Ecologie-Intelligence-Solidarité

Pour la fondation d'une France bâtie sur l'intelligence.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 "Programme" pétrole contre nature

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
sympatik
Calife


Nombre de messages : 454
Date d'inscription : 29/12/2005

MessageSujet: "Programme" pétrole contre nature   Mer 25 Oct 2006 - 18:24

Intérêts économiques et écologiques peuvent-ils faire bon ménage ?
Je crains que la réponse ne soit définitivement non... et j'enrage de voir à quel point les intérêts à court terme dominent dans ce monde mené par des hommes irresponsables.
Crying or Very sad

Citation :
Un parc naturel gabonais menacé par la prospection pétrolière chinoise
LE MONDE | 25.10.06 | 15h00



Une famille d'éléphants dans le parc naturel de la Lopé, au Gabon.


C'est un des plus beaux parcs d'Afrique centrale, composé d'une mosaïque de milieux divers - forêt, savane, mangrove, marais - et peuplé de nombreux grands mammifères. Loango est sans doute le seul lieu au monde où l'on peut voir des éléphants arpenter la plage et des hippopotames se baigner dans l'océan. C'est aussi un des rares endroits où l'on peut étudier en même temps gorilles et chimpanzés, comme le fait une équipe du Max Planck Institute.

Depuis plusieurs mois, le parc gabonais de Loango, au sud de Port-Gentil, ne vibre plus des trilles des oiseaux à l'aurore, mais des explosions de dynamite provoquées par une campagne de recherche de pétrole dans une zone couvrant quasi intégralement ses 1 500 km2.

Tout est parti de la visite au Gabon du président chinois, Hu Jintao, en février 2004, bientôt suivie, en septembre 2005, d'un permis d'exploration accordé à Sinopec, la deuxième compagnie pétrolière chinoise. Plus de 150 ressortissants de ce pays sont arrivés peu après dans le parc, où ils ont commencé à préparer une série de 16 000 explosions de dynamite. Une étude d'impact sur l'environnement a été réalisée. Elle a été rejetée par le ministère de l'environnement en juillet, ce qui n'a pas empêché Sinopec d'installer deux nouveaux villages, de continuer à ouvrir des routes dans la forêt et à déclencher des explosions, y compris dans la lagune, où vivent des lamantins, une espèce de mammifère marin rare.

En plus des dégâts écologiques qu'elle provoque, ne serait-ce que sur les animaux, l'exploration pétrolière met à mal le projet d'écotourisme développé sur le parc. Plus généralement, elle altère l'image écologique que veut se donner le Gabon depuis que, en 2002, le président Omar Bongo a décidé de réserver 10 % du territoire national à la conservation de la nature en créant treize parcs, dont Loango est le fleuron.

Les ONG de protection de la nature ont vivement protesté. Le ministère de l'environnement s'est élevé contre les agissements de Sinopec, tandis que le Conseil national des parcs naturels sommait, en septembre, la compagnie chinoise d'interrompre ses activités. Les bailleurs de fonds ont écrit au ministre de l'économie forestière pour s'inquiéter de la situation. Mais le ministère des mines a pesé dans l'autre sens et, le 12 octobre, le conseil des ministres tranchait en faveur de la poursuite de l'exploitation : "Si une richesse minière ou pétrolière est découverte dans une aire protégée, cette richesse peut et doit être exploitée afin de favoriser l'essor économique et social du pays", indique le communiqué du gouvernement. Ce dernier a cependant demandé à Sinopec de ne pas procéder à de nouvelles explosions avant d'avoir fait réaliser une nouvelle étude d'impact. La compagnie peut néanmoins déclencher les mines déjà enterrées, ce qui devrait être fait dès cette semaine.

L'affaire met en lumière la difficulté de concilier conservation de la nature et enjeux économiques. "On peut passer d'une économie de rente basée sur le pétrole à une économie touristique durable, mais il faut du temps", estime Joseph Moulombi, de l'association Croissance saine environnement.

Le cas de Loango n'est pas isolé : deux projets d'oléoducs menacent de traverser les parcs de Mayumba et de Pangara, une concession minière est demandée dans le parc des monts de Cristal et une immense mine de fer pourrait s'ouvrir à Belinga, dans le nord-est du pays, à côté du parc de Minkebe. Chinois mais aussi Sud-Africains et Européens sont impliqués dans ces différents projets.

Hervé Kempf


http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3228,36-827360@51-827461,0.html


_________________
Le libéralisme, c'est le renard libre dans le poulailler libre - Jean Jaurès
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nimzegin
seconde conseillère
seconde conseillère


Nombre de messages : 187
Date d'inscription : 06/01/2006

MessageSujet: Re: "Programme" pétrole contre nature   Mer 25 Oct 2006 - 19:21

C'est dramatique oui ... mais il y a 13 parcs nationaux et comme le fait très justement remarquer un gabonais "Si elle veut vraiment nous aider à protéger la biodiversité, il serait temps que la communauté internationale tienne compte du coût de renonciation à certaines richesses"

Difficile de leur imposer chez eux, d'entretenir 13 parcs, à leurs frais, alors que les seules richesses du Gabon, sont le bois, le pétrole et l'écotourisme. La seule chose que j'espère est que les écolos gabonais sauront bien prendre tous ces projets en main, car déjà les chinois sont sur place et ont commencé à prospecter, sans autorisation .. ça promet !!

J'avoue être très mitigée Embarassed
Comment vivre en attendant de passer d'une économie de rente basée sur le pétrole à une économie touristique durable... là est le problème, car il faut beaucoup de temps !! Le Gabon peut-il se le permettre ??
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sympatik
Calife


Nombre de messages : 454
Date d'inscription : 29/12/2005

MessageSujet: Re: "Programme" pétrole contre nature   Mer 25 Oct 2006 - 19:40

Nimzegin a écrit:
C'est dramatique oui ... mais il y a 13 parcs nationaux et comme le fait très justement remarquer un gabonais "Si elle veut vraiment nous aider à protéger la biodiversité, il serait temps que la communauté internationale tienne compte du coût de renonciation à certaines richesses"

Tout à fait d'accord sur ce point, je ne comprends pas pourquoi il n'y a pas un organisme de l'ONU consacré à l'environnement, pouvant classer des sites et subventionner leur entretien, comme l'UNESCO.
De là à dire qu'on nage en pleine hypocrisie, il n'y a qu'un pas qu'on peut hélas volontiers franchir.

Nimzegin a écrit:
Difficile de leur imposer chez eux, d'entretenir 13 parcs, à leurs frais, alors que les seules richesses du Gabon, sont le bois, le pétrole et l'écotourisme. La seule chose que j'espère est que les écolos gabonais sauront bien prendre tous ces projets en main, car déjà les chinois sont sur place et ont commencé à prospecter, sans autorisation .. ça promet !!

Les pays s'étant réellement enrichis grace à l'exploitation de leurs matières 1ères ne sont pas légion et ces richesses naturelles ne sont de toute façon pas durables, par définition.
Quid de l'extraction de pétrole dans 30 ans au Gabon ? Y aura-t-il encore une seule goutte d'or noir dans le sol ?
Ce jour là, que restera-t-il aux gabonais à part leurs yeux pour pleurer ?

Nimzegin a écrit:
J'avoue être très mitigée Embarassed
Comment vivre en attendant de passer d'une économie de rente basée sur le pétrole à une économie touristique durable... là est le problème, car il faut beaucoup de temps !! Le Gabon peut-il se le permettre ??

L'exploitation pétrolière n'est pas la solution et elle apporte généralement + d'emmerdes (et de corruption) qu'autre chose, au moins dans le cas de l'Afrique.
Un article instructif sur l'exemple du Tchad...

Citation :
Classé parmi les pays les moins avancés, le Tchad achève sa deuxième année d’exploitation pétrolière. Malgré cet atout, il souffre, comme le Niger voisin, de famine. Pour contrôler la gestion de l’or noir, la Banque mondiale a quasiment mis N’Djamena sous tutelle. Mais les bénéfices du pétrole tardent à arriver.

http://www.monde-diplomatique.fr/2005/09/POIRSON/12758

_________________
Le libéralisme, c'est le renard libre dans le poulailler libre - Jean Jaurès
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nimzegin
seconde conseillère
seconde conseillère


Nombre de messages : 187
Date d'inscription : 06/01/2006

MessageSujet: Re: "Programme" pétrole contre nature   Mer 25 Oct 2006 - 21:34

sympatik a écrit:
Tout à fait d'accord sur ce point, je ne comprends pas pourquoi il n'y a pas un organisme de l'ONU consacré à l'environnement, pouvant classer des sites et subventionner leur entretien, comme l'UNESCO. De là à dire qu'on nage en pleine hypocrisie, il n'y a qu'un pas qu'on peut hélas volontiers franchir.
Oui voilà ce qu'il faudrait
Ce qui me gène énormément c'est que nous leur imposons des normes assez draconiennes pour l'environnement, alors que nous mêmes ne sommes pas capables de répondre aux exigences de Kyoto, quelque part ça la fout mal, et puis de l'écotourisme c'est bien, mais à condition qu'il soit aidé !! La 2ème richesse est le bois, pareil ! les forêts d'Afrique sont pillées, et la norme imposée pour l'exportation des bois précieux, est contournée par nos pays industrialisés
Citation :
Les pays s'étant réellement enrichis grace à l'exploitation de leurs matières 1ères ne sont pas légion et ces richesses naturelles ne sont de toute façon pas durables, par définition. Quid de l'extraction de pétrole dans 30 ans au Gabon ? Y aura-t-il encore une seule goutte d'or noir dans le sol ? Ce jour là, que restera-t-il aux gabonais à part leurs yeux pour pleurer ?
Oui beaucoup de questions, mais en attendant la dernière goutte de pétrole, qu'est-ce qu'ils doivent faire ? Je précise que les US et la Russie se frottent les mains en cas de fonte du permafrost, ils font pouvoir aller faire des trous partout Neutral
Citation :
L'exploitation pétrolière n'est pas la solution et elle apporte généralement + d'emmerdes (et de corruption) qu'autre chose, au moins dans le cas de l'Afrique. Un article instructif sur l'exemple du Tchad...
Et pas que ça, des accidents mortels en nombre, car des populations non informées des dangers autour d'un pipe line, essayent de le piller afin de trouver à le revendre brut, meurent carbonnisées
Citation :
Classé parmi les pays les moins avancés, le Tchad achève sa deuxième année d’exploitation pétrolière. Malgré cet atout, il souffre, comme le Niger voisin, de famine. Pour contrôler la gestion de l’or noir, la Banque mondiale a quasiment mis N’Djamena sous tutelle. Mais les bénéfices du pétrole tardent à arriver.
Le Tchad hélas, la France est partie prenante ... chasse gardée
C'est pas tant la faute du pétrole, l'éthnie majoritaire doit se servir au passage, et les minorités trinquent. Y a t-il une réelle envie que les choses changent, j'ai l'impression que notre politique africaine doit jouer un rôle majeur dans les décisions de ce pays
Citation :
Cependant, malgré des besoins immenses, peu de projets de développement ont été validés, notamment en raison de la lenteur de l’administration
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Concombre
aspirant
aspirant


Nombre de messages : 85
Localisation : Suisse
Date d'inscription : 15/09/2006

MessageSujet: Re: "Programme" pétrole contre nature   Jeu 26 Oct 2006 - 2:55

C'est prévisible de voir les américains (au travers de Wolfovitz, président de la banque mondiale...) s'offusquer des méthodes des chinois en Afrique. Mais ça montre quand même à quel point ils les craignent.
Les chinois font ce qu'ils veulent et n'ont de compte à rendre à personne contrairement aux américains qu'on surveille à la loupe.
Pour ça, je commence à penser qu'ils sont bien plus dangereux.

Citation :
e président de la Banque mondiale (BM) Paul Wolfowitz, met en garde la Chine à propos de certaines de ses pratiques en Afrique dans un entretien publié mardi par le quotidien économique Les Echos.

A propos des méfaits environnementaux liés à des projets chinois d'exploitation de matières premières, M. Wolfowitz affirmé que son "inquiétude porte sur l'ensemble de l'Afrique".

Alors que "près de 80% des banques commerciales dans le monde respectent ces principes (de gestion des risques sociaux et environnementaux) lorsqu'elles financent des projets", souligne le président de la BM, "les grandes banques chinoises, elles, ne les respectent pas".

"C'est vrai qu'elles sont relativement nouvelles dans ce genre d'activité en Afrique", note encore M. Wolfowitz. Mais il ne faudrait pas qu'elles commettent les mêmes erreurs que la France et les Etats Unis avec le Zaïre de Mobutu".

"Soyons honnêtes, cela a été terrible, un vrai scandale", a-t-il estimé. "Nous avons discuté de façon très directe avec les Chinois des problèmes que nous avons détectés. J'espère qu'avec le temps nos points de vue vont converger", a-t-il dit.

Le président de la BM s'est déclaré inquiet du réendettement de certains pays pauvres auprès de pays comme la Chine ou l'Inde. "il est vrai qu'il existe un risque réel de voir les pays pauvres très endettés qui ont bénéficié d'un allégement redevenir à nouveau très endettés".

"Nous essayons de gérer ce problème en fixant des limites d'une dette soutenable à long terme", a-t-il précisé.

Il manque pas de toupet, wolfo, quand même...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "Programme" pétrole contre nature   Aujourd'hui à 15:32

Revenir en haut Aller en bas
 
"Programme" pétrole contre nature
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» la vaccination vous êtes "pour" ou "contre" ?
» Pour ou contre le "youpala" = trotteur
» Programme "sécurité" du Modem
» L'homme contre nature
» CANNABIS - Le pour et le contre - et aussi, "les pour" et "les contre"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ecologie-Intelligence-Solidarité :: Humanités :: Ecologie-
Sauter vers: