Ecologie-Intelligence-Solidarité

Pour la fondation d'une France bâtie sur l'intelligence.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Privilèges, fraudes et éducation

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
le libér
Invité



MessageSujet: Privilèges, fraudes et éducation   Jeu 7 Sep 2006 - 10:54

Mon point de vue sur la carte scolaire




Aujourd'hui le Figaro nous informe que un tiers des parents contourne la carte scolaire, dans un article qui débute par ces lignes:Dérogations,
départs vers le privé, astuces en tous genres, les Parisiens sont des
champions de l'évitement de la carte scolaire.
Et le tauxmonte à
40% de fraude pour Paris.. La surcote d'un appartement situé sur la
zone du lycée Henri IV est de 10% selon les agents immobiliers. A un
immeuble près votre logement vaut 10% de plus ou de moins.

Alors
qui gagne à la carte scolaire? Ceux qui ont les moyens de payer les 10%
de plus dans notre exemple, ceux qui ont des relations ou les enfants
de professeur! In fine, ceux qui gagnent au système actuel.. ce sont les plus privilégiés! On comprendra les réticences de nos énarques à changer une situation qui favorise les leurs;

Là où les hommes politiques de l'UMP, du PS ou d'ailleurs proposent timidement un assouplissement cosmétique, Alternative Libérale
a le courage de faire une proposition radicalement neuve, supprimer la
carte scolaire. Au lieu d'aider les privilégiés, laissons les
établissements choisir leurs élèves sur leurs notes et non sur le
chéquier des parents! Un jeune brillant n'a pas à être condamné à
rester dans son établissement mais doit avoir la possibilité d'aller à
Louis le Grand ou Henri IV ! C'est ça la véritable égalité des chances
face à la ségrégation scolaire qu'on nous propose actuellement!
Revenir en haut Aller en bas
fourmi
second secretaire
second secretaire


Nombre de messages : 877
Age : 67
Localisation : Agii Deka (Crète)
Date d'inscription : 21/12/2005

MessageSujet: Re: Privilèges, fraudes et éducation   Jeu 7 Sep 2006 - 14:23

Le jour où les enseignants du public joueront la carte de la QUALITE de l'enseignement qu'ILS dispensent plutôt que de larmoyer, à la remorque de leurs syndicats politisés, pour mettre leur CULPABILITE sur le dos d'un ETAT qu'ils n'aident en rien, alors le problème sera clarifié.... et, SURTOUT, les élèves trouveront leur compte....

Pauvres enfants qui, comme dans la dislocation de la famille, de la société, sont victimes des CONNERIES IMMONDES des adultes...

Il semblerait que la rentrée 2006 se présente sous de meilleurs auspices : les collèges "ambition réussite" ont des moyens... les enseignants sont au pied du mur... ils vont devoir ENFIN rendre des comptes !!!!


http://www.lunion.presse.fr/semaine/2006.0905/fmd/20060905.UNA0056.html

Citation :
• France-Monde




Des moyens supplémentaires pour les derniers de la classe


Le recteur de l'académie de Reims et le président de la région Champagne-Ardenne ont fait leur rentrée hier au lycée Libergier de Reims entièrement restructuré. Christian-Philippe PARIS





Encore plus fort que les zones d'éducation prioritaires, il y a désormais les collèges « ambition réussite ». Les plus mauvais élèves de la classe, lanternes rouges des résultats au brevet mais qui souffrent aussi d'un contexte social désespérant, sont dotés pour cette rentrée de moyens inédits.
Des enseignants supplémentaires « expérimentés », des assistants pédagogiques, une infirmière par réseau. Bref, les recteurs sont sommés de « mettre le paquet » là où les élèves en ont le plus besoin.
Le rêve pour des chefs d'établissement confrontés depuis des décennies dans les Zep à la spirale de l'échec.
Mais, dans ces collèges où le moindre frémissement de résultats booste des équipes éducatives au dévouement parfois surréaliste, où qui dépensent des trésors d'imagination et d'énergie pour « sortir » quelques enfants, cette « surabondance » de moyens est priée de porter ses fruits. « C'est un vrai challenge », reconnaît Bruno Lassaux, principal du collège Le Lac de Sedan, « A juste titre, il est clair que l'on va devoir rendre des comptes ».

A Sedan la maison des parents
Dans l'Aisne, les collèges Gérard-Philippe de Soissons et Montaigne de Saint-Quentin, dans les Ardennes, Le lac de Sedan et Jean-Moulin de Revin, dans la Marne, Joliot-Curie de Reims et dans la Somme, Arthur Rimbaud, César Franck, Etouvie et Guy Marschal d'Amiens, vont relever le défi du plan de relance de l'éducation prioritaire.
Ils sont 249 en France avec les 1.600 écoles primaires et maternelles de leur secteur à bénéficier d'un renfort de 1.000 profs et de 3.000 assistants pédagogiques.
53 enseignants et 150 assistants pour 12 collèges picards, 12 et 36 pour 4 collèges champardennais. « Ce sont les moyens qui devraient être attribués à tous les collèges », commente Christophe Girardin, du SNES. Lequel qualifie de « leurre » les collèges « ambition réussite ».
« Les moyens qu'on leur donne sont pris sur les autres. Des élèves en difficulté, il y en a partout », dénonce le syndicaliste.
Au collège Le lac de Sedan, deux professeurs et six assistants à mi-temps ont pris leur poste hier. Un professeur d'histoire-géographie recruté sur place et une enseignante en provenance d'une SEGPA. Leur mission : enseigner, mais aussi encadrer les assistants, former leurs jeunes collègues et assurer la liaison avec les écoles. Les assistants se destinent à l'enseignement. Ils sont en licence ou en IUFM.
D'ici deux à trois semaines, ils seront opérationnels pour prendre des groupes d'élèves en charge et encadrer l'aide aux devoirs en étude du soir. Pour l'heure, ils découvrent les cinq écoles rattachées au réseau. et les problèmes.
« 85 % de nos élèves vivent des situations sociales défavorisées », indique le principal qui sait que rien ne pourra se faire sans les parents.
« Notre projet est de créer une maison des parents en mettant un local à leur disposition en liaison avec le centre social ».
Déjà habitués à travailler différemment, les collèges labellisés « ambition réussite », vont devoir mettre à profit les moyens qu'on leur donne. Et se soumettre au verdict en fin d'année.
Françoise Kunzé


Cordialement

Michel FOURNIER
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.origines.fr.st
stephane
Calife


Nombre de messages : 963
Localisation : paris
Date d'inscription : 20/12/2005

MessageSujet: Re: Privilèges, fraudes et éducation   Ven 8 Sep 2006 - 14:05

Les élèves vraiment brillant qui doivent avoir des cours de haut niveau pour ne pas trop ralentir sont toujours envoyés dans les établisement les plus prestigieux style louis le grand (je ne considère pas Henry IV qui est une vraie secte), j'ai plusieurs connaissances personnelles qui ont été envoyés à saint louis ou à Louis le grand, non pas parce qu'ils étaient riches, mais parce qu'ils étaient brillants. C'est vrai que les abus existent, mais les élèves non doués ne rentrent pas en prépas ce qui rend leurs privilèges inutiles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fourmi
second secretaire
second secretaire


Nombre de messages : 877
Age : 67
Localisation : Agii Deka (Crète)
Date d'inscription : 21/12/2005

MessageSujet: Re: Privilèges, fraudes et éducation   Ven 8 Sep 2006 - 14:53

Ces "élèves-là", Stéphane, ne sont pas mon souci car, s'ils sont brillants, des portes leur sont ouvertes....en raison de leur "richesse"

Ma priorité de pensée va à tous ces élèves qui se retrouvent dans des "banlieues" ("mis au ban de la société à une lieue") parce que la société française a sereinement et posément joué la carte de la SEGREGATION, de la CONCENTRATION, de la GHETTOÏSATION de familles pour des motuifs sordides, si bien qu'aujourd'hui des milliers d'enfants et d'adolescents MARGINALISES pour des raisons qui sont d'élitisme ou de petite-bourgeoisie , ne trouvent pas à exprimer leurs envies de vivre, ne trouvent pas à ÊTRE....

Ma priorité de pensée va à ces 30 % d'élèves dont on dit qu'ils sont déficients intellectuels (merci les psychologues scolaires), qui sont scolarisés dans des classes et établissements spécialisés (CLIS ou SEGPA),dont on commence à s'accorder à dire qu'ils sont "normaux" (sic !) mais qui ont eu à souffrir, à un moment de leur vie, de problèmes qui n'ont pas été alors traités mais qui peuvent toujours l'être...

Ma priorité de pensée consiste à dire qu'il faut donner le plus à ceux qui ont le moins, slogan inventé par le PS mais que le PS n'a jamais su mettre en oeuvre !!!!

Quand MA priorité de pensée sera devenue LA priorité de pensée, alors on pourra espérer de la Justice SOCIALE, de l'EGALITE ... et de la FRATERNITE....

Cordialement

fourmi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.origines.fr.st
sympatik
Calife


Nombre de messages : 454
Date d'inscription : 29/12/2005

MessageSujet: Re: Privilèges, fraudes et éducation   Ven 8 Sep 2006 - 15:16

fourmi a écrit:
Le jour où les enseignants du public joueront la carte de la QUALITE de l'enseignement qu'ILS dispensent plutôt que de larmoyer, à la remorque de leurs syndicats politisés, pour mettre leur CULPABILITE sur le dos d'un ETAT qu'ils n'aident en rien, alors le problème sera clarifié.... et, SURTOUT, les élèves trouveront leur compte....

Hum... vos propos (que vous me permettrez de trouver à la fois assez convenus et caricaturaux) me semblent en parfaite contradiction avec l'article que vous avez mis en lien.

Citation :
Mais, dans ces collèges où le moindre frémissement de résultats booste des équipes éducatives au dévouement parfois surréaliste, où qui dépensent des trésors d'imagination et d'énergie pour « sortir » quelques enfants, cette « surabondance » de moyens est priée de porter ses fruits.

Il est en effet facile de faire des profs des bouc-émissaires mais la réalité est souvent bien différente des petites histoires sur les syndicats, les râleurs, les incompétents et les égoïstes qui ne penseraient pas aux élèves.
Le système de "points" en vigueur au sein de l'EN aboutit par exemple à l'affectation quasi systématique de jeunes enseignants dans les collèges les + difficiles, où ils sont à la fois confrontés à un patent manque de moyens (la suppression des emplois-jeunes a eu des conséquences dramatiques) et à un niveau général des classes catastrophique (élèves de 5e ou 4e sachant à peine lire et incapables de rédiger une simple rédaction).
La faute à qui ? Aux seuls profs de ces collèges ???
Non, à l'évidence.

Pour le reste, la carte scolaire porte en soi une certaine hypocrisie puisque les parents d'élèves un tant soit peu brillants dépendant d'un collège "pourri" préfèrent se saigner financièrement pour envoyer leur gosse ailleurs, y compris dans le privé.
La mixité est assez illusoire... et j'ai une soeur prof en Seine St Denis dont l'expérience me conduit à confirmer ce triste état de fait.
Alors, tant mieux s'il y a des collèges pompeusement baptisés "Ambition Réussite" auxquels sont affectés davantage de moyens humains et financiers, mais leur nombre réduit m'incite hélas à penser qu'il s'agit en 1er lieu d'une opération de com' de la part du gouvernement actuel.

Sur le fond, je vous invite à réfléchir sur l'immense fracture entre élèves et école... les modèles de "réussite" véhiculés par notre société sont en effet des Zidane ou des Loana, pas des Louis Pasteur ou des Albert Camus, ce qui se ressent fortement dans les collèges difficiles.
Et l'acquisition du savoir n'est plus du tout perçue comme une chance de s'en sortir, de s'élever à la fois socialement et "spirituellement".
Là encore, rejeter la faute sur les enseignants me semble une manière bien trop facile d'évacuer le problème autrement + profond.

_________________
Le libéralisme, c'est le renard libre dans le poulailler libre - Jean Jaurès
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fourmi
second secretaire
second secretaire


Nombre de messages : 877
Age : 67
Localisation : Agii Deka (Crète)
Date d'inscription : 21/12/2005

MessageSujet: Re: Privilèges, fraudes et éducation   Ven 8 Sep 2006 - 19:44

J'ai été enseignant pendant trente ans.... dans l'édication "spécialisée".

Les principales difficultés que j'ai pu rencontrer pour la réinsertion de mes élèves qui avaient fait la preuve de leurs capacités et qui avaient "rattrapé" leurs retards furent :

- la hiérarchie qui, en 1984, lorsque j'annonçais que 30 % de mes élèves devaient réintéger l'enseignement normal, m'a dit : "Vous êtes fou ! Si vous videz votre établissement du 1/3 de ses élèves, qu'allons-nouds faire des professeurs ?"

- les psychologues qui, parce qu'ils avaient mis une étiquette sur des enfants, n'acceptaient pas que ces étiquettes soient "fausses".

- les "collègues" qui , ayant écartés de leur classe des enfants au motif de leur déficience, faisaient tout ne ne pas donner le minimum de chances à des enfants qui avaient rattrapé le niveau....

TRENTE années d'expériences, cela ne compterait-il pas ?

Quant à la contradiction "apparente" entre ce que je dis et l'article que je cite, elle n'est qu"'apparente"...

En effet, avec les Minstres de l'Education successifs, et plus particulièrement avec celui qui est en place, j'ai tout fait pour faire entendre mes priorités....

Les Ministres semblent les avoir entendues puisqu'elles se traduisent en directives...

Les enseignants, cette fois, comprendront-ils ???

Cordialement

fourmi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.origines.fr.st
le libér
Invité



MessageSujet: Re: Privilèges, fraudes et éducation   Ven 8 Sep 2006 - 20:18

Edito de Ivan Rioufol dans le Figaro:

A elle [La droite] de refuser d'avaliser la perte d'exigence, qui semble signifier comme le remarquait le mathématicien Laurent Laforgue, que les "enfants des milieux défavorisés sont des petits malheureux intellectuellement déficients".

autre idée de lecture; l'Express, pourtant plutôt à gauche qui titre les profs en france, le gachis. Et de rappeller la promotion à l'ancienneté défendue becs et ongles par les syndicats au nom de l'égalité (.. égalité de traitement entre mauvais profs et bons profs..), le conservatisme de ces mêmes syndicats, etc..

Et de bien mettre en valeur que ce sont les profs les victimes de ce système conçu sur le modèle de l'armée rouge..
Revenir en haut Aller en bas
sympatik
Calife


Nombre de messages : 454
Date d'inscription : 29/12/2005

MessageSujet: Re: Privilèges, fraudes et éducation   Ven 8 Sep 2006 - 22:55

fourmi a écrit:

TRENTE années d'expériences, cela ne compterait-il pas ?

Bien sûr que si... mais disons que j'ai des parents qui ont eux-aussi enseigné toute leur vie avant de partir à la retraite et une soeur qui a pris la suite un peu sur le tard après avoir d'abord fait de la formation pour adultes.
Donc, je connais aussi un peu la question et j'avoue vous avoir trouvé quelque peu injuste envers les profs dans votre précédent post.
Ils sont partie intégrante d'un système (ou d'un "mammouth") qui connaît évidemment des dysfonctionnements.
Mais ce système dépend du politique, que ce soit pour le collège unique ou la création des ZEP hier, ou pour les collèges "ambition réussite" aujourd'hui.

Le Libéral a écrit:
les "enfants des milieux défavorisés sont des petits malheureux intellectuellement déficients".

Personne n'a jamais prétendu cela... mais entre un gosse dont les parents ont une bibliothèque bien fournie (et un porte-feuille assez garni) et un autre dont les parents maîtrisent mal voire pas le français et qui vit dans un F2 au 12e étage d'une tour de cité, vous me permettrez de penser que les 2 ne partent pas vraiment à armes égales en entrant à l'école.
Ca n'empêche pas de belles réussites individuelles (mon propre père est issu d'un milieu très modeste, ce qui ne l'a pas empêché de mener de + brillantes études que moi) mais si on regarde les statistiques globales, force est de constater que l'appartenance sociale est une source de clivages importants.
Le nier serait non seulement irréaliste mais porteur de politiques suicidaires.

_________________
Le libéralisme, c'est le renard libre dans le poulailler libre - Jean Jaurès
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fourmi
second secretaire
second secretaire


Nombre de messages : 877
Age : 67
Localisation : Agii Deka (Crète)
Date d'inscription : 21/12/2005

MessageSujet: Re: Privilèges, fraudes et éducation   Ven 8 Sep 2006 - 23:39

Citation :
Donc, je connais aussi un peu la question et j'avoue vous avoir trouvé quelque peu injuste envers les profs dans votre précédent post.
Ils sont partie intégrante d'un système (ou d'un "mammouth") qui connaît évidemment des dysfonctionnements.
Mais ce système dépend du politique, que ce soit pour le collège unique ou la création des ZEP hier, ou pour les collèges "ambition réussite" aujourd'hui.

Vous ne m'apprenez rien....

Les enseignants sont des "fonctionnaires" qui, à ce titre , doivent "fonctionner" dans un système et "faire fonctionner" un système qui dépend du politique....

Mais les enseignants n'en sont pas moins des "hommes"... qui, lorsqu'ils constatent des dysfonctionnements dont on les rend complice, doivent avoir les "coui... s" de s'opposer aux politiques qui déraisonnent.... et, depuis quelque temps, nous entendons les politiques nous dire eux-mêmes que, depuis trente ans au moins, ils se "plantent".

Mais les enseignants n'en sont pas moins des "femmes"... qui, lorsqu'elles voient des enfants dans la souffrance dont elles sont quelque part responsables, doivent avoir les "tripes " (en grec "tripa" signifie "trou"), nécessaires pour oser s'opposer aux politiques qui déraisonnent.

J'ai OSE.... on m'en a fait voir des "vertes et des pas mûres".... mais je sais avoir permis l'évolution du système éducatif, au mieux des intérêts des enfants qui en avaient le plus besoin....

J'aimerais que chaque enseignant, en 2006, puisse en dire autant !!!!

Cordialement

fourmi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.origines.fr.st
sympatik
Calife


Nombre de messages : 454
Date d'inscription : 29/12/2005

MessageSujet: Re: Privilèges, fraudes et éducation   Sam 9 Sep 2006 - 0:01

fourmi a écrit:

J'ai OSE.... on m'en a fait voir des "vertes et des pas mûres".... mais je sais avoir permis l'évolution du système éducatif, au mieux des intérêts des enfants qui en avaient le plus besoin....

Il n'est nullement question de mettre en cause votre travail ni votre courage professionnel.
Mais ce "on" que vous employez renvoie-t-il à l'institution en tant que telle, aux ministres qui se sont succédés, à vos collègues profs ?
J'entends bien que le corps enseignant est composé d'une somme d'individus qui sont chacun un petit maillon de la grande chaîne.
Mais ce sont précisément des individus... pas des surhommes.
Cela dit, je doute que la majorité n'aient pas ressenti une forme de "vocation" car il me semble sinon impossible de faire cours pendant 30 ans comme on tamponne des papiers dans un bureau.

fourmi a écrit:
J'aimerais que chaque enseignant, en 2006, puisse en dire autant !!!!

Il y a comme partout des gens moins motivés ou moins dévoués... et j'admets que nous ne sommes plus au temps des hussards noirs de la république.
Mais ce ne sont pas les profs qui organisent les concours de recrutement ou qui ont par exemple décidé de la création des IUFM (et du contenu des cours aux "élèves enseignants").
Quand ils réclament depuis des lustres d'avoir moins d'élèves par classe, ce n'est pas pour avoir moins à travailler mais probablement pour pouvoir mieux transmettre le savoir... je reconnais toutefois que certains peuvent avoir une vision quelque peu élitiste de cette transmission et prendre de haut (à tort) les élèves apparemment inadaptés au système scolaire "classique", en les laissant près du radiateur au fond de la classe.
Cela me semble toutefois un autre débat...

_________________
Le libéralisme, c'est le renard libre dans le poulailler libre - Jean Jaurès
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fourmi
second secretaire
second secretaire


Nombre de messages : 877
Age : 67
Localisation : Agii Deka (Crète)
Date d'inscription : 21/12/2005

MessageSujet: Re: Privilèges, fraudes et éducation   Sam 9 Sep 2006 - 0:18

Je pensais avoir été clair sur le "on".... si ce n'est que je n'ai pas dit que ce "on" n'avait ce pouvoir que parce que la société, dans son ensemble, ne se posait pas plus de questions que cela sur les INJUSTICES qu'elle génère et qui frappe, d'abord, les enfants !

Quant aux enseignants, le jour où ils apporteront les preuves de l'efficacité de leurs compétences en menant leurs élèves à la réussite quelle que soit cette réussite, alors ils pourront demander davantage de moyens.... car le premier moyen dont ils disposent, en théorie, est leur VOCATION....

Aimer un enfant et avoir pour objectif de lui apporter le meilleur est la base d'une VOCATION d'enseignant...

Penser qu'un enfant est "incapable", "rebelle", "opposant" , etc... est une hérésie pour un enseignant qui ne doit qu'exploiter le moindre aspect positif de l'èlève qui lui est confié !!!

Cordialement

fourmi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.origines.fr.st
le libér
Invité



MessageSujet: Re: Privilèges, fraudes et éducation   Sam 9 Sep 2006 - 0:53

sympatik a écrit:
Le Libéral a écrit:
les "enfants des milieux défavorisés sont des petits malheureux intellectuellement déficients".

Personne n'a jamais prétendu cela... mais entre un gosse dont les parents ont une bibliothèque bien fournie (et un porte-feuille assez garni) et un autre dont les parents maîtrisent mal voire pas le français et qui vit dans un F2 au 12e étage d'une tour de cité, vous me permettrez de penser que les 2 ne partent pas vraiment à armes égales en entrant à l'école.
Ca n'empêche pas de belles réussites individuelles (mon propre père est issu d'un milieu très modeste, ce qui ne l'a pas empêché de mener de + brillantes études que moi) mais si on regarde les statistiques globales, force est de constater que l'appartenance sociale est une source de clivages importants.
Le nier serait non seulement irréaliste mais porteur de politiques suicidaires.

Et la choucroute?
Revenir en haut Aller en bas
fourmi
second secretaire
second secretaire


Nombre de messages : 877
Age : 67
Localisation : Agii Deka (Crète)
Date d'inscription : 21/12/2005

MessageSujet: Re: Privilèges, fraudes et éducation   Sam 9 Sep 2006 - 8:29

Citation :
Et la choucroute?

Vous feriez mieux de la manger : on ne parle pas quand on a la bouche pleine et, ainsi, on s'abstient de dire ce qu'il vaudrait mieux ne pas dire .

Cordialement

fourmi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.origines.fr.st
lekhan
bavard
bavard


Nombre de messages : 162
Age : 27
Localisation : Poitiers
Date d'inscription : 13/05/2006

MessageSujet: Re: Privilèges, fraudes et éducation   Sam 9 Sep 2006 - 11:23

Le Libéral a écrit:
sympatik a écrit:
Le Libéral a écrit:
les "enfants des milieux défavorisés sont des petits malheureux intellectuellement déficients".

Personne n'a jamais prétendu cela... mais entre un gosse dont les parents ont une bibliothèque bien fournie (et un porte-feuille assez garni) et un autre dont les parents maîtrisent mal voire pas le français et qui vit dans un F2 au 12e étage d'une tour de cité, vous me permettrez de penser que les 2 ne partent pas vraiment à armes égales en entrant à l'école.
Ca n'empêche pas de belles réussites individuelles (mon propre père est issu d'un milieu très modeste, ce qui ne l'a pas empêché de mener de + brillantes études que moi) mais si on regarde les statistiques globales, force est de constater que l'appartenance sociale est une source de clivages importants.
Le nier serait non seulement irréaliste mais porteur de politiques suicidaires.

Et la choucroute?

À vrai dire je crois qu'on touche là au fameux problème de considération. La considération du résultat, et le jugement des capacités. Est-ce forcement comme cela qu'il faut procéder pour rendre intelligent par l'école? La question n'est elle pas plutôt comment faire en sorte que la carte scolaire serve à une mixité social et l'épanouissement de chaque élève?
Il me semble que ce débat sur la carte scolaire et comme le dirait notre cher libéral, de la cosmétique(on reprend le capitaine Ziglou?). Le vrai problême est de rendre vraiment l'école égalitaire et ça passe par une carte scolaire, je le pense tout du moins. La carte scolaire permet de ne pas renfermer certains quartiers sur eux même. Par contre si elle est contournée c'est que l'éducation n'est pas la même partout c'est là qu'il faut travailler.
Alors les vrais débats seraient plutôt je pense l'allégement et la refonte des emplois du temps, ou comment placé la réflexion et l'analyse au centre de l'apprentissage.
Je pense que ça passe aussi par une vraie sectorisation des filiéres générales. Le fond est peut être aussi la formation des professeurs.

La carte scolaire est un débat vraiment cosmétique(peut être) mais au moins il permet encore de souelver les vrais problèmes de l'éducation nationale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://collectif-ennui.blogspot.com/
sympatik
Calife


Nombre de messages : 454
Date d'inscription : 29/12/2005

MessageSujet: Re: Privilèges, fraudes et éducation   Sam 9 Sep 2006 - 22:58

Le Libéral a écrit:

Et la choucroute?

Et les clichés (d'Ivan Rioufol) ?
Rolling Eyes

Cela dit, n'hésitez pas à répondre sur le fond et à contredire mes propos, si vous avez des arguments, je ne prétends pas détenir la bonne parole divine.

_________________
Le libéralisme, c'est le renard libre dans le poulailler libre - Jean Jaurès
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
le libér
Invité



MessageSujet: Re: Privilèges, fraudes et éducation   Lun 11 Sep 2006 - 15:25

la carte scolaire renferme justement les quartiers sur eux. C'est une ségrégation honteuse, de nouveaux ghettos. Ceux qui en ont les moyens partent, seuls restent ce qui ne peuvent partir. Les gens motivés resteront et cela augmentera la mixité sociale quand ils sauront qu'habiter là ne les condamne pas à aller dans tel college puis tel lycée sans que leur mérite personnel puisse rien y changer!

La justice sera rétablie quand grâce à leurs mérites ils pourront intégrer les meilleurs établissements pour eux et ne seront plus condamnés à une ségrégation infâme qui rappelle d'affreux souvenirs
Revenir en haut Aller en bas
MP
membre éminent de l'opposition


Nombre de messages : 581
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 13/09/2006

MessageSujet: Re: Privilèges, fraudes et éducation   Mer 13 Sep 2006 - 9:59

Vu de Belgique, votre casernement forcé rappelle celui ses serfs attachés à la glèbe ... Smile

Cette "carte scolaire" est de toute évidence destinée à ce que les établissements d'enseignement les plus médiocres ne voient pas diminuer le nombre de leurs élèves.

Cette absence de concurrence décourage les meilleurs et fait survivre les pires. Et chacun d'évacuer le débat sur la liberté, et le droit à la qualité.

Autre incidence, celui sur le prix de l'immobilier : sachant que leur domicile conditionnera l'avenir de leurs enfants, les gens se ruinent pour s'installer à proximité de bonnes écoles.

Comment un pays dit intelligent peut-il accepter une telle vassalité préjudiciable ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Privilèges, fraudes et éducation   Aujourd'hui à 23:24

Revenir en haut Aller en bas
 
Privilèges, fraudes et éducation
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» l'éducation de son enfant sans frustration
» Quand l'éducation "alternative" isole...
» éducation, sv, pression sociale
» Roselyne Bachelot, a couvert les fraudes des pharmaciens
» Quel type d'éducation pour les enfants issus de l'immigration?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ecologie-Intelligence-Solidarité :: Humanités :: Pédagogie-
Sauter vers: