Ecologie-Intelligence-Solidarité

Pour la fondation d'une France bâtie sur l'intelligence.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 psychopathologie du nourrisson et de l'enfant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
cow-boy
bizut


Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 29/12/2005

MessageSujet: psychopathologie du nourrisson et de l'enfant   Dim 15 Oct 2006 - 13:06

LES DYSFONCTIONNEMENTS DES RELATIONS PRECOCES

LE DEVELOPPEMENT DU NOURRISSON

Spitz, Brazelton, Stern découvrent que le nourrisson n’est pas uniquement modelable par les parents, mais qu’il possède des capacités sensorielles et relationnelles dès la naissance. Les relations parents / enfant sont interactives : le bébé fabrique aussi ses parents dans leurs rôles paternel et maternel.
Le développement cognitif et affectif du nourrisson se fait grâce à 2 sources d’énergie : interne (la maturation) et externe (l’environnement).

Stern décrit des périodes d’inactivité alerte pendant lesquelles il y a des échanges de jeu libres avec la mère, régulés par le bébé lui-même. Un système de communication au sein de la dyade est l’accordage affectif.

LES FACTEURS DE DYSFONCTIONNEMENT

Mélanie Klein : 2 positions chez le bébé : schizoparanoïde et dépressive. Pendant la position schizoparanoïde, des mécanismes de défense permettent au bébé de cliver les objets en « bons objets » alors introjectés, et « mauvais objets » alors projetés. En grandissants, les objets deviennent totaux, et donc ambivalents. Ils peuvent faire souffrir et déprimés.

Bolwby : Il observe 3 phases après la séparation de la mère et de l’enfant (de 3 à 5 ans) : protestation, désespoir et détachement.

Sptiz : Il décrit les carences affectives du nourrisson après séparation quantitative ou qualitative de la mère et de l’enfant (entre 6 et 8 mois) :
- la dépression anaclitique :
- premier mois : enfant pleurnicheur, exigeant
- deuxième mois : stabilisation du poids et du développement intellectuel
- troisième mois : reste coucher, perte de poids, retard moteur, expressions figées.
- quatrième mois : rigidité faciale et léthargie.
- l’hospitalisme : après 5 mois de séparation, retard intellectuel et moteur, stéréotypies, automutilations, insomnies, décès.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cow-boy
bizut


Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 29/12/2005

MessageSujet: Re: psychopathologie du nourrisson et de l'enfant   Dim 15 Oct 2006 - 13:07

LES TROUBLES DU SOMMEIL

CHEZ LE NOURRISSON

Après 3 mois, il faut chercher une explication aux réveils nocturnes :
- erreur de puericulture (alimentation insuffisante, trop riche ou à contre temps, tps de succion insuffisant)
- évènements intercurrents (ex : poussée dentaire)
- perturbation du lie mère / enfant (mère trop anxieuse).
2 sortes d’insomnies sont plus graves :
- la forme agitée où le bébé crie et s’agite, ne s’arrête que pendant de courtes périodes d’effondrement
- la forme calme où le bébé reste silencieux dans son lit, yeux grands ouverts
Elles annoncent autisme ou psychose grave.
Si l’insomnie commence vers 9 mois, elle peut être le signe d’une hyperactivité.

CHEZ L’ENFANT ET L’ADOLESCENT

1. troubles du coucher et de l’endormissement

- opposition au coucher
- rituels du coucher
- phobies du coucher ou du sommeil
- rythmes d’endormissement
- phénomènes hypnagogiques (sursauts, sensations, illusions, paralysies, angoisses)
- insomnies d’endormissement

2. troubles paroxystiques du sommeil

- terreur nocturne : épisodes dramatique pendant lequel l’angoisse atteint le stade de panique : l’enfant cri, pleur, a des hallucinations, se débat avec des êtres imaginaires. Le lendemain, il ne se souvient plus de rien.
Les terreurs nocturnes sont souvent accompagnées d’énurésie, de somniloquie et de somnambulisme.
- rêves d’angoisse : l’enfant se réveille en pleurant et peut raconter son rêve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cow-boy
bizut


Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 29/12/2005

MessageSujet: Re: psychopathologie du nourrisson et de l'enfant   Dim 15 Oct 2006 - 13:08

LES TROUBLES ALIMENTAIRES

L’ANOREXIE DU NOURRISSON

C’est un refus de l’alimentation qui peut prendre 2 formes :
- attitude passive : l’enfant se laisse gaver puis il vomit tout
- attitude active : il serre les dents, tourne la tête, recrache.
Il peut aussi y avoir un refus d’aliments solides, c’est un phénomène de régression.
Les enfants touchés sont des filles vives et éveillées, qui ont une perturbation au niveau du lien avec la mère. La mère est décrite comme angoissée, phobique, rigide, obsessionnelle, avec une structure psychosomatique (incapacité à mentaliser les conflits).
Circonstances déclenchantes :
- sevrage
- maladie intercurrente
- abandon, naissance d’un puîné.

ANOREXIE MENTALE DE L’ADOLESCENTE ET BOULIMIE

L’anorexie touche surtout les filles juste après la puberté.
Cela commence par une restriction alimentaire, pour mincir. Il s’en suit une restriction de l’appétit.
Amaigrissement progressif puis accéléré, aménorrhée, signes dépressifs, hyperactivité. Cela peut aller jusqu’au délire.
Le comportement social reste toujours adapté.
Etiologie : angoisse massive au niveau du corps, dont la jeune fille nie les besoins sexuels, et qu’elle érige en même temps comme le symbole de sa toute puissance narcissique.

L’OBESITE

- hyperphagie sans problème émotionnel sous-jacent (habitudes alimentaires familiales ou facteurs génétiques)
- hyperphagie conséquence : boulimies réactionnelles à un conflit psychologique (sans se faire vomir)
- hyperphagie d’enfant immature, incapables de tolérer la frustration.

MERYCISME

C’est un vomissement provoqué par des contractions musculaires volontaires, puis rumination du bol alimentaire. C’est accompagné d’un repli autistique, et d’une atonie musculaire. On trouve cette pathologie chez les autistes très profonds. Elle peut mettre en jeu le pronostic vital, à cause de la déshydratation et de la dénutrition.

PICA

C’est l’absorption de substances non comestibles (savon, terre, craie, produits ménagers…).
Cela se trouve chez des sujets en très grande difficulté (autistes profonds, troubles envahissants de la personnalité..) et peut durer jusqu’à l’adolescence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cow-boy
bizut


Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 29/12/2005

MessageSujet: Re: psychopathologie du nourrisson et de l'enfant   Dim 15 Oct 2006 - 13:09

LES TROUBLES PSYCHO-MOTEURS

TROUBLE DE L’ATTENTION ET DE L’YPERACTIVITE

3 grands symptômes :
- déficit de l’attention
- hyperactivité motrice
- impulsivité cognitive

SYMPTOMES DE MALADRESSE

1. troubles de la latéralisation
Vers 4 ans, on choisit sa latéralisation pour main, œil, pied.

2. débilité motrice
C’est une maladresse générale, parfois accompagnée de syncinésie et de paratonie.
Il y a inadéquation entre le geste et la tâche à effectuer.

3. dyspraxie
C’est une perturbation majeure du schéma corporel et de la représentation spatiale. La maladresse porte surtout sur l’activité gestuelle (comme s’habiller, faire du vélo) à cause d’une difficulté à exécuter les gestes et à évaluer les distances, droite - gauche et haut - bas.
En conséquence, ces personnes sont anxieuses et surinvestissent le verbal.

INHIBITION PSYCHO-MOTRICE

C’est une lenteur des gestes et une raideur de la posture, accompagné de maladresse.

TROUBLES DU TONUS MUSCULAIRE

- dystonie : contraction parasite et involontaire d’un membre ou du tronc
- syncinésie : propagation d’un mouvement à un membre non concerné par le geste
- paratonie : difficulté à relâcher volontairement les muscles
- hypertonie : exagération du tonus musculaire

MOUVEMENTS PSYCHO-MOTEURS ANORMAUX

Ce sont les tics. Ils sont le + souvent faciaux, mais ils peuvent aussi être respiratoires, phonatoires…
Ils peuvent apparaître et disparaître de façon spontanée, ou bien s’installer définitivement. Ils augmentent avec l’anxiété.
Le + envahissant est le syndrome Gilles de la Tourette, avec ses tics de la face et ses tics vocaux de type coprolalie, écholalie, grognements, reniflements, aboiements.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cow-boy
bizut


Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 29/12/2005

MessageSujet: Re: psychopathologie du nourrisson et de l'enfant   Dim 15 Oct 2006 - 13:10

LES DYSFONCTIONNEMENTS COGNITIFS

L’APPAREIL INTELLECTUEL

1. le retard mental
- RM profond : polyhandicapés (ne peuvent pas marcher)
- RM grave : peuvent marcher mais pas parler
- RM moyen : orientation en CLIS
- RM léger : redoublent plusieurs classes en primaire

2. la précocité
Au delà de 130 de QI, on parle d’enfants précoces. Il sont attirés par tout ce qui est scolaire, et par le dialogue avec l’adulte.
Parfois quelques maladresses motrices.
Ils ont leur âge affectif.
Parfois ils ne font rien en classe et sont en retard. Parfois, ils font des dépressions à cause du décalage des mentalités.

3. les anomalies du contenant de la pensée
- les dysharmonies cognitives pathologiques : ce sont des troubles de la symbolisation, et des difficultés d’équilibration de la structure logique, des difficultés à raisonner.
Cela provoque de l’échec scolaire, mais aussi des dépressions et des la délinquance.
A l’âge adulte : psychose ou états-limites.
- le retard d’organisation du raisonnement : c’est un décalage entre les capacités et ce que l’on produit, du à une difficulté à utiliser ses facultés pour apprendre.

LES TROUBLES DU LANGAGE

1. les troubles de l’articulation
Ce sont des erreurs mécaniques et systématiques : stigmatisme, chuintement…

2. le retard simple de parole
Ces enfants acquièrent tard les règles de grammaire, donc réduction du stock lexical et du discours, élaboration syntaxique insuffisante.

3. la dysphasie
Trouble structurel du langage : difficulté de segmentation des phrases, ne comprennent pas les phrases, répondent n’importe quoi.
Pas de retard mental, QI perf >> QI verbal.

LES DIFFICULTES D’ACQUISITION DE LA LANGUE ECRITE

1. la dyslexie
C’est une difficulté d’acquisition de la correspondance entre le son et le graphème correspondant. Cela entraîne des difficultés dans le découpage des phrases.

2. la dysorthographie
Ce sont des inversions, omission ou confusions de graphèmes. Il n’y a pas de difficulté de segmentation et de déchiffrage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: psychopathologie du nourrisson et de l'enfant   Aujourd'hui à 15:31

Revenir en haut Aller en bas
 
psychopathologie du nourrisson et de l'enfant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pas de selle depuis 4 jours
» Creme solaire bebe ou enfant?
» Une nourrice jugée pour avoir causé la mort d'un enfant en le forçant à manger
» disney avec bébé et enfant
» Angiome du nourrisson

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ecologie-Intelligence-Solidarité :: Humanités :: Pédagogie-
Sauter vers: