Ecologie-Intelligence-Solidarité

Pour la fondation d'une France bâtie sur l'intelligence.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Á la recherche de nouveaux camarades

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
zatopek
aspirant
aspirant


Nombre de messages : 73
Age : 37
Localisation : Suède
Date d'inscription : 21/12/2005

MessageSujet: Á la recherche de nouveaux camarades   Jeu 12 Avr 2007 - 9:11

http://adbusters.org/the_magazine/70/In_Search_of_New_Comrades.html

J'ai fait une petite disgression au bas du message sur les élections á venir en France.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.photos-suede.com/lang-sv/
fourmi
second secretaire
second secretaire


Nombre de messages : 877
Age : 67
Localisation : Agii Deka (Crète)
Date d'inscription : 21/12/2005

MessageSujet: Re: Á la recherche de nouveaux camarades   Jeu 12 Avr 2007 - 10:07

J'ai lu votre interventioon, mais c'est votre signature qui m'a interpellé, toutes mes excuses.

Citation :
"Ce qui compte, ce n'est pas l'issue c'est le combat" Mano Solo

Oui, ceci est juste... en ce sens que trop souvent, on entre en campagne (militaire ou électorale) en oubliant l'essentiel : la raison de son "engagement".... (militaire ou électoral)...

Dans un cas, c'est un engagement pour la paix et son maintien....

Dans l'autre cas, c'est le service de l'homme et donc de l'humanité.

En fait, les deux cas se rejoignent dans l'amour de l'autre et de soi-même, dans la quête du bonheur individuel et collectif...

Hélas, pour certains, le combat leur procure du plaisir alors que l'issus leur en paraît incertaine....

Alors, ils se battent, se battent encore sans plus savoir pourquoi....

En France, dans une île, ce fut longtemps une "tradition". Cela se nommait la vendetta où, de générations en génération, les rancoeurs étaient prolongées dans le temps.

Citation :
"Une fois en possession des Arcanes de l'Art Royal, nous nous inquiétâmes de savoir si c'était là le BONHEUR . Et chacun, s'imaginant être parvenu au bout du Labyrinthe, tomba de haut . Car nous nous rendîmes seulement compte alors que nous étions revenus sans le savoir sur nos pas, nous retrouvant au même point qu'au début de la recherche, et tout aussi peu pourvus de ce après quoi nous soupirions ."

Propos placés par Platon dans la bouche de Socrate lors d'un dialogue où le sophiste Euthydéme fait l'objet de moqueries.

PLATON : disciple de Socrate et maître d'Aristote 428 à 348 avant Jésus-christ.

SOCRATE : 470 à 399 avant Jésus-Christ

Quand j'étais enseignant, devant de tels comportements, je réagissais à ma manière. En voici un exemple :

Citation :
"J’aurai, par la suite, maintes occasions de réutiliser cette technique des anecdotes parlantes pour illustrer certains travers humains. Je me souviens par exemple de cette scènette que j’ai improvisée un jour, en classe, où mes élèves dont on disait qu’ils étaient “déficients” (quel horrible qualificatif teinté, a priori, d’échec et de résignation) sont devenus acteurs, puis penseurs: chaque jour, lors de la mise en rangs, éclataient des conflits. C’était à qui occuperait les premières places, sans autre avantage que d’être à la première place.
Bien sûr, le principe de la mise en rangs pouvait être remis en cause, voire supprimé, mais il n’est peut-être pas éducatif, pour supprimer un problème, d’en supprimer la cause: on ne peut résoudre le problème de l’éducation en supprimant les élèves ou les professeurs !
Bref, chacun voulait être le premier dans les rangs... et cela n’était, en fait que le reflet fidèle et prévisible des comportements que notre société pouvait induire. Aucun de mes discours, que je fasse appel à leur réflexion ou que je monte la voix, n’arrivait à faire entendre raison à mes chérubins. Cela devenait lassant, comme tous ces problèmes permanents de discipline qui se rencontrent de plus en plus dans les établissements scolaires, contraignant les enseignants à être plus policiers ou juges que dispensateurs de savoir ou aides pédagogiques. L’agressivité que les enfants commençaient à montrer entre eux, pour un prétexte aussi stupide, me choquait et me désolait.
Alors j’eus l’idée de leur faire vivre un “psychodrame” pour leur faire vraiment appréhender le ridicule de cette situation. Je fis mettre, une fois en classe, une dizaine d’enfants sur une seule ligne, les uns derrière les autres. A quelques mètres devant eux, je déposai un objet et leur expliquai, avant toute chose, la règle d’un nouveau jeu: à mon signal, ils partiraient tous ensemble et le premier qui aurait atteint l’objet aurait gagné.
Bien sûr, le dernier de la ligne s’insurge aussitôt: “Ce n’est pas juste. C’est moi qui suis le plus loin, alors je vais forcément arriver le dernier.” Il avait parfaitement raison; aussi je le fis passer à la première place, devant tous ses camarades. Le nouveau dernier fit à son tour entendre ses protestations, les mêmes que celles de son prédécesseur. Il passa donc en première place, mais le nouveau dernier... chacun des enfants devint ainsi tour à tour dernier, contesta, puis passa en tête de la file pour une durée bien éphémère.
Le jeu était bien amusant, la file se déplaçait vers l’avant si bien que, tout à coup, je mis un terme au déroulement des déplacements, demandant aux enfants de rester sur leurs positions: ils découvrirent ainsi PAR EUX-MÊMES que, obnubilés par le désir d’être premier, ils avaient oublier le but réel du jeu pour tous dépasser l’objet qu’ils convoitaient et qui aurait pu leur apporter le bonheur. Triste face-à-face avec eux-mêmes, mais que nous achevâmes dans un gigantesque éclat de rire.
J’ai voulu ensuite les faire réfléchir pour trouver une solution qui aurait pu éviter la “stupidité” dont ils venaient tous de faire preuve. Ils furent incapables d’imaginer d’autres dispositifs satisfaisants... et surtout pas de dire que le MAÎTRE avait eu une idée stupide (certes l’idée était “stupide”, mais l’objectif poursuivi par le maître l’était-il ?).
N’allez pas mettre leur impuissance sur le compte de leur jeunesse ou de leurs prétendues “incapacités”: bien des adultes à qui j’ai narré l’histoire en leur demandant une réponse ne m’ont rien proposé non plus, sauf à annuler ce jeu stupide. Et pourtant, il suffisait simplement de placer les enfants en cercle autour de l’objet pour que la Justice soit rétablie: chacun aurait ainsi été à égale distance de l’objet... Ah, que ces courses effrénées vers l’avant sont étranges.

Cordialement

fourmi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.origines.fr.st
 
Á la recherche de nouveaux camarades
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Recherche nom de camarades sur photo Commando Trepel à Mers el Kebir
» Plus de 6 millions d'actes nouveaux sur Geneanet
» Jeux de recherche des couleurs dans ta maison.
» Recherche camarades de mon père en guerre d'Indochine - Diên Biên Phu
» Recherche camarades qui ont servi sur le de grasse 1961 a 1963

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ecologie-Intelligence-Solidarité :: Archives :: Archives :: Bazar à trier-
Sauter vers: