Ecologie-Intelligence-Solidarité

Pour la fondation d'une France bâtie sur l'intelligence.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 10 ans de réformes de l'Etat providence américain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
le libér
Invité



MessageSujet: 10 ans de réformes de l'Etat providence américain   Lun 28 Aoû 2006 - 17:11

La semaine dernière, on fêtait aux États-Unis les dix ans de la réforme de l'État providence. En effet, c'est le 22 août 1996 que Clinton signa le Personal Responsibility and Work Opportunity Reconciliation Act. Deux articles - « The Critics Were Wrong: Welfare Reform Turns 10 » et « Welfare Reform is Working » (voir aussi « The Continuing Good News About Welfare Reform » - analysent cette législation grâce à laquelle s'effectua le changement le plus profond de la politique fédérale de « bien-être » des trente dernières années, en établissant des limites temporelles pour être bénéficiaire de celle-ci et des requis exigés pour percevoir des allocations familiales (recherche guidée d'un emploi, de travaux pour la communauté ou de cours d'apprentissage).

Comme il fallait s'y attendre quand il s'agit de ce genre de mesure, le secteur « progressiste » ne manqua pas de pousser des cris d'orfraies, qualifiant de désastreuse cette loi. On arriva à prédire que cette dernière jetterait des millions d'enfants dans la misère, que les familles se désagrégeraient, que les salaires descendraient à des niveaux jamais vus, que les rues se rempliraient d'enfants affamés et sans foyer, qui pourraient se voir réduits à la prostitution pour pouvoir manger, que les commerces fermeraient en masse et que la mortalité infantile exploserait.

Dix ans plus tard, une première évaluation permet - comme on pouvait s'y attendre - de qualifier cette réforme de franc succès :

* Trois millions et demi de personnes sont sorties de la pauvreté, alors que les prévisions gauchistes tablaient sur une augmentation de 2,6 millions de pauvres. Dit d'une autre manière, le taux relatif est descendu de 13,8% à 11,7%.
* Depuis 1996, ce sont 1,6 millions d'enfants qui sont sortis de la pauvreté, alors que les prévisions catastrophiques annonçaient une augmentation d'un million.
* La diminution la plus importante de la pauvreté infantile a eu lieu au sein de la population infantile noire, faisant sortir celle-ci de la stagnation où elle croupissait depuis 1970.
* La pauvreté infantile parmi les enfants des mères célibataires a diminué de 10%.
* L'emploi parmi les mères qui ne se sont jamais mariées a augmenté de 50%. Parmi les mères célibataires qui abandonnèrent les études, l'augmentation a été de deux tiers, et parmi les jeunes mères célibataires (18-24 ans), le double.
* Les cas de pauvreté sévère (revenus inférieurs à la moitié du seuil de pauvreté) parmi les enfants sont descendus à 800.000.

Les premiers jobs que trouvent ceux qui ont abandonné le « welfare state » offrent un salaire qui tourne autour de 16.000 dollars par an. Salaires qui augmentent au fur et à mesure de l'expérience acquise. Cette amélioration est observée par les personnes elles-mêmes, qui, dans leur grande majorité, estiment que leur situation économique va s'améliorer dans les cinq années suivants leur renonciation aux subsides.

Face à l'interprétation qui veut que cette amélioration soit due à la réforme de 1996, d'aucuns suggèrent que la cause de cette dernière doit être trouvée dans la bonne situation économique dont jouissent les États-Unis depuis les années '90. Cette dernière théorie peut être réfutée en étudiant l'évolution des indicateurs depuis les années '50. Depuis cette date, ont existé des périodes de croissance comme de contraction de l'économie. En les analysant, on observe qu'aussi bien durant les périodes d'expansion économique que de récession les aides ne cessèrent d'augmenter. Cependant, à partir des années '90, la situation s'inverse et la croissance économique est accompagnée d'une diminution des aides et d'une augmentation des revenus des secteurs les plus pauvres. Par ailleurs, si on étudie l'augmentation des revenus dans la population avec des enfants des classes moyennes et inférieures, on observe que l'augmentation est supérieure chez ces derniers. De même, comme la loi octroyait plus d'autonomie aux États, on a observé que ceux qui offraient plus d'incitants au travail notaient une augmentation des revenus plus forte que dans les États où ces incitants étaient plus faibles.

Il y a 20 ans, Jimmy Carter affirma : « the welfare system is anti-work, anti-family, inequitable in its treatment of the poor and wasteful of the taxpayers’ dollars ». En analysant ces données et les bons résultats de la réforme, on ne peut que lui donner raison. Car les pauvres ne sont pas des handicapés, comme feignent de le croire les bureaucrates et les politiciens, mais bien des personnes capables de penser, de se préoccuper de leur famille et de prendre les décisions qui leur sont les plus bénéfiques, ne demandant que l'État ne les empêche pas de connaître le succès. Quand l'État ne met pas des bâtons dans les roues en empêchant les gens de travailler et lorqu'il élimine les incitants à ne pas travailler, les gens, que jusqu'alors on considérait comme indigents, démontrent qu'ils ne le sont pas, en se levant et en résolvant leurs propres problèmes de manière plus satisfaisante que le ferait n'importe quel bureaucrate.

Bien entendu, cette loi n'est pas la panacée. Il y a encore beaucoup à faire et beaucoup de lois empêchent toujours les pauvres de prendre eux-mêmes leurs propres décisions, à la place des bureaucrates. Sans doute, la réforme la plus nécessaire serait de permettre que les parents puissent choisir l'école de leurs enfants, afin d'avoir plus d'opportunités pour que ces derniers reçoivent l'éducation la plus adéquate qui leur ouvrira le plus de portes, au lieu d'être condamné à l'école que désignera le fonctionnaire de service, qui ne connaît ni l'école, ni les parents, ni les professeurs, ni les enfants, pouvant très difficilement, ainsi, prendre la meilleure décision.

Sources: Les chroniques patagones, http://chroniquespatagones.blogspirit.com
Revenir en haut Aller en bas
lomig
second conseiller
second conseiller


Nombre de messages : 466
Age : 33
Localisation : Les Ravenelles
Date d'inscription : 18/05/2006

MessageSujet: Re: 10 ans de réformes de l'Etat providence américain   Lun 28 Aoû 2006 - 20:32

c'est étonnant: les études indépendantes disent le contraire... Par souci d objectivité, je ne crois jamais les études d un gouvernement, seulement les études indépendantes: or que disent-elles?

que les travailleurs pauvres augmentent de plus en plus, que les protections diminuent que les chômeurs sont moins nombreux, mais les précaires ont été multipliés: c est simple: les propriétaires surveillent leur bien et laissent les modestes sentretuer pour survivre...

http://www.homme-moderne.org/societe/socio/wacquant/pature.html

ça se passe de commentaires...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spaces.msn.com/lomig1983/
le libér
Invité



MessageSujet: Re: 10 ans de réformes de l'Etat providence américain   Lun 28 Aoû 2006 - 20:36

Tu as bien raison, mieux vaut croire un français qu'un américain sur la situation américaine..

J'admirerais l'aveuglement de certains si il ne menait pas notre pays droit à la faillite
Revenir en haut Aller en bas
lomig
second conseiller
second conseiller


Nombre de messages : 466
Age : 33
Localisation : Les Ravenelles
Date d'inscription : 18/05/2006

MessageSujet: Re: 10 ans de réformes de l'Etat providence américain   Lun 28 Aoû 2006 - 20:44

hum hum la personne en question est prof à Berkeley, c'est un des intellectuels les plus reconnus aux USA... pas de bol... et je ne vois pas pourquoi il aurait tort: lui au moins, n'oublie aucune variable, ne se fie pas aux données des centres de chômage, surtout si ça fonctionne comme en France... Qui plus est, c'est son domaine d'études les USA. Si tu savais le nombre d'américains qui connaissent mieux la France que toi et moi... et pourtant, le cas échéant, je leur ferais confiance. La différence entre Loïc Wacquant et ton amerloque, c'est que Wacquant est un scientifique. L'autre est un idéologue. La différence de statut explique tout...

Le fonctionnement de l'ANPE est fabuleux: on t'envoie tous les mois une demande pour que tu viennes à un RDV: tu ne réponds pas, tu es exclu des listes. Tu réponds, tu vas à un entretien: tu n'y vas pas, tu es exclu des listes. On te propose une formation, si elle ne te regarde en rien et que tu n'y vas pas, tu es exclu des listes. Si tu fais la formation en question, on t'enlève des listes, puisqu'on considère que tu as retrouvé un emploi. Et dire que la France s'inspire du modèle étasunien...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spaces.msn.com/lomig1983/
le libér
Invité



MessageSujet: Re: 10 ans de réformes de l'Etat providence américain   Lun 28 Aoû 2006 - 20:45

Le Libéral a écrit:
J'admirerais l'aveuglement de certains si il ne menait pas notre pays droit à la faillite
Revenir en haut Aller en bas
lomig
second conseiller
second conseiller


Nombre de messages : 466
Age : 33
Localisation : Les Ravenelles
Date d'inscription : 18/05/2006

MessageSujet: Re: 10 ans de réformes de l'Etat providence américain   Lun 28 Aoû 2006 - 20:48

j'admire ton aveuglement, dans ce cas. et celui des économistes américains, qui n'arrivent pas à prendre en compte le social ou le capital humain, contrairement aux sociologues et autres. Les économistes sont els intellectuels les plus narrow-minded...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spaces.msn.com/lomig1983/
le libér
Invité



MessageSujet: Re: 10 ans de réformes de l'Etat providence américain   Lun 28 Aoû 2006 - 20:49

Le Libéral a écrit:
J'admirerais l'aveuglement de certains si il ne menait pas notre pays droit à la faillite
Revenir en haut Aller en bas
lekhan
bavard
bavard


Nombre de messages : 162
Age : 27
Localisation : Poitiers
Date d'inscription : 13/05/2006

MessageSujet: Re: 10 ans de réformes de l'Etat providence américain   Sam 9 Sep 2006 - 11:47

Hum dis donc il y a une grosse erreur de notion rien que dans le titre de ton topic. Etat "providence" Américain?

"L’État-providence est une conception du rôle de l’État, qui lui attribue le devoir de jouer un rôle actif dans la promotion de la croissance économique, de fournir une protection sociale aux citoyens, et de corriger les injustices sociales résultant de l’économie de marché. L’État providence s’oppose à la vision d’un État gendarme, dans laquelle l’intervention publique se limite aux fonctions dites régaliennes (police, armée, justice) et va plus loin que les propositions habituellement défendues par les libéraux"

J'avoue qu'a un niveau du rôle dans la croissance économique les USA sont peut être un modèle d'état providence. Mais pour le reste j'en doute très mais alors très fortement. D'autant que son intervention sur les marchés économiques est tés très limités, si ce n'est quelques subventions, y a t'il une véritable volonté ?

Corriger les injustices sociales, c'est rappé, il y a 100 millions de précaires aux USA je te le rappel.

Fournir une protection sociale, il 'ny en a aucune digne de ce nom aux USA.

Rien que là dessus, c'est une grosse erreur d'associer ce qui est un idéal quasi socialiste, à une politique libéral(que tu le veuilles ou non les experts s'y accordent).

Ensuite voir dans les USA la lumière qui manque pour guider notre monde est dangereux.

Comment peut on encore prôner une croissance infinie sur un monde aux ressources finis dont on commence à voir largement les limites. Comment peut on encore penser qu'un modèle de surconsommation est notre salut? On a absolument pas les moyens de soutenir ce genre de politique. Soyons réaliste Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://collectif-ennui.blogspot.com/
sympatik
Calife


Nombre de messages : 454
Date d'inscription : 29/12/2005

MessageSujet: Re: 10 ans de réformes de l'Etat providence américain   Sam 9 Sep 2006 - 23:22

Le Libéral a écrit:

Dix ans plus tard, une première évaluation permet - comme on pouvait s'y attendre - de qualifier cette réforme de franc succès :

* Trois millions et demi de personnes sont sorties de la pauvreté, alors que les prévisions gauchistes tablaient sur une augmentation de 2,6 millions de pauvres. Dit d'une autre manière, le taux relatif est descendu de 13,8% à 11,7%.
* Depuis 1996, ce sont 1,6 millions d'enfants qui sont sortis de la pauvreté, alors que les prévisions catastrophiques annonçaient une augmentation d'un million.
* La diminution la plus importante de la pauvreté infantile a eu lieu au sein de la population infantile noire, faisant sortir celle-ci de la stagnation où elle croupissait depuis 1970.
* La pauvreté infantile parmi les enfants des mères célibataires a diminué de 10%.
* L'emploi parmi les mères qui ne se sont jamais mariées a augmenté de 50%. Parmi les mères célibataires qui abandonnèrent les études, l'augmentation a été de deux tiers, et parmi les jeunes mères célibataires (18-24 ans), le double.
* Les cas de pauvreté sévère (revenus inférieurs à la moitié du seuil de pauvreté) parmi les enfants sont descendus à 800.000.

Sources ???
Etrange en tout cas que des instituts américains (fédéraux ou privés) ne recoupent pas les informations du blog que tu cites.

Citation :
Les inégalités s'accroissent aux Etats-Unis
LE MONDE | 31.08.06 | 13h53

Malgré la croissance vigoureuse, la pauvreté stagne aux Etats-Unis. Ils sont 36,950 millions d'Américains, en 2005, à ne pas avoir assez d'argent pour vivre décemment, soit un Américain sur huit, selon le rapport rendu public, mardi 29 août, par le bureau du recensement américain (US Census Bureau). Pour la première fois en quatre ans, la proportion de la population des Etats-Unis dont les revenus annuels sont inférieurs à 9 973 dollars (7 769 euros) pour une personne seule ou à 19 971 dollars pour un ménage de quatre personnes n'augmente pas. Mais cette stagnation cache des disparités croissantes.

Si l'on regarde la répartition de la pauvreté en fonction de l'appartenance ethnique, les variations sont significatives pour deux communautés. La proportion d'Afro-Américains ou d'Hispaniques sous le seuil est restée inchangée, respectivement à 24,9 % et 21,8 %. En revanche, la situation s'est dégradée pour la population d'origine asiatique, à 11,1 % de la population totale, contre 9,8 % en 2004. Seule la communauté blanche a vu sa situation s'améliorer, avec un taux qui est tombé à 8,3 %, contre 8,7 % en 2004.

Du côté des revenus, le mouvement est légèrement à la hausse. Pour la première fois depuis 1999, le revenu médian a augmenté de 1,1 % en 2005 par rapport à l'année précédente, à 46 326 dollars annuels. Mais pris individuellement, le salaire médian réel a baissé. Pour les hommes de plus de 15 ans, travaillant à plein temps, il a diminué de 1,8 %, à 41 386 dollars et pour les femmes de 1,3 %, à 31 858 dollars. Pour se maintenir au même niveau, les Américains, et en particulier les femmes, en sont réduits à augmenter le nombre d'heures travaillées, souligne Christophe Boucher, chercheur à l'Ecole supérieure de gestion (ESG).

EXCÈS DES DIRIGEANTS

Les Noirs sont les plus touchés par l'inégalité des revenus. Le revenu médian annuel s'établit à 30 858 dollars en 2005 pour les Afro-Américains, contre 35 967 pour les Hispaniques, et à 50 784 dollars pour les Blancs.

Les critiques concernant les chiffres du gouvernement portent sur le calcul de ce seuil qui, depuis les années 1930, est fonction d'un panier de biens alimentaires qui exclut tout autre poste de dépenses.

Plusieurs enquêtes mettent surtout en avant l'augmentation des inégalités. Selon une étude conjointe de l'Institute for Policy Studies et de l'association United for a Fair Economy sur les excès des dirigeants américains, la part de la croissance qui profite aux salariés est en constante diminution. Plus encore que les actionnaires ou les investisseurs, les dirigeants des grandes entreprises en sont les principaux bénéficiaires.

L'écart de rémunération entre un PDG et un salarié aux Etats-Unis de 1 à 40 en 1980, est passé de 1 à 411 en 2005. D'après les cosignataires du rapport, le salaire minimum actuel de 5,15 dollars aurait été de 22,61 dollars en 2005, s'il avait suivi la même évolution. "Par ce calcul symbolique, nous avons voulu souligner l'importance de cet écart", explique Sarah Anderson, codirectrice des recherches à l'Institute for Policy Studies.

En un an, la situation des Américains s'est encore dégradée en ce qui concerne la couverture de santé. D'après l'enquête du US Census Bureau, 1,3 million de personnes, dont 961 000 salariés, ont rejoint, en 2005, les rangs des Américains sans assurance-maladie. Sur un total de 46,6 millions en 2005, les salariés à travailler pour une entreprise qui ne prend pas en charge leur assurance-maladie, système le plus courant aux Etats-Unis, sont de plus en plus nombreux.

"L'économie est en bonne santé et pourtant les travailleurs à temps plein qui devraient en recueillir les fruits sont de moins en moins protégés", s'étonne Elise Gould, de l'Economic Policy Institute. Sur les cinq dernières années, la croissance du produit intérieur brut (PIB) a atteint 12,5 %, et celle de la productivité horaire 16,6 %, tandis que le revenu annuel médian d'un ménage n'a pas retrouvé son niveau de 2000, et le taux de pauvreté de 12,6 % dépasse le taux de 11,3 % atteint il y a cinq ans.

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3234,36-808199,0.html?xtor=RSS-3234

_________________
Le libéralisme, c'est le renard libre dans le poulailler libre - Jean Jaurès
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 10 ans de réformes de l'Etat providence américain   Aujourd'hui à 3:16

Revenir en haut Aller en bas
 
10 ans de réformes de l'Etat providence américain
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (SUISSE) Les archives de l'Etat de Genève en ligne
» Blogger, supôt de l'Etat Français ?
» ARMES ,TRAFIC et RAISON D'ETAT
» Un "Etat fédéral" commun séduirait 42 % des Nordiques
» achat mac etat unis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ecologie-Intelligence-Solidarité :: Politique :: Economie et Social-
Sauter vers: