Ecologie-Intelligence-Solidarité

Pour la fondation d'une France bâtie sur l'intelligence.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Des bienfaits de la concurrence dans l'éducation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
MP
membre éminent de l'opposition


Nombre de messages : 581
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: Des bienfaits de la concurrence dans l'éducation   Dim 17 Sep 2006 - 23:04

Citation :

" AMOUR"

Oui, cela existe, la preuvre, MP le vit à l'intérieur et le met en pratique avec les autres...

C'est bon pour le teint ! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fourmi
second secretaire
second secretaire


Nombre de messages : 877
Age : 67
Localisation : Agii Deka (Crète)
Date d'inscription : 21/12/2005

MessageSujet: Re: Des bienfaits de la concurrence dans l'éducation   Dim 17 Sep 2006 - 23:27

Citation :
Esprit critique

En grec, "critique" se dit : "κριτικοσ"

En grec, "crétois" se dit : "κριτικοσ"....

Avoir l'esprit "critique" , c'est donc avoir l'esprit "crétois"...

Mes amitiés de Crète où je me sens si bien....

Voici une des raisons de mon installation dans cette île où je savais que je serai "chez moi" alors que je suis, par hasard, né en France.... et que je m'y sentais bien mal !

Cordialement

fourmi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.origines.fr.st
fourmi
second secretaire
second secretaire


Nombre de messages : 877
Age : 67
Localisation : Agii Deka (Crète)
Date d'inscription : 21/12/2005

MessageSujet: Re: Des bienfaits de la concurrence dans l'éducation   Lun 18 Sep 2006 - 1:29

En voici une autre :


Citation :
"POURQUOI pensez-vous qu'un enfant a un avis sur les choses, avis qu'il s'invente, qu'il imagine ?"

"POURQUOI ne pouvez-vous pas concevoir que l'enfant, avant de naître, a déjà un "capital" psychique constitué, un "capital" qui lui servira de base fondamentale tout au long de sa vie, et qu'il exploitera tout ce que le monde dans lequel il est arrivé, après 9 mois de gestation, lui offre pour retrouver le "confort absolu" qu'il a alors connu ?"

"POURQUOI ne pouvez-vous pas concevoir que l'enfant qui sort du ventre de sa mère, innocent et surtout IGNORANT des choses du monde dans lequel il fait irruption "à son corps défendant", cherche à savoir ce qui se passe et ne peut que prendre pour argent comptant tout ce que les "adultes" savants qui l'entourent lui disent ?"

"POURQUOI ne pouvez-vous concevoir que c'est parce que ces explications sont insuffisantes, contradictoires, ou fantaisistes que l'enfant développe son esprit critique qui lui permetr de confronter ce qu'il SENT être VRAI et ce qu'on lui affirme vrai, ce qu'il SAIT....?



L'enfant, dans le ventre maternel, vit le confort absolu pendant neuf mois (cf Publicité "Dolce Vita - Gaz de France" que l'on voit actuellement à la télé . Même en Crète, sur TV 5 Monde, il m'arrive de la voir).

L'enfant, au moment de sa sortie du ventre maternel, reçoit des doses massives d'une hormone secrétée par sa mère, l'ocytocine.

L'enfant, après la sortie du ventre maternel, aux moments où il va devoir s'adapter souvent avec douleur (les dents qui poussent, les chocs, les bruits, etc) à ce nouveau monde , nouveau pour lui car totalement inconnu, il va encore recevoir des doses d'ocytocine par l'intermédiare du lait maternel.

Son organisme mettra du temps à voir se dissiper les effets de cette ocytocine, et, chez l'enfant de sexe féminin, les secrétions reprendront dès la puberté. tandis que, chez l'enfant de sexe masculin, il devra se sevrer... quelquefois en remplaçant l'ocytocine par d'autres substances : tabac, alcool, drogue, etc....

Quels sont les effets de cette ocytocine ?

Elle fait OUBLIER totalement les évènements douloureux et, par la même occasion, le souvenir des douleurs qui y sont liées.

Une drogue magnifique, tellement magnifique que celui qui en reçoit, sans s'en rendre compte, devient particulièrement dépendant de son fournisseur, de son "dealer", en la circonstance , sa mère.

En effet, grace à cette "substance", la vie est une vie de bien-être, d'absence de douleur , en tout cas.... et cette sensation de bien-être est celle qui avait été éprouvée avant la naissance .... mais dont on connaît plus l'origine (l'ocytocine est aussi passée par là !)... et que l'on attribuera alors à .... tout ce que l'on peut imaginer !!!! ... en allant jusqu'à dieu, aux anges, aux extra-terrestres...

Et oui !!!!!

L'enfant n'a pas de connaissance du monde dans lequel il vient d'arriver.... et il est en permanence sous l'influence d'une drogue amnésiante... qui ne peut lui permettre de se construire et d'avancer dans le temps de la vie....

Alors, avec AMOUR, la mère , le père, et toute la famille, puis tout l'entourage social (là, il y a plus d'intérêt que d'AMOUR car ce petit homme va devoir bosser, rapporter, obéir, etc...), vont lui fabriquer des souvenirs qu'il va devoir assimiler, des souvenirs qui ne sont pas les siens propres, qui sont ceux qu'on veut qu'il ingurgite et dégurgite....

Il est ainsi manipulé, instrumentalisé, objetisé à l'insu de son plein gré.... jusqu'à ce que, les effets de l'ocytocine s'estompant, la connaissance par soi-même ("Connais-toi toi-même ! ") arrivant, des contradictions sources de souffrances se manifestant, l'enfant mâle ne réagisse, ne s'émancipe à travers des épreuves initiatiques.... pour éradiquer les souvenirs qui ne sont pas les siens, notamment ceux de la mère qui lui a communiqué ses peurs à elle....

Il cristallisera ces peurs puériles sur un Minotaure qu'il tuera, sortira du labyrinthe grâce à une Ariane amoureuse qui pourrait bien le lier à nouveau par un fil... et il préfèrera l'abandonner aux mains d'un Dionysos pour aller s'occuper des affaires de la Cité que son père Egée lui aura laissée....

Et oui, nos ancètres avaient déjà trouvé cela, intuitivement, comme ils avaient trouvé bien d'autres choses que nous ne faisons que REdécouvrir....

Ils nous ont laissé de merveilleux et édifiants messages.....

Il serait temps de les déchiffrer, ne pensez-vous pas ?

Cordialement

fourmi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.origines.fr.st
MP
membre éminent de l'opposition


Nombre de messages : 581
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: Des bienfaits de la concurrence dans l'éducation   Lun 18 Sep 2006 - 8:58

Citation :
Voici une des raisons de mon installation dans cette île où je savais que je serai "chez moi" alors que je suis, par hasard, né en France.... et que je m'y sentais bien mal !

Smile C'est la décontraction de vivre dans un pays où les gens s'acceptent Smile Ce qui leur laisse du temps pour être généreux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MP
membre éminent de l'opposition


Nombre de messages : 581
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: Des bienfaits de la concurrence dans l'éducation   Lun 18 Sep 2006 - 9:18

Citation :
l'ocytocine.

Je ne doute pas de l'intérêt scientifique de cette découverte, mais j'ai une vue moins "dramatique" de l'enfance Smile

Une période de petits bobos, mais de bisous câlins, d'expériences fécondes et incessantes, dont l'enfant, quoi qu'on en dise, garde le souvenir "à son actif".

Souvenirs personnels : à 18 mois, à quatre pattes, je vois deux jolis petits trous et y enfoncent les doigts. Décharge électrique ! Je me souviens avoir hurlé, non de douleur, mais parce que j'étais vexée Smile

Par la suite, l'enfant va faire siens toutes les principes transmis par son éducation, qui lui serviront de tuteur pour grandir.

Puis, progressivement, au fil de sa maturation, il repensera chaque code acquis, pour en garder certains, et en modifier d'autres plus conformes avec sa personnalité.

On peut faire le parallèle avec un conducteur de voiture : au début, il se focalise sur les 5 mètres devant son engin, puis regarde plus loin, et enfin regarde plus large ... Smile

Pour en revenir à l'ocytocine, les enfants vivraient un vrai martyr s'ils étaient nourris au lait maternisé plutôt qu'au sein ?

Je crois plutôt, comme le dit l'adage, qu'il n'y a pas d'enfants difficiles, qu'il n'y a que des mères nerveuses Smile

Enfin, une éducation réussie ne consiste pas, me semble-t-il, à instrumentaliser un enfant, mais à développer toutes les cordes possibles à son arc, pour lui réserver ultérieurement le droit de choisir une orientation conforme à sa personnalité.

Amicalement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fourmi
second secretaire
second secretaire


Nombre de messages : 877
Age : 67
Localisation : Agii Deka (Crète)
Date d'inscription : 21/12/2005

MessageSujet: Re: Des bienfaits de la concurrence dans l'éducation   Lun 18 Sep 2006 - 12:18

Citation :
Une période de petits bobos, mais de bisous câlins, d'expériences fécondes et incessantes, dont l'enfant, quoi qu'on en dise, garde le souvenir "à son actif".

Vous confirmez ce que je dis : on met dans la tête de l'enfant des "souvenirs" qui peuvent avoir la forme "non-verbale" de bisous, de câlins et qui, évoquant chez lui les sensations antérieures vécues dans le ventre maternel, l'apaiseront.... le ramèneront dans la période où il n'avait pas besoin d'ocytocine parce que, tout simplement, c'était le nirvana quotidien grâce à la protection "utérine", "mitrale", maternelle.... !

Connaissez-vous les expériences qui ont été faites avec des enfants dans le ventre de leur mère à qui on fait entendre de la musique de manière régulière, que cette musique soit classique ou moderne .

Il suffira ensuite, lorsque l'enfant sera né, de lui faire entendre la musique qu'il a entendue lors de la gestation pour qu'il s'apaise !

Il s'agit là de "souvenirs émotionnels" que l'ocytocine ne parvient pas à effacer, simplement parce qu'il ny a pas d'évènement BRUTAL ou PRECIS auquel on peut les rattacher !

Citation :
Souvenirs personnels : à 18 mois, à quatre pattes, je vois deux jolis petits trous et y enfoncent les doigts. Décharge électrique ! Je me souviens avoir hurlé, non de douleur, mais parce que j'étais vexée

Etes-vous ABSOLUMENT sûre que ceci soit un souvenir strictement personnel ?????

D'ailleurs, vous le dites très bien en ne parlant pas de la douleur physique éprouvée inévitablement alors, mais en parlant du fait que vous ayez été vexée.... vexée devant QUI ????

Et ne seraitce pas ce "QUI" qui vous aurait parlé de votre "vexation" en parlant de l'anecdote ?????

Ne serait-ce pas plutôt une anecdote qui aurait été racontée DEVANT vous par votre mère qui aurait eu peur, ce jour-là, ou par votre père qui s'en serait voulu de ne pas avoir protéger la prise électrique.... ou par quiconque devant qui vous auriez été vexée et qui vous aurait un jour ressorti l'histoire ?????

J'ai pu observer chez mes propres enfants qu'ils vaient des souvenirs "personnels" qui étaient strictement le récit que j'avais pu faire devant des tierces personnes de ce qui leur était un jour arrivé.

Le seul de mes enfants qui a pu partiellement échapper à cette emprise de MES souvenirs , c'est mon fils dont j'ai filmé le plus possible pendant ses premières années... si bien qu'il a des souvenirs que le film lui a apportés, plus objectiofs que mes propos... mais c'était tout de même moi qui tenait la caméra et qui sélectionnait les vues.


Citation :
Enfin, une éducation réussie ne consiste pas, me semble-t-il, à instrumentaliser un enfant, mais à développer toutes les cordes possibles à son arc, pour lui réserver ultérieurement le droit de choisir une orientation conforme à sa personnalité.

Tout à fait d'accord avec vous.... encore faut-il que les parents ne soient pas, de leur côté, "instrumentalisés" par la société qui les entourent !!!!!

Comme je le disais, les maîtres (ou parents) doivent apprendre aux disciples (enfants) à se passer de maîtres (parents).....

Cordialement

fourmi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.origines.fr.st
MP
membre éminent de l'opposition


Nombre de messages : 581
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: Des bienfaits de la concurrence dans l'éducation   Lun 18 Sep 2006 - 13:10

Citation :
Connaissez-vous les expériences qui ont été faites avec des enfants dans le ventre de leur mère à qui on fait entendre de la musique de manière régulière, que cette musique soit classique ou moderne .

Il suffira ensuite, lorsque l'enfant sera né, de lui faire entendre la musique qu'il a entendue lors de la gestation pour qu'il s'apaise !

Il s'agit là de "souvenirs émotionnels" que l'ocytocine ne parvient pas à effacer, simplement parce qu'il ny a pas d'évènement BRUTAL ou PRECIS auquel on peut les rattacher !

De ces tests harmonieux (on calme d'ailleurs les bébés en leur diffusant simplement des battements de coeur, autre réminiscence de leur vie in utero), on peut déduire aussii que le bébé "se souvient" des bagarres, des cris de sa mère, et de l'éventuel contexte violent ou sinistre de sa gestation.

Mias nous idéalisons peut-être ... Il doit y avoir des bébés qui s'ennuient et rongent leur frein Smile

Citation :
Etes-vous ABSOLUMENT sûre que ceci soit un souvenir strictement personnel ?????

Oui ! (mes parents ne s'en souvenaient plus). J'ai d'ailleurs d'autres souvenirs très précoces puisque j'ai un jour tracé les plans fort détaillés de l'appartement où j'avais vécu avant mes deux ans Smile Il parait que la mémoire va de pair avec la verbalisation, or - à l'instar de ma fille - nous sommes une famille où les demoiselles utilisent le subjonctif et parlent comme des avocats à 18 mois ... et ne s'arrêtent jamais, disent les mauvaises langues Very Happy

Citation :
D'ailleurs, vous le dites très bien en ne parlant pas de la douleur physique éprouvée inévitablement alors, mais en parlant du fait que vous ayez été vexée.... vexée devant QUI ????

Devant personne, ou plutôt devant moi : je m'étais fait avoir ! Depuis, je ne me suis guère améliorée, mais je ne hurle plus : je pratique l'auto-dérision Very Happy

Citation :
Et ne serait-ce pas ce "QUI" qui vous aurait parlé de votre "vexation" en parlant de l'anecdote ?????

Non, je vous confirme que plus personne ne se souvenait de mon "expérience scientifique" ...

Quant à votre hypothèse, mes parents ne se seraient ni effrayés, ni culpabilisés, du moins officiellement : ils auraient ri et m'auraient dit que c'était bien fait (touche à tout !)...

Pour l'éducation, vous avez tout à fait raison, bien entendu : on ne peut amener un enfant à être bien dans sa peau, tonique et plein d'humour que si on l'est soi-même ... D'où les difficultés éductionnelles en cascade dans certaines familles.

Belle journée crètoise !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fourmi
second secretaire
second secretaire


Nombre de messages : 877
Age : 67
Localisation : Agii Deka (Crète)
Date d'inscription : 21/12/2005

MessageSujet: Re: Des bienfaits de la concurrence dans l'éducation   Lun 18 Sep 2006 - 13:24

J'ai quelques "particularités" aussi aussi au niveau des souvenirs précoces puisque, à l'âge de 33 ans, j'ai retrouvé SEUL un souvenir particulièrement pénible d'un évènement vécu "in utero" alors que je devais avoir trois ou quatre mois de vie...., évènement que, pour tout un tas de raisons, on m'avait soigneusement caché.

C'est pourquoi je n'ai a priori aucune raison de douter de ce que vous affirmez.

En revanche, il serait particulièrement intéressant que vous puissiez trouver en quoi votre prime enfance a été "singulière" (j'entends par rapport à la plupart de celles vécues généralement par les humains) au point de vous permettre de vivre de telles choses qui, vous en conviendrez, présentent quelques similtudes avec ce que j'ai vécu et vis, avec ce que j'ai découvert et expose.

Bonne et belle journée belge !

Amicalement

fourmi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.origines.fr.st
MP
membre éminent de l'opposition


Nombre de messages : 581
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: Des bienfaits de la concurrence dans l'éducation   Lun 18 Sep 2006 - 14:00

Citation :
En revanche, il serait particulièrement intéressant que vous puissiez trouver en quoi votre prime enfance a été "singulière" (j'entends par rapport à la plupart de celles vécues généralement par les humains) au point de vous permettre de vivre de telles choses qui, vous en conviendrez, présentent quelques similtudes avec ce que j'ai vécu et vis, avec ce que j'ai découvert et expose.

Je crois que votre cas est bien plus extraordinaire, en raison de l'extrême précocité du souvenir, et en l'absence de toute référence verbale, ce qui pose évidemment un problème de "stockage" ...

Dans mon cas, c'est évidemment plus banal : une petite fille qui ne manque ni d'interlocuteurs affectueux ni de partenaires de jeux, dans un milieu communicatif : premiers pas le jour de ses un an (mon fils a marché avant ses 9 mois), propreté acquise simultanément, et multiplication des mots et des phrases, pour faire parfaitement la distinction, à 18 mois, entre les gens que je vouvoyais et de ceux que je tutoyais ... Bref, un enfant normal, c'est à dire miroir de son contexte Smile

Tout ce qu'il fallait pour étiquetter et classer mes souvenirs Smile

Envers de la médaille : je me suis vraiment ennuyée à l'école (sauf récréations !), mais ai eu la chance d'avoir des "mères supérieures" qui m'ont fait faire deux années en une, deux fois Smile

A 16 ans, j'étais donc à l'université comme un coq en pâte Smile

Amicalemennt,
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fourmi
second secretaire
second secretaire


Nombre de messages : 877
Age : 67
Localisation : Agii Deka (Crète)
Date d'inscription : 21/12/2005

MessageSujet: Re: Des bienfaits de la concurrence dans l'éducation   Lun 18 Sep 2006 - 16:53

Citation :
Je crois que votre cas est bien plus extraordinaire, en raison de l'extrême précocité du souvenir, et en l'absence de toute référence verbale, ce qui pose évidemment un problème de "stockage" ...

Dans mon cas, c'est évidemment plus banal : une petite fille qui ne manque ni d'interlocuteurs affectueux ni de partenaires de jeux, dans un milieu communicatif : premiers pas le jour de ses un an (mon fils a marché avant ses 9 mois), propreté acquise simultanément, et multiplication des mots et des phrases, pour faire parfaitement la distinction, à 18 mois, entre les gens que je vouvoyais et de ceux que je tutoyais ... Bref, un enfant normal, c'est à dire miroir de son contexte

En raison de ce que je sais de la vie actuelle, votre cas n'est pas "banal"... j'apprenais hier que 50% des enfants sont des enfants "hors mariage", non que je sois attaché à ce "cérémonial", mais cela signifie qu'il y a des répères que vous avez eus et que beaucouop n'ont pas eus....

Vous avez très tôt bénéficier de repères qui vous mettaient en HARMONIE avec cette sensation "primale" de confort absolu éprouvée lors de la gestation.... et tout va pour le mieux... vous êtes dans le "ressenti" positif en permanence... et vous le communiquez sans même le savoir....

Vous avez été une enfant normale, miroir de son contexte "normal".... mais cette normalité est devenue exceptionnelle !

Mon parcours hors norme est aussi , quelque part, banal car , depuis que je me suis ouvert sur mion intimité, j'ai pu constater qu'il y avait une multitude de mes congénères qui étaient passé par ce genre de parcours.

Sur un autre forum, j'avais exposé mon cheminement....

Citation :
Michel FOURNIER

Posté le: Mer Mai 17, 2006 1:23 pm

Bonjour Nathalie,

Je suis un humain parmi d'autres....

Conçu dans des circonstances particulières, j'ai vu mon confort absolu troublé par une aiguille à tricoter.

J'en ai développé une volonté farouche de vivre et j'ai connu ainsi très tôt , bien plus tôt que la plupart de mes congénères, les douleurs résultant des aléas provenant du monde extérieur..... comparativement à l'extase vécue dans le monde intérieur.

Prématuré (officiellement né à 7 mois 1/2), on a dû utiliser les forceps et faire une épisiotomie à ma mère pour je puisse découvrir cet horrible monde extérieur.

Drôle de prématuré , ne trouvez-vous pas, qui fut baptisé de surcroit "bâtard" par sa grand-mère maternelle !

A l'âge de 3 semaines (depuis ma naissance, mais combien depuis ma conception ?), je fis une toxicose et ma mère attendit la dernière minute pour faire le nécessaire, ce qui demanda des soins énergiques et violents : des injections d'eau de mer dans le ventre pour me réhydrater..

Je vécus une enfance particulièrement horrible. Ma mère était tombé très vite malade d'une maladie à l'époque évolutive et dégénérescente : le diabète dont elle finit par mourir en 1984.

Ma soeur et moi avons eu à subir les extrêmes variations d'humeur, parfois les coups qui allaient jusqu'au sang de cette femme en souffrance, sans cesse tourmentée par l'imminence de sa mort éventuelle, aimée sans réserve par un mari extrèmement doux et conciliant.

Ses hospitalisations ont succédé à ses hospitalisations, nous ballottant d'un milieu à un autre, sans aucun repère fixe, sans aucun référent.

Quant aux éventuelles manifestations de ce qu'on appelle l'amour, ce fut le désert total, voire même l'opposé.... "Pyjama !!!!" entendait-on hurler le soir.... et il nous fallait dare-dare aller nous coucher dans une chambre obscure , sans l'ombre d'un baiser ou même d'un "Bonne nuit !"

Lors de ma pré-adolescence, on me confia plus ou moins à un oncle pervers, handicapé par un grave accident de la route, et à une tante qui était devenue quelqu'un par la prostitution. Je dus très tôt travailler, comme garçon de café chez cet oncle et comme ouvrier dans une chaîne de magasins tout en suivant des études "brillantes" jusqu'au Bac puis une année d'Université.

Je découvris ainsi la sexualité dans un climat d'amoralité TOTALE.... et ne pus me construire, sur ce plan, que lors de mon second mariage...

De mon premier mariage, j'eus une fille agée aujourd'hui de 35ans avec laquelle, malgré tous mes efforts, je ne pus conserver de relations tant j'étais imprégné du machisme pervers de cet oncle... et que cette perversité me dépassait parfois, me rendant ainsi peu agréable à vivre.

Devenu adulte, je quittais vite ces milieux pour tenter de m'installer dans la vie, loin de toutes ces turpitudes que mon "cerveau primal" me commandait de rejeter.

Mais où était la vérité, comment fallait-il vivre au quotidien pour être ce personnage parfait que mon cerveau primal me demandait d'être ?

Devenu adulte, je m'engageai dans l'Education Nationale par vocation, devenu expert en maltraitances de tous ordres, connaissant leurs effets dévastateurs sur les enfants, pour apporter aux élèves qui m'étaient confiés ce que la société ignorante de certaines réalités ne pouvait leur prodiguer : amour, confiance, exigence aussi... car il leur fallait, plus que d'autres, s'accrocher pour surmonter leurs "retards" et leurs "blocages" que je comprenais.... pour pouvoir, un jour, vivre sans être "repérés" dans ce monde sans concession.

En 1984, après avoir travaillé d'arrache-pied pendant 4 ans, expérimenté des nouvelles attitudes, de nouveaux contenus d'enseignement, de nouvelles pratiques, je publiais un "projet pédagogique" qui, en fait, était un bilan pédagogique faisant état de nos réussites quant à la réinsertion de nos élèves pourtant qualifiés de "déficients intellectuels."

Oui, contre toute attente, un tiers de nos élèves avaient comblé leurs retards, avaient retrouvé confiance en eux, ne posaient plus de problèmes de comportements.

C'est alors que la dite société manifesta à mon encontre des réticences étranges, récurrentes et violentes , tout en reconnaissant le bien-fondé et l'efficacité de mes actions.. qui n'étaient que la reprise des souhaits exprimés par les uns et les autres, les parents ou les politiques... tandis que la hiérarchie trainait la jambe.

Je conçus alors le projet d'une nouvelle société, projet englobant l'école mais la re-situant dans ses rapports avec les autres institutions de notre société, notre société étant elle-même impliquée et concernée par l'évolution de la planète, à tous niveaux , avec des principes véritablement démocratiques, où on donnerait le plus à ceux qui avaient le moins, où on réduirait pas tous moyens la fracture sociale, où on manifesterait en permanence sa solidarité envers chacun et tous sur la planète.

Un projet "mondialiste", mais où tout ce qui existe sur la planète serait mis au service de l'homme, de tout humain, et non l'inverse.

Je soumis dès 1990 ce projet à TOUS les politiques "influents" en France et hors de France, à tous les religieux du plus haut niveau sur la planète, alors en fonction, à nombre d'idéologues référents..

Je reçus l'assentiment de certains, la désapprobation d'autres....

Au fil du temps, sans relâche, par courriers ou visites directes, au travers aussi d'actions modestes mais percutantes, je n'ai eu de cesse de les interpeller, de les accuser, de les faire se remettre en question, de les placer devant leurs contradictions.

Rencontrant le plus souvent ou de l'incompréhension, ou des allusions particulières quant à mon état mental, ou à un prétendu orgueil que l'on m'attribuait sans raison, ou même de l'opposition car je remettais en question des valeurs et pratiques réputées "justes" mais qui avaient montré leurs limites, je dus lutter sans relâche ... et SEUL : aucun parti politique, aucune religion, aucune idéologie ne pouvait m'accepter en son sein puisque mon action consstait à passer TOUT au crible, sans concession.... et que cela aboutissait parfois à "démolir" ce que ces personnages soutenaient.

C'est seul, parfois et même souvent dans une adversité sans limite, que je menais à bien mon projet....

Dans le même temps, me rendant en Grèce, et plus précisément en Crète chaque année depuis 1976, je m'enrichissais de connaissances réactualisées et JUSTES sur notre passé spirituel, découvrant des vérités cachées sous des textes codés, découvrant des sites archéologiques oubliés et leur véritable signification, déterrant ce que des communautés avaient enfoui sous leurs affirmations péremptoires.

Il m'arriva professionnellement bien des avatars.

Il m'arriva familialement bien des drames... mais aussi le bonheur immense de concevoir, en pleine conscience, un fils en mars 1984, Pierre, qui vint au monde le 4 décembre 1984.

Il m'arriva enfin de constater que mon projet avait avancé à un tel point qu'il est en route à terminer sa mise en place...

En 2006, je ne puis que constater, jour après jour en écoutant ce que devient le monde, que mon projet est en route à se concrétiser SUR TOUS LES PLANS.

Aujourd'hui, Pierre est adulte (il l'est depuis bien longtemps, en fait).... je suis en retraite et perçois de quoi survivre à peine si je reste en France, de quoi vivre avec un certain bonheur si je m'installe en Crète.

J'ai eu, hier 16 mai 2006, le bonheur de passer le cap des 57 ans.

Je me sens en forme pour vivre encore quelques belles décennies, avec la satisfaction toute simple d'avoir accompli la mission que je m'étais fixée.... et que seule , véritablement, la Crète m'a aidé à mener à son terme.

En juin 2006, c'est là que je vais me retirer définitivement, sur les lieux où la mythologie prétend que ZEUS a fécondé EUROPE, sur les lieux où se trouve le vrai labyrinthe de la mythologie, sur l'emplacement probable d'un des vestiges de cette Atlantide mythique imaginée par Platon...

J'ai quelques découvertes capitales à faire, encore... grâce à ma connaissance des archives de l'humanité dont je n'ai pas encore exploré toutes les richesses...

C'est là que, dans un environnement sain et paisible, je recevrai ceux qui auraient envie d'entendre les détails de mon histoire, de consulter tous les documents qui attestent de son authenticité, qui voudraient, à leur tour, se lancer dans la transformation du monde pour que chacun s'y sente BIEN.

Cordialement

Michel FOURNIER

Voilà.... et j'annonçais alors que j'avais quelques découvertes capitales encore à faire.... vous êtes la première à êytre informée de celle que je viens de vous révéler : l'enfant qui naît et qui est allaité PERD TOTALEMENT le souvenir de SON vécu REEL par l'effet de l'ocytocine.

Il conçoit de ce fait des "souvenirs" qui ne sont pas les siens, mais ceux que son entourage lui fabrique, parfois inconsciemment, ce qui le rend malléable, influençable, manipulable.

Les effets de l'ocytocine s'atténuent avec le temps.... et la LUCIDITE, l'esprit CRITIQUE se manifestent alors devant les contradictions qui se font jour : le "rêve " de l'humain est de vivre paisiblement le confort absolu, comme dans les premiers mois de sa vie (c'est son paradisd perdu qu'il veut retrouver)..... et il ne supporte pas longtemps de devoir suivre des voies qui l'éloignent de cet objectif.... même si on tente de le persuader que c'est là la BONNE voie....

Amicalement

fourmi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.origines.fr.st
MP
membre éminent de l'opposition


Nombre de messages : 581
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: Des bienfaits de la concurrence dans l'éducation   Lun 18 Sep 2006 - 19:58

Imposible de répondre à chaud à votre histoire ... j'ai besoin, je crois, de prendre un peu de recul ...

Mais, déjà, mon admiration pour la manière dont vous avez "transformé l'essai".

Comment expliquer que certains y arrivent, alors que d'autres, bien moins atteints, se laissent couler ?

Très amicalement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fourmi
second secretaire
second secretaire


Nombre de messages : 877
Age : 67
Localisation : Agii Deka (Crète)
Date d'inscription : 21/12/2005

MessageSujet: Re: Des bienfaits de la concurrence dans l'éducation   Lun 18 Sep 2006 - 20:53

Citation :
Imposible de répondre à chaud à votre histoire ... j'ai besoin, je crois, de prendre un peu de recul ...

Mais, déjà, mon admiration pour la manière dont vous avez "transformé l'essai".

Comment expliquer que certains y arrivent, alors que d'autres, bien moins atteints, se laissent couler ?

Très amicalement.

Je vous comprends très bien, MP....

Merci pour votre "admiration"... que je sais sincère....



Citation :
Comment expliquer que certains y arrivent, alors que d'autres, bien moins atteints, se laissent couler ?

D'une certaine manière, vous avez bénéficié des meilleures conditions , celles qui, dès votre conception (enfant voule, je suppose ???), vous ont placée en corrélation avec ce sentiment de "confort absolu" que vous avez connu dans le ventre maternel....

D'une certaine manière, j'ai bénéficié des pires conditions , celles qui, dès ma conception (enfant non désiré, je suis sûr !!!), m'ont placé en complet décalage avec ce sentiment de "confort absolu" que j'avais tout de même connu dans le ventre maternel... et qu'une aiguille à tricoter est venu mettre en péril...

Vous avez simplement prolongé l'HARMONIE dans laquelle vous avez baigné et baignez toujours.... pour faire partager votre "science"....

J'ai simplement mobilisé toute mon énergie pour REtrouver cette HARMONIE dans laquelle j'avais baigné et où je ne baignais plus... pour faire partager mes expériences.... donner l'espoir à ceux qui ne l'avaient plus.... rappeler des vérités universelles et intemporelles, du moins pour l'humain !


Tous les chemins mènent à Rome !!!!


Et si, un jour, votre chemin vous menait à Agii Deka, je serais ravi de vous y recevoir, car je ne pense pas vraiment que notre rencontre sur ce site soit "fortuite".... .

Très amicalement....

Michel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.origines.fr.st
MP
membre éminent de l'opposition


Nombre de messages : 581
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: Des bienfaits de la concurrence dans l'éducation   Mar 19 Sep 2006 - 0:19

Cher M.F.,

Nos chemins ont été bien différents, même si le mien a eu aussi sa dose de grosses orties, dont je vous parlerai un jour.

Mais je crois que devenir vraiment adulte, c'est avoir le parti pris d'aimer la vie, et de reconstruire avec bonheur ce que les aléas de la vie ont tenté de mettre en miettes .

Ce chemin passe sans doute par une réflexion nécessaire sur ceux qui nous ont fait du mal : si ignobles qu'ls aient été, pouvaient-ils faire mieux avec leur misérable équation personnelle ? Mieux vaut donc les cataloguer comme des "accidents" que comme des ennemis Smile

A titre d'exemple, l'aiguille à tricoter n'était certainement pas dirigée contre vous (votre mère ne vous connaissait pas), mais un acte désespéré destiné à la sortir d'une situation probablement douloureuse.
Le fait d'avoir été (ou risqué d'être) une victime ne nous exonère pas d'un certain devoir de compassion qui, finalement, est tout bénéfice pour nous Smile

Il me semble aussi que le passé doit être interpêté "ex nunc" : vous vivez dans un endroit merveilleux, et dans une débauche de joies esthétiques, intellectuelles, affectives et paysagères ... Qui dit mieux ?

Et je vais vous confier le fruit d'une de mes observations les plus intéressantes : il n'y a pas de gens plus optimistes, gais et plein d'humour que ceux qui en ont pris plein la g... . Surtout s'ils sont de bonne race Smile

J'arrête : nous allons faire des envieux ! Very Happy

Très amicalement.

PS : je ne sais si ni quand je vous rencontrerai mais je passerai au-dessus de chez vous à la Toussaint, en me rendant en Turquie Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fourmi
second secretaire
second secretaire


Nombre de messages : 877
Age : 67
Localisation : Agii Deka (Crète)
Date d'inscription : 21/12/2005

MessageSujet: Re: Des bienfaits de la concurrence dans l'éducation   Mar 19 Sep 2006 - 9:29

Citation :
Cher M.F.,

Nos chemins ont été bien différents, même si le mien a eu aussi sa dose de grosses orties, dont je vous parlerai un jour.

Mais je crois que devenir vraiment adulte, c'est avoir le parti pris d'aimer la vie, et de reconstruire avec bonheur ce que les aléas de la vie ont tenté de mettre en miettes .

Ce chemin passe sans doute par une réflexion nécessaire sur ceux qui nous ont fait du mal : si ignobles qu'ls aient été, pouvaient-ils faire mieux avec leur misérable équation personnelle ? Mieux vaut donc les cataloguer comme des "accidents" que comme des ennemis

A titre d'exemple, l'aiguille à tricoter n'était certainement pas dirigée contre vous (votre mère ne vous connaissait pas), mais un acte désespéré destiné à la sortir d'une situation probablement douloureuse.
Le fait d'avoir été (ou risqué d'être) une victime ne nous exonère pas d'un certain devoir de compassion qui, finalement, est tout bénéfice pour nous

Il me semble aussi que le passé doit être interprêté "ex nunc" : vous vivez dans un endroit merveilleux, et dans une débauche de joies esthétiques, intellectuelles, affectives et paysagères ... Qui dit mieux ?

Et je vais vous confier le fruit d'une de mes observations les plus intéressantes : il n'y a pas de gens plus optimistes, gais et plein d'humour que ceux qui en ont pris plein la g... . Surtout s'ils sont de bonne race

J'arrête : nous allons faire des envieux !

Très amicalement.

PS : je ne sais si ni quand je vous rencontrerai mais je passerai au-dessus de chez vous à la Toussaint, en me rendant en Turquie

Cher MP,

Comique "en diable", notre échange...

Je viens juste de terminer une lettre à ma soeur qui vit actuellement quelques moments difficiles et je lui disais, à quelques variantes près, la même chose, notamment concernant ces "méchants" qui lui ont fait du mal et lui font du mal sans qu'ils sachent qu'ils lui faisaient du mal !

Pour le reste me concernant, notamment les suites de l'histoire de l'aiguille à tricoter (que j'ai découverte il y a 24 ans, tout de même), j'ai emprunté exactement, dans les deux semaines qui en ont suivi la découverte, le chemin que vous indiquez : ma mère était celle qui, dans une famille de 9 enfants, avec une mère seule veilleuse de nuit à l'hopital, faisait les lessives, au baquet, à la main, et les repassages.... alors, enceinte, avant le mariage, avec obligation de se marier car , à cette époque, la "fille-mère" était inconcevable, cela voulait dire, pour la famille, ADIEU la machine à laver humaine...et j'en ai immédiatement tiré des leçons pour aller plus loin... pour dédramatiser et plaindre.... cette époque d'après-guerre où tant et tant de drames se sont ainsi joués...

Quant au risque de faire des envieux, je l'assume et souhaite même que l'envie en question se généralise et que d'autres que vous et moi se retrouvent sur la voie de l'amour et du bonheur.

Mon invitation à nous rencontrer à Agii Deka n'est pas que pour demain....

Ma porte vous y sera toujours ouverte, comme à tous ceux qui voudraient connaître ce que nous connaissons....

Très amicalement

fourmi

Bon voyage en Turquie.... qui n'est pas si loin de la Crète (ne pas confondre toutefois avec la Grèce : l'identité crétoise est très différente de l'identité grecque !)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.origines.fr.st
MP
membre éminent de l'opposition


Nombre de messages : 581
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: Des bienfaits de la concurrence dans l'éducation   Mar 19 Sep 2006 - 10:34

Very Happy Un sourire pour la journée ..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fourmi
second secretaire
second secretaire


Nombre de messages : 877
Age : 67
Localisation : Agii Deka (Crète)
Date d'inscription : 21/12/2005

MessageSujet: Re: Des bienfaits de la concurrence dans l'éducation   Mar 19 Sep 2006 - 11:05

Very Happy .... pour l'éternité...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.origines.fr.st
lomig
second conseiller
second conseiller


Nombre de messages : 466
Age : 33
Localisation : Les Ravenelles
Date d'inscription : 18/05/2006

MessageSujet: Re: Des bienfaits de la concurrence dans l'éducation   Dim 1 Oct 2006 - 20:17

Ben oui, faut quand même que les riches (qui méritent plus car ils sont vertueux) gardent la possibilité de se reproduire et de continuer leur train de vie. Quand un fils d'ouvrier ira à Harvard, l'apocalypse approchera. Si l'on augmente pas très vite les frais d'inscription, bientôt, des oh, c'est trop dur à dire, des pôôôvres vont s'inscrire dans des grandes écoles. Mais où va le monde???

Pourquoi la sélection doit se faire par l'argent? (et non par les connaissances, la compétence, etc.) c'est ça la seule et vraie question de cette idée débilissime de concurrence dans l'éducation!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spaces.msn.com/lomig1983/
lomig
second conseiller
second conseiller


Nombre de messages : 466
Age : 33
Localisation : Les Ravenelles
Date d'inscription : 18/05/2006

MessageSujet: Re: Des bienfaits de la concurrence dans l'éducation   Lun 2 Oct 2006 - 9:46

article du monde sur le coût de la vie étudiante...


"A l'opposé, poursuit-il, les étudiants en faculté ont un temps contraint moins élevé, d'environ trente heures par semaine, ce qui leur permet de travailler et ainsi de compléter leurs ressources." Mais ce travail, qui représente 42 % des ressources, nuit à la réussite lorsqu'il n'a aucun rapport avec les études. En juillet 2004, l'Insee a montré que les étudiants salariés enregistraient un taux d'échec de 40 % supérieur à la moyenne. "Les étudiants des familles modestes choisissent souvent ces filières pour pouvoir travailler, au risque de s'y perdre", conclut M. Gruel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spaces.msn.com/lomig1983/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Des bienfaits de la concurrence dans l'éducation   Aujourd'hui à 3:16

Revenir en haut Aller en bas
 
Des bienfaits de la concurrence dans l'éducation
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Malaise dans l'éducation ?
» accoucher dans l'eau (risques/bienfaits)
» Quand l'éducation "alternative" isole...
» éducation, sv, pression sociale
» Les bienfaits de la bicarbonate de soude

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ecologie-Intelligence-Solidarité :: Humanités :: Pédagogie-
Sauter vers: