Ecologie-Intelligence-Solidarité

Pour la fondation d'une France bâtie sur l'intelligence.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Quelques vérités sur le chômage en France

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
sympatik
Calife


Nombre de messages : 454
Date d'inscription : 29/12/2005

MessageSujet: Quelques vérités sur le chômage en France   Lun 26 Fév 2007 - 20:01

A méditer... le constat est hélas édifiant et effrayant.
pale

Citation :
lundi 26 février 2007, 17h28
Etre chômeur et indemnisé: une équation de moins en moins vérifiée
Par Claudine RENAUD

PARIS (AFP) - Moins d'un chômeur sur deux est indemnisé par l'assurance chômage (Unedic), a souligné lundi le collectif Les Autres chiffres du chômage (ACDC) en dénonçant la faiblesse et un recul de l'indemnisation depuis 2003, à la veille de la publication des chiffres du chômage de janvier.
"Il serait normal que tous les chômeurs qui ont cotisé soient indemnisés. Or ce n'est pas le cas", a expliqué Pierre Concialdi, du Réseau d'alerte sur les inégalités, membre de ce collectif d'associations et de syndicats (SNU-ANPE, SUD-ANPE, CGT-Insee, AC!, MNCP, etc.), lors d'un point presse.

Contrairement aux pays d'Europe du nord, souvent cités comme modèles par les candidat(e)s à la présidentielle, "l'indemnisation en France, c'est peanuts", s'est exclamé Marc Moreau d'AC! Chômage : "Sur des temps partiel, les gens se retrouvent vraiment avec des allocations de misère".

Fin 2006, seuls 47,5% des chômeurs, toutes catégories confondues, étaient indemnisés par l'assurance chômage, contre 54% en novembre 2003, selon ACDC, qui cite des chiffres Unedic corroborés par l'ANPE.

Celle-ci, dans une note de conjoncture du 16 novembre, indiquait aussi que moins de la moitié des demandeurs d'emploi étaient indemnisés par l'Unedic en juin 2006.

Cette évolution est liée au tour de vis donné par l'Unedic en janvier 2003.

L'indemnisation pour ceux qui n'ont pas travaillé au moins six mois a été supprimée et, pour les autres, la durée maximale d'indemnisation a été fortement réduite à 23 mois (sauf pour les 50 ans ou plus). L'Unedic est à nouveau excédentaire, mais son déficit cumulé supérieur à 13 milliards d'euros fin 2006.

"Selon une opinion courante, la plupart des chômeurs perçoivent une allocation. De là à dire qu'ils vivent confortablement aux dépens de +ceux qui se lèvent tôt+, il n'y a qu'un pas", ironise le collectif, qui s'emploie depuis Noël à jouer les trouble-fêtes de la campagne avec des notes contestant l'ampleur de la baisse du chômage enregistrée depuis mars 2005.

"Depuis 1979, pas moins de six réformes ont progressivement réduit les droits à indemnisation, et le RMI sert de plus en plus de voiture-balai", déplore le collectif, selon lequel l'indemnisation moyenne d'un demandeur d'emploi par les Assedics reste "faible, environ 80% du Smic".

Quand les droits sont épuisés, l'Etat prend le relais avec l'Allocation spécifique de solidarité (ASS) mais pas pour tous, et elle équivaut, par jour, à moins de deux heures de salaire au Smic, rappelle ACDC.

L'ASS ou le RMI ne sont pas un droit individuel, mais versés sous condition de ressources de la personne ou de son couple, à condition d'avoir plus de 25 ans, si bien que "certains se retrouvent sans rien", souligne Jean-Pierre Guenanten du Mouvement national des chômeurs et précaire (MNCP)... Ou sont obligés d'accepter des petits boulots : "aujourd'hui, chaque mois, environ un chômeur sur trois a exercé une activité rémunérée", souligne ACDC.

Les jeunes, les femmes et les salariés les moins qualifiés sont moins bien indemnisés: non en raison "d'une discrimination explicite", mais du fait qu'ils ont plus que les autres des emplois précaires et de courte durée, et cotisent donc moins.

http://fr.news.yahoo.com/26022007/202/etre-chomeur-et-indemnise-une-equation-de-moins-en-moins.html





_________________
Le libéralisme, c'est le renard libre dans le poulailler libre - Jean Jaurès
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stephane
Calife


Nombre de messages : 963
Localisation : paris
Date d'inscription : 20/12/2005

MessageSujet: Re: Quelques vérités sur le chômage en France   Mar 27 Fév 2007 - 13:06

C'est un scandale!

_________________
La guerre, c'est simple : c'est faire entrer un morceau de fer dans un morceau de chair.
Godard
http://unavenirmeilleur.canalblog.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sympatik
Calife


Nombre de messages : 454
Date d'inscription : 29/12/2005

MessageSujet: Re: Quelques vérités sur le chômage en France   Dim 4 Mar 2007 - 1:09

stephane a écrit:
C'est un scandale!

Ce qui me semble particulièrement choquant, c'est que l'Unedic est une structure co-gérée par les syndicats et le patronat (les fameux partenaires "sociaux").
Or, la dernière réforme de 2003 a notamment conduit à l'aggravation manifeste de la situation des chômeurs, ce que l'Unedic ne peut ignorer.

Le grand mérite, en tout cas, de ce collectif ACDC est de rappeler la réalité, chiffres à l'appui, loin des fantasmes sur les "assistés" qui pénaliseraient le smicard (suivez mon regard vers un candidat qui aime "la France qui se lève tôt" et va parader à Rungis).
Rolling Eyes

_________________
Le libéralisme, c'est le renard libre dans le poulailler libre - Jean Jaurès
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sympatik
Calife


Nombre de messages : 454
Date d'inscription : 29/12/2005

MessageSujet: Re: Quelques vérités sur le chômage en France   Mar 6 Mar 2007 - 15:22

Tiens... une autre vérité sur le chômage en France, qui est soigneusement dissimulée avant la présidentielle: le taux est sensiblement supérieur à ce que prétend l'actuel gouvernement.
Etonnant ?

...




...




...




Non ! (comme aurait dit Desproges).

tongue

Citation :

Deux administrateurs de l'Insee estiment à 9,5% et non à 8,7% le "véritable" taux de chômage
LE MONDE | 06.03.07 | 12h17

Quel a été le véritable taux de chômage français en 2006? Jeudi 8 mars, l'Insee ne dévoilera sans doute pas ce chiffre – celui qui est calculé selon la norme du Bureau international du travail (BIT) – mais tentera d'expliquer pourquoi ses experts n'ont pas été en mesure de le publier, comme chaque année, en mars. Cela se passera devant le Conseil national de l'information statistique (CNIS), qui réunit syndicalistes, patronat, économistes, fonctionnaires du ministère de l'emploi… L'Insee – qui est largement suspecté d'avoir reporté la publication du chiffre du chômage à l'après présidentielle pour la raison qu'il serait nettement moins bon que prévu et ne servirait pas le bilan de Dominique de Villepin – n'a, jusqu'ici, pas convaincu de sa bonne foi en invoquant des raisons d'ordre technique.


Trois fonctionnaires – deux administrateurs de l'Insee, dont l'un a travaillé au ministère de l'emploi, et un salarié syndicaliste de l'ANPE – ont calculé que le taux de chômage ne serait en fait pas de 8,7% à la fin 2006 – un chiffre calculé à partir des données de l'ANPE – mais de près de 9,5%. Ce dernier chiffre représenterait les demandeurs d'emploi au sens du BIT, c'est-à-dire ceux qui, quand on les interroge, se déclarent à la recherche d'un emploi, qu'ils soient inscrits ou non à l'ANPE.

La correction serait donc de 0,8 point, ce qui représenterait quelques 200 000 demandeurs d'emplois en plus. Et atténuerait considérablement le recul du chômage dont peut se vanter le gouvernement : fin 2005, son taux, au sens BIT, était de 9,8%. Traditionnellement, le passage des estimations calculées à partir des données de l'ANPE au chiffre BIT, indépendant du mode de gestion administrative de l'emploi, donne lieu à une correction bien moins importante : elle est généralement comprise entre 0,1 et 0,3 point.

Les trois experts ont rédigé une note de 15 pages, envoyée anonymement par Internet à plusieurs économistes et que Le Monde s'est procuré. Signée Schi – pour schizophrène, "parce que nous sommes à la fois dedans et dehors", dans le système de la statistique française de l'emploi et critique à son égard, explique l'un des auteurs –, celle-ci retrace les modifications qui ont affecté le calcul du nombre de chômeurs inscrits à l'ANPE depuis juin 2005, c'est-à-dire depuis que Dominique de Villepin est à Matignon.

En l'occurrence, elles sont nombreuses. Certaines relèvent des partenaires sociaux et des réformes du système d'indemnisation des chômeurs qu'ils ont adoptées, avec notamment la mise en place de contrôles supplémentaires. Même si des décrets gouvernementaux en ont renforcé les effets, celles-ci expliquent une grande partie – sans doute près de la moitié – de la correction.

Une enquête du CNIS, en 2005, est à cet égard instructive. Elle établit que le nombre de sorties mensuelles a augmenté de plus de 30000 à partir de juin 2005. Seul un quart de ces sorties résulte d'une reprise d'un contrat à durée indéterminée. Un cinquième d'entre elles correspond à un non renouvellement accidentel suivi d'une réinscription. Un quart est à mettre au compte d'un non-renouvellement de l'inscription, accidentel ou motivé (fin d'indemnisation), sans réinscription.

Pour le reste, la correction s'explique par la modification du mode de comptabilisation des chômeurs inscrits à l'ANPE. Ainsi – notamment dans la foulée du plan de cohésion sociale de Jean-Louis Borloo mais pas seulement – des demandeurs d'emploi se sont vus mettre hors des catégories phares pour les statistiques du chômage : les demandeurs d'emploi créateurs d'entreprise, ceux qui bénéficient de petits boulots aidés par l'Etat, ou encore les licenciés économiques signataires de conventions de reclassement personnalisé ou du contrat de transition professionnelle… Nombre de conjoncturistes s'étonnent depuis plusieurs mois des taux de chômage établis à partir des chiffres de l'ANPE. Certes, il y a des créations d'emplois mais, comme le reconnaissait lui-même le ministère de l'emploi en octobre 2006, dans une note au deuxième trimestre de cette même année, "le dynamisme estimé de l'emploi ne suffit pas à expliquer l'ampleur de la baisse du chômage".

Virginie Malingre

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3224,36-879418@51-879423,0.html


_________________
Le libéralisme, c'est le renard libre dans le poulailler libre - Jean Jaurès
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MP
membre éminent de l'opposition


Nombre de messages : 581
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: Quelques vérités sur le chômage en France   Mer 7 Mar 2007 - 1:05

Je crois que l'indignation vient en aprtie d'une certaine confusion.

Et je parlerai de l'exemple belge, que je connais mieux.

Initialement, le chômage a été conçu comme un "crédit de pont" entre deux emplois. N'y avaient donc droit que des salariés, et pour une durée calculée en fonction de leurs années de service, avec une limite assez étroite dans le temps.

Puis sont venus se greffer sur cette institution des tas de cas qui n'avaient rien à voir :

- jeunes sortant de l'école ;
- prépensionnés (non demandeurs d'emploi), par exemple.

Le chômage, droit imprescriptible acquis par son travail, a commencé à présenter des indemnités variables en fonction du statut familial (chef de famille, cohabitant, isolé). Ce qui a donc transformé tacitement ce droit en assistance à géométrie variable, avec tous les effets pervers imaginables (concubins "secrets" pour ne pas perdre l'indemnité de Madame, etc).

Parallèlement, à chaque campagne, on en allongeait la durée, jusqu'à la rendre éternelle chez nous : on peut très bien commencer à chômer à 18 ans et le faire jusqu'à l'age de la retraite.

La très faible tension entre indemnisations de chômage et salaires non qualifiés a poussé une importante frange de la population à se dérober à tout travail , ne voyant pas pourquoi il faudrait se lever tous les jours du mois pour gagner ... 50 ou 100 € (de plus, bien entendu !). Autre effet pervers.

Ajoutons encore sans repproche à ceux qui le pratique, le grand "bingo" : chômer comme chef de famille et travailler en noir. Une formule défiscalisée (et pour cause) qui offre un revenu net trois fois supérieur à celui d'un "brave travailleur sans imagiation" (sic !)

Inutile de crier sur le lampiste, et de faire griefs à ceux qui se sot installé dans des formules privilégiant l'aisance familiale aux devoirs citoyens ...

Mais il est clair que le chômage doit se rapprocher graduellement de sa vocation première ... Cela ne se fera pas sans grincements de dents.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sympatik
Calife


Nombre de messages : 454
Date d'inscription : 29/12/2005

MessageSujet: Re: Quelques vérités sur le chômage en France   Mer 7 Mar 2007 - 16:42

MP a écrit:
Je crois que l'indignation vient en aprtie d'une certaine confusion.

Et je parlerai de l'exemple belge, que je connais mieux.

Hum... après avoir lu votre post, j'en conclus que les systèmes sont en fait assez différents entre la France et la Belgique.

Chez nous, le demandeur d'emploi doit d'abord s'inscrire aux Assédic, la caisse conjointement gérée par les syndicats et le patronat... qui transmet ensuite son dossier à l'ANPE, l'agence de "placement", pour un 1er entretien.

Mais la subtilité est qu'une inscription aux Assédic n'entraine en rien de manière automatique une quelconque indemnisation, quand bien même le demandeur d'emploi sort-il d'une période de travail rémunéré.
Sauf erreur, le seuil minimal pour prétendre à une indemnisation est de 6 mois de travail sur les 22 derniers. Le jeune sorti d'école et ayant effectué un cdd de 4 ou 5 mois (ou de l'intérim, de manière irrégulière) peut donc se brosser, par exemple...

Quant au chômeur arrivant en fin de droits Assedic, il peut se voir attribuer (mais je crois que c'est sur dossier et avec une limite de temps) une Allocation de Solidarité Spécifique, d'un montant -royal !- de 14€/jour, ce qui est quand même très loin d'un SMIC.

Sinon, direction le RMI (mais il faut avoir au moins 25 ans).
Même plus besoin d'une inscription aux Assédic (et donc à l'ANPE, ce qui dégonfle artificiellement les chiffres du chômage), le dossier est examiné par les départements en fonction uniquement des ressources (cf déclaration de revenus de l'année précédente). Le montant est de 440€/mois pour une personne seule, là encore largement en dessous du salaire minimum en vigueur en France.

Alors, j'entends bien certains dénoncer des "trappes à inactivité". A voir le nombre de rmistes qui sont indemnisés ainsi pendant plusieurs années, il y a évidemment un gros problème. Mais vient-il de personnes qui "profiteraient" de cette situation ou d'un marché du travail qui ne leur permet pas de retrouver un job ?
Je constate que les allègements de charges se sont multipliés, notamment sur les bas salaires, pour inciter les entreprises à embaucher... mais le nombre de rmistes a encore augmenté ces dernières années.

Là où je suis en revanche sans doute d'accord avec vous, c'est pour considérer qu'il y a une perversion quelque part. Si un rmiste ne retrouve qu'un boulot à temps partiel, payé par exemple 700€/mois, il n'a en effet pas forcément grand intérêt à se lancer puisque le gain est minime.
C'est pour ça que Ségo propose de créer un RMA (Revenu Minimum d'Activités) qui se substitue au RMI pendant les 1ers mois afin de permettre un cumul avec l'activité salariée (et donc un gain réel et incitatif pour le rmiste).

D'une manière générale, je suis également d'accord avec elle quant à une augmentation des droits à l'indemnisation des chômeurs. L'exemple suédois (90% de l'ancien salaire en échange d'une formation requalifiante ou d'une recherche active et encadrée d'emploi) me semble aller dans le bon sens. Car il faut aussi souligner l'extrème pauvreté de l'accompagnement des chômeurs, actuellement, en France. L'ANPE propose 70% d'offres en cdd ou en temps partiel et les Assédic ne financent que quelques formations... aux seuls métiers de la restauration et du bâtiment, le + souvent.
Bref, c'est "démerdez-vous", et le résultat n'est forcément pas très brillant.
confus2

_________________
Le libéralisme, c'est le renard libre dans le poulailler libre - Jean Jaurès
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MP
membre éminent de l'opposition


Nombre de messages : 581
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: Quelques vérités sur le chômage en France   Mer 7 Mar 2007 - 23:37

Très complexe, votre système
(tandis que le nôtre est d'une prodigalité intenable ...)

Vous parlez de formations de bas niveau en France ; en Belgique, beaucoup sont excellentes mais, dans des classes prévues pour 25 chômeurs en voie de re-qualification - et alors qu'on sait qu'il y a plusieurs milliers de postes d'emploi vacant dans la spécialité-, on trouve ... trois ou quatre élèves ...

Chaque jour, on cherche des centaines de futurs conducteurs de bus ou de trains (formation payée, très beaux salaires), des couvreurs, des plombiers, des chauffagistes, des maçons, des infirmières etc, etc.
Personne !

Les hopitaux, vu la carence, en sont à aller chercher des infirmières (parlant le français) ... en Bulgarie !

Tout cela a un petit parfum de décadence romaine ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Savinien
bavard
bavard


Nombre de messages : 141
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: Re: Quelques vérités sur le chômage en France   Jeu 8 Mar 2007 - 22:25

C'est amusant, il y a un français qui a sorti récement un bouquin basé sur sa propre expérience ou comment rester au chomâges et ne pas perdre ses indemnités.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lomig
second conseiller
second conseiller


Nombre de messages : 466
Age : 33
Localisation : Les Ravenelles
Date d'inscription : 18/05/2006

MessageSujet: Re: Quelques vérités sur le chômage en France   Dim 26 Aoû 2007 - 23:17

C'est malgré tout super rare, quand les entreprises qui fraudent sont nettement plus nombreuses...

Ajoutons à cela que les puissants ont un intérêt au chômage de masse...

Alors, 20% de chômage en france, et alors?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spaces.msn.com/lomig1983/
MP
membre éminent de l'opposition


Nombre de messages : 581
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: Quelques vérités sur le chômage en France   Dim 26 Aoû 2007 - 23:57

Pour revenir à l'article de tête, il est absolument normal que l'indemnité de chômage, pour un mi-temps par exemple, n'excède pas la moitié d'un chômage plein.

Il est donc plus que probable que les chômeurs dans ce cas préfèrent se tourner vers le RMI,sans doute plus rentable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lomig
second conseiller
second conseiller


Nombre de messages : 466
Age : 33
Localisation : Les Ravenelles
Date d'inscription : 18/05/2006

MessageSujet: Re: Quelques vérités sur le chômage en France   Dim 2 Sep 2007 - 22:54

MP, tu sais, les gens ont besoin de vivre, et un demi-smic ne suffit pas. Essaie, et tu verras.

Ensuite, il n'y a pas d'intérêt à se tourner vers le RMI: ce dernier est à 440€, un demi smic, c'est 500€...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spaces.msn.com/lomig1983/
MP
membre éminent de l'opposition


Nombre de messages : 581
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: Quelques vérités sur le chômage en France   Lun 3 Sep 2007 - 0:04

Tu veux dire que le Smic est à 1.000 € ?

Et donc que deux smicards vivant ensemble engrangent 2.000 € ?

Pas étonnant qu'ils fassent des petits ! Chez nous, 1.000 €, c'est déjà un salaire non négligeable ...

Après cela, on va encore pleurer sur le nombre de délocalisations ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
stephane
Calife


Nombre de messages : 963
Localisation : paris
Date d'inscription : 20/12/2005

MessageSujet: Re: Quelques vérités sur le chômage en France   Lun 3 Sep 2007 - 20:25

MP a écrit:
Tu veux dire que le Smic est à 1.000 € ?

Et donc que deux smicards vivant ensemble engrangent 2.000 € ?

Pas étonnant qu'ils fassent des petits ! Chez nous, 1.000 €, c'est déjà un salaire non négligeable ...

Après cela, on va encore pleurer sur le nombre de délocalisations ...
Le smic est à 1254 euros en France et de 1259 euros en Belgique sans parler de votre minimex et de la difference du prix du loyer et de la vie en générale. Ainsi en PPA, la belgique est à 1203 alors que la france est à 1150.
De plus 17% des français sont payés au smic.

_________________
La guerre, c'est simple : c'est faire entrer un morceau de fer dans un morceau de chair.
Godard
http://unavenirmeilleur.canalblog.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lomig
second conseiller
second conseiller


Nombre de messages : 466
Age : 33
Localisation : Les Ravenelles
Date d'inscription : 18/05/2006

MessageSujet: Re: Quelques vérités sur le chômage en France   Lun 10 Sep 2007 - 0:16

1000€, quand le loyer est à 700 (je pense à Paris, où ce n'est pas rare...), c'est difficile!

2000€, quand le loyer est à 1000€, plus la bouffe, les transports, il te reste peanuts. Alors, faire des enfants, c'est même pas la peine d'y penser... Tu peux pas faire de projets, te projeter dans l'avenir...

Mais ça devrait être le revenu minimum y compris en l'absence d'emploi: un revenu de citoyenneté. Quoique, pour la province ou les couples, tu baisserais ça à 700€ par personne.
Le minimum vital: avoir un toit, manger, avoir droit à la santé, et tout ça, payé par les entreprises (utopie, douce utopie...). Crois-moi, là, il y aurait rapido des créations d'emploi! et pas du précaire! (pour rentabiliser, maximiser l'utilité des employés, etc.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spaces.msn.com/lomig1983/
MP
membre éminent de l'opposition


Nombre de messages : 581
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: Quelques vérités sur le chômage en France   Lun 10 Sep 2007 - 9:12

lomig a écrit:
1000€, quand le loyer est à 700 (je pense à Paris, où ce n'est pas rare...), c'est difficile!

2000€, quand le loyer est à 1000€, plus la bouffe, les transports, il te reste peanuts. Alors, faire des enfants, c'est même pas la peine d'y penser... Tu peux pas faire de projets, te projeter dans l'avenir...

Mais ça devrait être le revenu minimum y compris en l'absence d'emploi: un revenu de citoyenneté. Quoique, pour la province ou les couples, tu baisserais ça à 700€ par personne.
Le minimum vital: avoir un toit, manger, avoir droit à la santé, et tout ça, payé par les entreprises (utopie, douce utopie...). Crois-moi, là, il y aurait rapido des créations d'emploi! et pas du précaire! (pour rentabiliser, maximiser l'utilité des employés, etc.)

700 ou 1000 € logé,chaufé, nourri, blanchi, soigné et transporté, pour des gens sans qualification ? Pourquoi pas ?

Mais alors à combien évalues-tu le salaire d'un jeune universitaire ?

Celui d'un cadre supérieur ?

Et quelles sont les entreprises qui vont payer ces salaires sans se presser de délocaliser ? Ou de résumer leur personnel, dans les PME locales, à la famille ?

Tu oublies zussi le choc en retour. Si le salaire de ase prend la tourure que tu souhaites, que coûtera l'intervention du couvreur, du plombier ou du peintre dans un immeuble ? Tu ne senspas que cela aura inexorablement une répercussion sur les loyers ?

Etc ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lomig
second conseiller
second conseiller


Nombre de messages : 466
Age : 33
Localisation : Les Ravenelles
Date d'inscription : 18/05/2006

MessageSujet: Re: Quelques vérités sur le chômage en France   Lun 10 Sep 2007 - 20:14

Mais alors à combien évalues-tu le salaire d'un jeune universitaire ?
1500-2000€ (ce qu'il est actuellement, soit dit en passant, mais tu ne mentionnes pas le niveau universitaire!)

Celui d'un cadre supérieur ? (je rappelle que ce ne sont QUE des bac+5!)
2000-2500€ en fin de carrière: 4000€

en gros: on nivelle les bas salaires vers le haut, et les hauts salaires vers le bas: au lieu de gagner 1000€, ce sera 1500€, au lieu de gagner 10.000€, ce sera 7.000€, de manière à ce que la grille des salaires soit plus représentative... et équitable: un mec qui touche 50.000€ par mois mérite-t-il tout cet argent? Un footballeur, un chef d'entreprise? Non, c'est complètement hors représentation et ne veut rien dire, n'a aucun lien avec la réalité, c'es tpurement de la spéculation, de l'enrichissement, de la chrématistique dans ce qu'elle a de plus ridicule. Qu'on "mérite" un salaire de 10.000€, je veux bien, mais un peu de respect pour ceux qui en s'acharnant 70h/semaine, ne touchent que 1200€ par mois, en étant justement plombiers, couvreurs, etc. Etre protégé des intempéries, avoir l'eau et l'électricité, en soi, ça a bien plus de valeur que d'avoir simplement apposé une signature par semaine sur les actions de ses responsables salariaux...


Et quelles sont les entreprises qui vont payer ces salaires sans se presser de délocaliser ? Ou de résumer leur personnel, dans les PME locales, à la famille ?

si elles délocalisent, elles perdent aussi un marché phénoménal, et une entreprise qui a le monopole sur un territoire fait le jackpot! Elles auront aps intérêt à toutes se barrer! Il faudra de toutes façons faire vivre les gnes qui vivent sur place! qui avec un pouvoir d'achat plus important, pourra se payer plus de choses, entraînera la croissance, créera des emplois, ad libitum. (et par conséquent, le niveau de vie)

Tu oublies zussi le choc en retour. Si le salaire de ase prend la tourure que tu souhaites, que coûtera l'intervention du couvreur, du plombier ou du peintre dans un immeuble ? Tu ne senspas que cela aura inexorablement une répercussion sur les loyers ?

Sur les loyers??? pourquoi cela??? le prix qu'ils coûtent aujourd'hui n'est ni légitime ni raisonnable, ni lié à quoi que ce soit de "réel", c'est lié à de la pure spéculation!!! Ce qui changera, c'est qu'avec une régulation étatique qui plafonnera le prix des loyers, ils coûteront peut-être le même prix, , mais ce sera LEGITIME, puisque le couvreur sera payé plus cher, le plombier et l'électricien aussi! En fait, ce sont ceux qui profitent et engrangent sans raison actuellement qui ne pourront plus faire d'abus, c'est tout!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spaces.msn.com/lomig1983/
MP
membre éminent de l'opposition


Nombre de messages : 581
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: Quelques vérités sur le chômage en France   Mar 11 Sep 2007 - 0:51

Citation :
en gros: on nivelle les bas salaires vers le haut, et les hauts salaires vers le bas: au lieu de gagner 1000€, ce sera 1500€, au lieu de gagner 10.000€, ce sera 7.000€, de manière à ce que la grille des salaires soit plus représentative... et équitable

Donc ta "justice sociale" consiste à punir ceux qui ont toujours travaillé, pour sur-gratifier des gens qui n'ont même pas pris la peine d'acquérir la moindre compétence ? Admettons, et voyons :

- ton type non qualifié (déjà difficile à caser à 1.0000 €) ne trouvera plus preneur ;
- et ton chercheur, par exemple, filera vers les ponts d'or offerts à l'étranger. A titre d'exemple, je loue actuellement un appartement à deux jeunes chercheurs en biologie qui travaillaient depuis deux ans dans un grand labo à Toulouse. Ils viennent de signer un contrat trois fois plus rémunérateur avec un labo mondial installé en Belgique rejoignant ainsi ... plus de 200 autres chercheurs français arrivés rien que cette année ! Diminue les salaires en France, et il n'y aura plus personne !

Citation :
mais un peu de respect pour ceux qui en s'acharnant 70h/semaine, ne touchent que 1200€ par mois, en étant justement plombiers, couvreurs, etc.

Des salariés qui font 70 heures semaine ? Raconte Smile

Citation :
[b]si elles délocalisent, elles perdent aussi un marché phénoménal,


Réfléchis à ce que tu écris ! Si une entreprise délocalse sa production, elle ne perd par une once de ses anciens marchés. Les grossistes se fichent pas mal de voir d'où viennent les caisses ...

Citation :
[b]Sur les loyers??? pourquoi cela??? le prix qu'ils coûtent aujourd'hui n'est ni légitime ni raisonnable, ni lié à quoi que ce soit de "réel", c'est lié à de la pure spéculation!!!

A long terme, pour des grosses entreprises immobilières, peut-être ... Mais pour le particulier qui a quelques biens, le calcul est smple :
- le foncier et la taxation fiscale, les assurances, les frais d'entretien, de réparations et de fonctionnement, le chômage du bien entre deux locataires, les périodes entre la cessation de paiement d'un locataire et son expulsion, les frais éventuels de Justice, le coût de la gestion, le rendement normal du capital investi comparé aux intérêts "papier".

si le nombre de mauvais payeurs augmente, si les frais d'entretien deviennent plus lourds,ou d'autres postes, les loyers montent.

Quelques pays, dont la France, ont tâté du blocage des loyers. Chaque fois, la mesure s'est avérée catastrophique : les propriiétaires n'avaient plus les moyens d'entretenir, transformaient leurs appartements en bureaux, le marché locatif s'étranglait, et si les rares appartements à louer gardaient le même loyer, les propiétaires étaient obligé de ré-équlibrer en diminuant les risques de mauvais payeurs, et en majorant énormément les charges.

Compare Bruxelles (une ville presque doublée par l'installation de l'Europe), qui n'a jamis connu de blocages de loyers, et Paris. Dans la première, tu trouves en permanence plus de 1.000 appartements à louer, super nickels, et à des prix moitié moins cher qu'à Paris. Tu cros que c'est par hasard ? Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lomig
second conseiller
second conseiller


Nombre de messages : 466
Age : 33
Localisation : Les Ravenelles
Date d'inscription : 18/05/2006

MessageSujet: Re: Quelques vérités sur le chômage en France   Jeu 13 Sep 2007 - 13:25

Donc ta "justice sociale" consiste à punir ceux qui ont toujours travaillé,

??? je ne comprends pas!!! Je ne punis personne!!! Au contraire: je remets face à la réalité ceux qui profitent trop largement du système! Ceux qui ont toujours travaillé sont punis??? Que fais-tu des jeunes qualifiés à 16 ans, qui ne toucheront jamais plus de 1500€, y compris en fin de carrière??? ça veut dire quoi "ceux qui ont toujours travaillé"??? Comment peut-on se permettre de payer aussi cher des gens (je pense aux salaires dépassant 5.000€) alors que finalement, ils sont comme les autres, ils n'ont pas plus de besoins, et NE MERITENT PAS des salaires mirobolants! Un mec qui touche 5.000€ VAUT 5 fois plus qu'un ouvrier??? c'est de la foutaise!

Et arrête de crire que les gens n'ont envie que d'argent, des thunes, du blé, de l'oseille!!! Y'en a aussi qui veulent de la tranquillité, une bonne réputation, un excellent capital social, et travailler dans de bonnes conditions!!! Tu ne parles pas de "valeur réelle" de ces chercheurs, mais de leur valeur spéculative!!! C'est justement parce que c'est organisé en marché que ça sort de la réalité!!! QUI génère une activité scientifique énorme: le public! Qui innove? le public! Qui se fait du blé? le privé, en plagiant le public! Parlons des labos pharmaceutiques, si tu veux, tu vas te mordre les doigts!

Des salariés qui font 70 heures semaine ? Raconte

Par exemple, les maçons, électriciens, boulangers, qui travaillent 6 jours sur 7 plus de 10h/jour... un exemple parmi tant d'autres.... Il suffirait que tu sortes de ta banlieue dorée et que tu regardes ceux qui travaillent, qui contribuent à produire ce qui te sert pour aller et venir, pour te protéger des intempéries, pour te nourrir, le minimum vital quoi... Tu verrais qu'ils touchent des salires de misère pour des emplois pénibles, pour une vie familiale distendue, et des difficultés économiques et sociales imméritées...

je confirme qu'un marché où les gens touchent plus est perdu si une entreprise va ailleurs! On est des bons consommateurs. Et puis dis-moi, comment on fait en Suède, alors que les salaires sont super super hauts? Nan mais dis-moi! C'est un des pays, où, si le libéralisme ne détruisait pas tout actuellement, il serait le plus beau pays du monde: un chômage faible, et des chômeurs qui sont traités comme des humains, peu de délinquance, et des délinquants traités comme des humains, une activité économique forte, beaucoup de solidarités, etc!

Pour le propriétaire, j'hallucine!!!
je reprends donc: - le foncier et la taxation fiscale: oui, il est propriétaire, il voudrait que ce soit gratuit, aussi?
les assurances, les frais d'entretien, de réparations et de fonctionnement:; Oui, il est propriétaire, il voudrait que ce soit gratuit, aussi? Je rappelle quand même, au hasard, que le propriétaire fait ceci sur les fonds du locataire! et que ces prix sont peu élevés puisque c'est fait par du personnel sous-payé avec des matières vraiment pas chères!
le chômage du bien entre deux locataires: ET? tu es en traind e dire que c'est normal que le locataire paie pour le temps où il n'est pas dans l'appart, hors contrat??? C'est purement de l'exploitation!
les périodes entre la cessation de paiement d'un locataire et son expulsion, les frais éventuels de Justice: que tu fais rebondir AVANT cessation depaiement, pour qu'arrive la cessation de paiement, t'es bête ou quoi??? Si le loyer était plus faible, les gens pourraient les payer! Mais quand ça représente plus de la moitié de ton salaire, ça ne veut rien dire. Tu vas m'expliquer comment faisaient les propriétaires il y a 25 ans??? ILs crevaient tous de faim???

Et dis-moi, qu'est-ce qui vaut mieux: Des gens logés dignes, ou des profits incompréhensibles et trop élevés pour les "riches"???
Que le propriétaire couvre ses frais, se fasse une eptite marge, ok! Mais quand la marge lui permet de vivre grassement aux dépens de ses locataires, là, c'est du foutage de gueule, et quand les locataires crèvent la gueule ouverte, c'est inadmissible et c'est une honte!

Tu cros que c'est par hasard ? Smile
Non!!! c'est pas par hasard! C'es tjuste que Bruxelles est moins attractive que Paris!!! Donc qu'il y a moins de demande, et qu'il y a beaucoup beaucoup, beaucoup plus d'offre: Le prix ne peut donc pas être élevé, puisque dans ce cas précis, les propriétaires ne peuvent pas faire pression, car les locataires peuvent se louer un appart ailleurs, à un juste prix!!! Regarde c'est simple: quand les dominants ont le pouvoir, ils extorquent des fonds aux dominés! Quand il y a suffisamment d'offres pour tous, le prix est "normal". Or, à Paris, es banques, hedge funds, et autres font de la rétention d'appartements pour s'enrichir. Je te le répète: plusieurs centaines de milliers de logements sont vacants, et ce n'est pas par peur, c'est parce que les profits sont au RDV!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spaces.msn.com/lomig1983/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quelques vérités sur le chômage en France   Aujourd'hui à 21:13

Revenir en haut Aller en bas
 
Quelques vérités sur le chômage en France
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» QUELQUES VÉRITÉS SUR BOUMEDIENE PAR SON EPOUSE ANISSA
» congés maternité à cheval sur le cdd et le chômage
» Dire la vérité : les bienfaits qui en découlent
» Vérité amère
» Terry Goodkind : L'épée de Vérité

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ecologie-Intelligence-Solidarité :: Politique :: Economie et Social-
Sauter vers: