposition


Nombre de messages : 581
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: légende d'école   Mar 9 Oct 2007 - 15:47

Prépare l'extincteur :-)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MP
membre éminent de l'opposition


Nombre de messages : 581
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: légende d'école   Mar 9 Oct 2007 - 16:15

Ce mail du répondeur téléphonique tombe trop à propos pour que je vous en prive :-)

"Bonjour!

Vous avez rejoint le service de réponse automatisé
de l'école de votre enfant.


Dans le but de mieux répondre à vos besoins et de
vous permettre de parler à la bonne personne, veuillez écouter le menu suivant avant de faire votre sélection :



Ø Pour mentir au sujet de l'absence de votre
enfant, faites le 1.



Ø Pour excuser le fait que votre enfant n'a
pas fait son devoir, faites le 2.



Ø Pour vous plaindre de ce que nous faisons,
faites le 3.



Ø Pour demander la démission d'un professeur,
faites le 4.



Ø Pour demander pourquoi vous n'avez pas reçu
les documents qui étaient déjà inclus dans votre lettre de convocation ainsi que dans les précédents bulletins qui vous ont été postés, faites le 5.



Ø Pour justifier le fait que votre enfant envoie des SMS pendant le cours, faites le 6.



Ø Si vous voulez que nous élevions votre
enfant, faites le 7.



Ø Pour demander que votre enfant change
d'enseignante pour la troisième fois cette année, faites le 8.



Ø Pour vous plaindre du transport scolaire, faites le 9.



Ø Pour vous plaindre du distributeur automatique de cannettes, faites le 0.



Ø Si vous réalisez que vous êtes dans le vrai
monde, et que votre
enfant doit être responsable de ses actions, de ses
travaux en classe et
à la maison, et que ce n'est pas la faute de
l'enseignant (e) de votre
enfant s'il ne fournit pas d'effort,......
Veuillez raccrocher et passez une belle journée..."

Cela fera peut-être rire la maman de Savinien :-)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stephane
Calife


Nombre de messages : 963
Localisation : paris
Date d'inscription : 20/12/2005

MessageSujet: Re: légende d'école   Mer 10 Oct 2007 - 18:57

devil2

Citation :
[quote="MP"]Il est certain, Savinien, que l'enseignement se trouve à présent devant une "mission impossible".

Mais j'ai une autre hypothèse que le classique manque de moyens, ou le mépris de l'école.
moi aussi: la ghettoïsation!!!

Citation :
Tout au contraire, je crois qu'on a mis l'enseignement comme un genre de "but ultime" pour chaque enfant, sans trop se préoccuper de la réalité. On a voulu que chaque citoyen sache lire et écrire, ce qui est une bonne chose. Qu'il sache compter, et ait quelques notions générales, pourquoi pas ?
La seule mission de l'école jusqu'à la majorité, est l'accession de tous à une vraie citoyenneté. rien d'autre! Cela passe par l'apprentissage de la lecture, de l'écriture et du raisonnement historique, géographique et mathématique.
Citation :
Mais ces missions élémentaires ont vite été noyées dans le fatras de tout ce qu'on a voulu faire assimiler par les enfants scolarisés, jusqu'à l'absurde.
Que voulez vous dire? Ce sont les enfants qui sont scolarisés jusqu'à l'absurde ou ce qu'on leur enseigne?
Citation :

Le prof devient non le dispensateur de savoir, mais aussi l'assistante sociale, le psychothérapeuthe, le médecin, le conseiller familial, l'animateur, etc etc ... Too much ! On le constate en voyant que même les notions de base ne sont plus acquises.
Ah bon!!!! les notions de bases ne sont plus acquises???? Vous voulez dire qu'une proportion importante de la population agée de plus de 18 ans ne sait ni lire ni écrire ni compter???? De plus le prof n'est pas là que pour dispenser un cours (les livres suffisent pour cela) Il doit s'adapter à son auditoire pour le captiver et lui transmettre les valeurs de la matière qu'il enseigne: chaque enfant est different, il n'existe pas de méthode pédagogique universelle.

Citation :
Pour des questions de "standing culturel", on a aussi voulu un enseignement obligatoire jusqu'à 18 ans, enfermant littéralement en classe des élèves quii n'en ont pous rien à cirer depuis longtemps, et n'y apprennent rien (tout en empêchant les autres de s'instruire).
Juste une question: Comment expliquez vous que des écoles soient remplis de ces élèves qui n'en ont rien à cirer alors que d'autres ont un nombres d'élèves de ce style proche du zero absolu? Comment expliquez vous que ces deux types d'écoles coincident avec deux types de classes sociales bien differentiables?
Je n'en avais rien à cirer de l'anglais depuis mes 12 ans, mais je suis bien content aujourd'hui qu'on me l'ai quand même enseigné.


Citation :
Il me semble qu'il faut revoir sérieusement les choses.
En effet, il serait bon d'aller dans un sens très exactement opposé au votre!

Citation :
D'abord, débarrasser les enseignants des missions 'annexes" qui ne cessent d'augmenter : ce n'est pas leur rôle (pour ne prendre qu'un exemple très simple) d'éradiquer les poux de certains élèves qui se transmettent à tous leurs condisciples. Un enfant qui a des poux doit être renvoyé chez lui pour traitement, ne serait-ce que par prophylaxie.
Le coup des poux est quand même très anecdotique, et si il est arrivé que ce soit les profs qui s'en occupent, c'est soit par manque de moyens, soit par defaillance de l'école en question.


Citation :
Un élève qui n'a pas atteint le niveau attendu doit doubler. C'est très clair. Sans quoi l'année suivante est déjà pénalisée pour toute la classe. On peut éventuellement envisager des "remèdes" en cours d'année, avec quelques heures de remédiation pour les élèves en difficulté. Mais pas plus.
Non, je suis completement opposé au redoublement, c'est inutile et néfaste.
et je ne répondrais à ceci que:

VIVE LA FINLANDE
lisez donc ceci: http://www.meirieu.com/ECHANGES/robertfinlande.pdf
Toutes les études montrent que les élèves faiblent qui passent en force réussisent mieux leurs scolarité que les élèves ayant redoublés.
En Finlande, le redoublement est quasiment interdit, la finlande a le meilleur système éducatif du monde.


Ce graphique montre par ordre décroissant les pays ayant réalisés le plus de points au test PISA
En vert, les pays ayant abandonné le redoublement (4 sur 5 sont devant la France, par contre bravo à la communauté flamande, deuxieme), en rouge les autres... Et oui, le redoublement est completement inutile, sans compter son coût...

Citation :
Quant à l'élève qui ne s'intéresse plus à l'école, il doit évidemment la quitter au plus tôt, sans états d'âmes : il n'y a pas qu'un diplôme ne valant rien pour réussir sa vie ! Un tel élève aura tout intérêt à passer plus rapidement à la vie pratique, par toute forme d'apprentissage, et en tirera bien plus qu'à glander au fond d'une classe.
Non!!!! l'école forme des citoyens jusqu'à 18 ans. En france il n'y a pas de sous citoyens et de surcitoyens, tout le monde à le même droit de vote, donc tout le monde doit avoir la même formation généraliste, même si on peut autoriser, de manières modérée, quelques spécialisations d'excellences que chacun choisit en fonction de ces gouts et de la future vie qu'il souhaite en tant que citoyen (et là pourquoi pas des spécialité pratiques, je ne suis pas contre...). Mais la spécialisation rapide sans un socle commun fort créait une scission dans la citoyenneté, une segmentation du langage, qui entraine un culte de la superficialité, un culte de l'éphemère, et par extension, un culte de la consommation et du populisme. Les media veulent parler au plus grand nombre. Si le socle de connaissances communes est trop bas, les média, et les politiques qui leurs courent après s'éloigneront de la reflexion pour aller vers la séduction d'un peuple majoritairement attiré par l'image choc.


Citation :
On ne trouve plus d'artisans, par exemple, parce que ces métiers sont le fruit d'un apprentissage précoce. et cependant, ils offrent une qualité de vie remarquable.
c'est drôle ça! Et pourquoi pas un artisan formé en fillière générale et qui aurait choisis de se spécialiser dans l'artisanat? Bref un artisan qui sache artisaner mais aussi parler de Kant et avoir un esprit critique constructif sur la deflation.
Citation :

Ce qui est purement idéologique et parfaitement inhumain, c'est de constituer un team (une classe) avec une partie de ses éléments totalement inintéressés.
Ce qui est purement idéologique et parfaitement inhumain, c'est de séparer une même classe d'individus en deux, avec d'un coté, ceux qui se sont adaptés et qu'on choisit de faire réussir et de l'autre ceux qu'on balance ailleurs: ceux qui n'ont pas reçu un enseignement adapté à leurs besoins et à leurs histoire singulière.

_________________
La guerre, c'est simple : c'est faire entrer un morceau de fer dans un morceau de chair.
Godard
http://unavenirmeilleur.canalblog.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MP
membre éminent de l'opposition


Nombre de messages : 581
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: légende d'école   Mer 10 Oct 2007 - 22:32

[quote="stephane"]devil2


Citation :
moi aussi: la ghettoïsation!!!

Le phénomène est mois net en Belgique, où il n'existe pas de carte scolaire. Chaque élève va dans l'école qu'il veut. Mais il y a aussi un effet de concentration des élèves dans leur quartier.

Citation :
La seule mission de l'école jusqu'à la majorité, est l'accession de tous à une vraie citoyenneté. rien d'autre! Cela passe par l'apprentissage de la lecture, de l'écriture et du raisonnement historique, géographique et mathématique.

Appelle ces acquisitions de base comme tu veux. Moi, il me semble que la citoyenneté, je l'ai acquise à la maison, mais soit ...

Citation :
Que voulez vous dire? Ce sont les enfants qui sont scolarisés jusqu'à l'absurde ou ce qu'on leur enseigne?

Un peu des deux. Oui, il est inutile de s'acharner sur la scolarisation d'un adolescent qui nen veut plus. Mais surtout on confond dans l'enseignement le principal et l'accessoire, au détriment manifeste des acquis de base.

Citation :
Ah bon!!!! les notions de bases ne sont plus acquises???? Vous voulez dire qu'une proportion importante de la population agée de plus de 18 ans ne sait ni lire ni écrire ni compter????

Les acquisitions dont vous parlez sont évidemment du rôle des primaires. il n'empèche que je constate, en corrigeant des épreuves écrites de type "bas 4) que la MAJORITE des étudiants ne peuvent ni écrire sans faute, ni construire une phrase coordonnée correcte, ni ponctuer. Mon échantillon est d'environ 500 étudiants de diverses universités chaque année, et cela nne fait qu'empirer.

Citation :
De plus le prof n'est pas là que pour dispenser un cours (les livres suffisent pour cela) Il doit s'adapter à son auditoire pour le captiver et lui transmettre les valeurs de la matière qu'il enseigne: chaque enfant est different, il n'existe pas de méthode pédagogique universelle.

Là, tu touches mon dada : la passion du prof, communicative. Malheureusement, elle n'est pas prise en compte lors de la sélection des profs, et bien peu le sont vraiment.

Citation :
Je n'en avais rien à cirer de l'anglais depuis mes 12 ans, mais je suis bien content aujourd'hui qu'on me l'ai quand même enseigné.

Je ne parle pas de l'enfant qui n'aime pas une matière, mais de celui qui rejette en bloc toute forme d'enseignement, de manière persistante.

Citation :
En effet, il serait bon d'aller dans un sens très exactement opposé au votre!

L'édole obligatoire jusqu'à 65 ans, l'abandon des acquis de base et leur remplacement par des bourrgaes de crâne "idéologiques" ? Very Happy

Citation :
Le coup des poux est quand même très anecdotique, et si il est arrivé que ce soit les profs qui s'en occupent, c'est soit par manque de moyens, soit par defaillance de l'école en question.

Voous êtes comique ! Vous oubliez sue ces enfants ont des parents ?

Citation :
VIVE LA FINLANDE
lisez donc ceci: [url]Et oui, le redoublement est completement inutile, sans compter son coût...

L'exemple de la Finlande ne peut séduire que quelqu'un qui n'y a jamais mis les pieds.

Citation :
Mais la spécialisation rapide sans un socle commun fort créait une scission dans la citoyenneté, une segmentation du langage,

Very Happy Very Happy Very Happy Parce qu'actuellement, il n'y a pas segmentation du langage ? Very Happy Very Happy Very Happy Une étude récente des échecs à l'Université de Bruxelles démontrait que les causes d'échecs n'étaient même pas l'ignorance des réponses, mais l'incapacité à même comprendre les questions.

Citation :
c'est drôle ça! Et pourquoi pas un artisan formé en fillière générale et qui aurait choisis de se spécialiser dans l'artisanat? Bref un artisan qui sache artisaner mais aussi parler de Kant et avoir un esprit critique constructif sur la deflation.

Je crois que vous ignorez tout des artisans ! Pour faire un bon potier ou un bon couvreur, il faut environ 10 ans de pratique. Alors, en le gardant en filière générale jusqu'à 18 ans, le temps qu'il se forme, puis qu'il s'installe et arrive à un turn over correct, il en aura 35 ! Vous pensez semble-t-il que ce genre de métier d'apprend "en option" ? Smile


Citation :
Ce qui est purement idéologique et parfaitement inhumain, c'est de séparer une même classe d'individus en deux, avec d'un coté, ceux qui se sont adaptés et qu'on choisit de faire réussir et de l'autre ceux qu'on balance ailleurs: ceux qui n'ont pas reçu un enseignement adapté à leurs besoins et à leurs histoire singulière.

Pourquoi tous les footballeurs ne jouent-ils pas dans la même division ?
Simplemet pour que chaque joueur soit traité individuellement, aille aussi loin que sa constitution et le temps qu'il consacre à ses entrainements le lui permettent, et que les moins forts n'aient ni gêne ni complexes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MP
membre éminent de l'opposition


Nombre de messages : 581
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: légende d'école   Mer 10 Oct 2007 - 22:33

[quote="stephane"]devil2


Citation :
moi aussi: la ghettoïsation!!!

Le phénomène est mois net en Belgique, où il n'existe pas de carte scolaire. Chaque élève va dans l'école qu'il veut. Mais il y a aussi un effet de concentration des élèves dans leur quartier.

Citation :
La seule mission de l'école jusqu'à la majorité, est l'accession de tous à une vraie citoyenneté. rien d'autre! Cela passe par l'apprentissage de la lecture, de l'écriture et du raisonnement historique, géographique et mathématique.

Appelle ces acquisitions de base comme tu veux. Moi, il me semble que la citoyenneté, je l'ai acquise à la maison, mais soit ...

Citation :
Que voulez vous dire? Ce sont les enfants qui sont scolarisés jusqu'à l'absurde ou ce qu'on leur enseigne?

Un peu des deux. Oui, il est inutile de s'acharner sur la scolarisation d'un adolescent qui nen veut plus. Mais surtout on confond dans l'enseignement le principal et l'accessoire, au détriment manifeste des acquis de base.

Citation :
Ah bon!!!! les notions de bases ne sont plus acquises???? Vous voulez dire qu'une proportion importante de la population agée de plus de 18 ans ne sait ni lire ni écrire ni compter????

Les acquisitions dont vous parlez sont évidemment du rôle des primaires. il n'empèche que je constate, en corrigeant des épreuves écrites de type "bas 4) que la MAJORITE des étudiants ne peuvent ni écrire sans faute, ni construire une phrase coordonnée correcte, ni ponctuer. Mon échantillon est d'environ 500 étudiants de diverses universités chaque année, et cela nne fait qu'empirer.

Citation :
De plus le prof n'est pas là que pour dispenser un cours (les livres suffisent pour cela) Il doit s'adapter à son auditoire pour le captiver et lui transmettre les valeurs de la matière qu'il enseigne: chaque enfant est different, il n'existe pas de méthode pédagogique universelle.

Là, tu touches mon dada : la passion du prof, communicative. Malheureusement, elle n'est pas prise en compte lors de la sélection des profs, et bien peu le sont vraiment.

Citation :
Je n'en avais rien à cirer de l'anglais depuis mes 12 ans, mais je suis bien content aujourd'hui qu'on me l'ai quand même enseigné.

Je ne parle pas de l'enfant qui n'aime pas une matière, mais de celui qui rejette en bloc toute forme d'enseignement, de manière persistante.

Citation :
En effet, il serait bon d'aller dans un sens très exactement opposé au votre!

L'édole obligatoire jusqu'à 65 ans, l'abandon des acquis de base et leur remplacement par des bourrgaes de crâne "idéologiques" ? Very Happy

Citation :
Le coup des poux est quand même très anecdotique, et si il est arrivé que ce soit les profs qui s'en occupent, c'est soit par manque de moyens, soit par defaillance de l'école en question.

Voous êtes comique ! Vous oubliez sue ces enfants ont des parents ?

Citation :
VIVE LA FINLANDE
lisez donc ceci: [url]Et oui, le redoublement est completement inutile, sans compter son coût...

L'exemple de la Finlande ne peut séduire que quelqu'un qui n'y a jamais mis les pieds.

Citation :
Mais la spécialisation rapide sans un socle commun fort créait une scission dans la citoyenneté, une segmentation du langage,

Very Happy Very Happy Very Happy Parce qu'actuellement, il n'y a pas segmentation du langage ? Very Happy Very Happy Very Happy Une étude récente des échecs à l'Université de Bruxelles démontrait que les causes d'échecs n'étaient même pas l'ignorance des réponses, mais l'incapacité à même comprendre les questions.

Citation :
c'est drôle ça! Et pourquoi pas un artisan formé en fillière générale et qui aurait choisis de se spécialiser dans l'artisanat? Bref un artisan qui sache artisaner mais aussi parler de Kant et avoir un esprit critique constructif sur la deflation.

Je crois que vous ignorez tout des artisans ! Pour faire un bon potier ou un bon couvreur, il faut environ 10 ans de pratique. Alors, en le gardant en filière générale jusqu'à 18 ans, le temps qu'il se forme, puis qu'il s'installe et arrive à un turn over correct, il en aura 35 ! Vous pensez semble-t-il que ce genre de métier d'apprend "en option" ? Smile


Citation :
Ce qui est purement idéologique et parfaitement inhumain, c'est de séparer une même classe d'individus en deux, avec d'un coté, ceux qui se sont adaptés et qu'on choisit de faire réussir et de l'autre ceux qu'on balance ailleurs: ceux qui n'ont pas reçu un enseignement adapté à leurs besoins et à leurs histoire singulière.

Pourquoi tous les footballeurs ne jouent-ils pas dans la même division ?
Simplemet pour que chaque joueur soit traité individuellement, aille aussi loin que sa constitution et le temps qu'il consacre à ses entrainements le lui permettent, et que les moins forts n'aient ni gêne ni complexes.

Mais pour comprendre cela, il faut aimer les enseignants, aimer les gosses, et les connaître. Vous les traitez comme des pions au service de votre vision idéologique et totalement erronée de la réalité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: légende d'école   Aujourd'hui à 0:51

Revenir en haut Aller en bas
 
légende d'école
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Entrée à l'école sans BCG : comment faire ?
» [Divers écoles de spécialité] École des Pilotes de la Flotte à St Malo 35
» Les 25 ans du batiment école ( BE ) Lion
» Centenaire de la première école Maria Montessori
» 1930. Le patois Normand à l'école.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ecologie-Intelligence-Solidarité :: Humanités :: Pédagogie-
Sauter vers: