Ecologie-Intelligence-Solidarité

Pour la fondation d'une France bâtie sur l'intelligence.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 L'évolution anthropogénétique de l'homme selon Sloterdijk

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
lomig
second conseiller
second conseiller


Nombre de messages : 466
Age : 33
Localisation : Les Ravenelles
Date d'inscription : 18/05/2006

MessageSujet: Re: L'évolution anthropogénétique de l'homme selon Sloterdijk   Mer 7 Juin 2006 - 21:48

regarde Fourmi, t'as pas tout lu:
Citation :
hum... oui, je n'avais pas vu ce qu'était l'intelligence émotionnelle. Remarque, maintenant c'est fait (ça me déçoit, même, je croyais que c'était une discipline scientifique). C'est une forme d'idéologie qui vise à faire croire qu'il y aurait (de même qu'il y aurait une intelligence quantifiable, unimodale et innée), une intelligence émotionnelle quantifiable, unimodale et innée. Ce qui est déjà, foncièrement faux (mêm raisonnement qu'avec l'intelligence normale, désolé, je me foule plus).
<--tu vois, ça tu aurais du le noter...
Donc, erreur méthodologique (j'en ai déjà parlé ailleurs dans un autre post, pourquoi Fourmi, veux-tu que je me répète inlassablement?)

"l'intelligence" est mise au service de fins purement culturelles (la maîtrise, l'harmonie) selon des critères qui dépendent de l'histoire occidentale, mais avec un peu de jugeotte, il suffit de me lire pour le savoir, et de voir qu'il ne s'agit pas de faire travailler une capacité naturelle, mais bien d'apprendre aux gens une capacité à vivre en société, à être productif, etc.

Citation :
Ensuite, cette théorie sert de fondement à l'utilisation d'une idéologie plutôt douteuse qui serait donc à la mode (rappelons-le: désenchantement du monde, chute des méta-récits: l'éthique plie sur elle-même et redevient personnelle favorisant l'introspection, et tutti quanti: ce qui signifie qu'elle n'existe que dans des pays où les fonctions magico-mythiques ont à peu près disparu, pays donc occidentaux ou "occidentalisés" (colonialisme ou post-colonialisme)
Enfin, l'intelligence émotionnelle est ENSEIGNÈE dans bien des endroits pour créer une sphère harmonieuse au boulot ou en famille. Or vous noterez que l'harmonie au boulot et en famille ne dépend pas de facteurs naturels, mais bien d'une organisation de type humaine.
alors un enseignement qui te parle d'utiliser des facteurs "naturels" pour ariver à une entente "naturelle" c'est du foutage de geule complet!: rien que la preuve que c'est idéologique et dépendant des schémas de la famille et du rendement au travail: sachant qu'il n'y a pas d'idéal dnas la matière qui soit universel et vrai, mais plutôt des schémas qui correspndent à ce qui DEVRAIT (<-- Fourmi, note: ça c'est une prescription, donc ce n'est pas un énoncé scientifique puisque l'énoncé scientifique ne peut qu'être descriptif et explicatif et non prescriptif ou normatif, capito? Bene!) être le bonheur.

Bref, ce que l'on appelle l'intelligence émotionnelle est créé de toutes pièces par des hommes de peu de probité intellectuelle pour justifier leur idéologie. le point de vue métaphysique qui saucissonne tout ça, c'est le fait que l'on suppose qu'il y a une forme de communication bienveillante et naturelle créée par les affects, alors que historiquement, sociologiquement, ethnologiquement, psychologiquement, c'est faux.
Cela dépend de conditions matérielles, et psychologiques et idéologiques (lisez me sposts sur Elias, ou lisez du Elias: c'est du aux écarts géographiques, hiérarchiques et donc à l'autopositionement des acteurs qui se sentent plus proches ou pas de certaines personnes qui avant étaient inexistants: je pense aux esclaves en rèce antique: ce n'étaient pas des hommes, pas grand monde ne ressentait d'empathie particulière). il y a donc une déviation claire et nette d'une pseudo-science qui aspire à la légitimité quand elle ne s'applique qu'à des cadres moyens ou supérieurs!!! C'est merveilleux.

Tu sais pour le Goleman, ou Colemen, c'est bien de lui que je parle. Les charlatans existent, tu sais. Et même en sociologie ou en philosophie post-moderne, je suis bien placé pour le savoir. Mais en l'occurrence, un mec qui dit autant de conneries, et dont la critique est tellement aisée, comment se fait-il que le sens critique ne soit pas mis à l'épreuve???

Bon, je vous laisse, je répondrais ce soir encore, je n'ai pas terminé. Si je dois faire un examen attentif des troupes, je vais y aller férocement.
Fourmi: laisse mes soubassements irrationnels: ils font partie de mon psychisme, pas de l'histoire des sciences et de leur progrès actuel. Va falloir aprendre à différencier les actes, les paroles et les personnes qui les font... C'est long et fastidieux, mais en général ça s'apprend assez tôt...

tiens, preuve formelle:
"Toutes personnes préoccupées par le devenir de l'humanité partagent l'objectif de l'intelligence émotionnelle qui est d'oeuvrer à la réalisation d'un monde de paix basé sur la maturité émotionnelle et la conscience spirituelle."
1. humanité, paix, maturité, conscience, "spirituel"=concepts métaphysiques
2. prescription et normativité
Avec ça, je vois pas où est la science, mais bon... de vous-mêmes, regardez ce qu'est l'intelligence émotionnelle et vous aurez mal à la glande pinéale!

L’ouvrage qui a popularisé le concept

"Daniel Goleman est psychologue et journaliste au New York Times, il est aujourd’hui le co-fondateur du Collectif pour l’apprentissage de l’intelligence émotionnelle au Centre d’études sur l’enfant de l’université de Yale. Il a popularisé le concept d’intelligence émotionnelle dans un best seller mondial (plus de 3 millions d’exemplaires vendus,traduction dans plus de 30 langues) : L’intelligence émotionnelle. Accepter ses émotions pour développer une intelligence nouvelle (voir la bibliographie). Paru tout d’abord aux États-Unis en 1995, cet ouvrage souligne notamment que des compétences humaines comme la maîtrise de soi, l’autodiscipline, la persévérance et l’empathie (être capable de se mettre à líunisson avec les sentiments díautrui) sont certaines des qualités indispensables qui déterminent la réussite de l’individu et que les enfants se doivent d’acquérir. Ces qualités dépendent essentiellement du fonctionnement des émotions chez l’individu (ses compétences émotionnelles) et impliquent des schémas de pensée sur lesquels ont peut intervenir en toute conscience."

réussite, progrès, éducation: que des schèmes purement occidentaux liés à notre idéologie... Bizarre pour un concept scientifique!!! c'est le gros problème de la psychologie: elle oublie trop souvent qu'elle est très ethnocentrique...

Bien, je me répète pour les mal-voyants: je ne dis pas que notre cerveau ne fonctionne pas en n'utilisant pas la glande pinéale, ou certaines parties du cerveau, mais je dis que tous ces sentiments que nous identifions comme naturels sont produits par des agencements spatio-temporels, psycho-sociologiques, physiologiques et idéologiques. A partir du moment où les sciences de la nature SEULES ne permettent pa de rendre compte et de systématiser un phénomène, c'est qu'il n'est pas universel!!!


Dernière édition par le Jeu 8 Juin 2006 - 10:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spaces.msn.com/lomig1983/
lomig
second conseiller
second conseiller


Nombre de messages : 466
Age : 33
Localisation : Les Ravenelles
Date d'inscription : 18/05/2006

MessageSujet: Re: L'évolution anthropogénétique de l'homme selon Sloterdijk   Mer 7 Juin 2006 - 22:47

pour ce qui est de la poétisation, oui, il y en a assez. En fait c'est parce que ses termes sont très pointus et utilisés sciemment, mais représentent des phénomènes qu'on a jamais vu sous cet angle: la luxuriance des corps... (plasticité cérébrale), et j'en passe. Oui, il avoue adorer la poésie.

Mais je le truve beaucoup plus clair que Nietzsche!! C'est si impénétrable que ça?

Ce que je lui reprocherais c'est d'avoir systématisé des systèmes scientifiques et d'avoir mis sa sauce un peu "vulgaire" dessus...



p.s: ne surestime pas ton pouvoir de surinterprétation Fourmi, je ne traite personne avec mépris, seulement, quand je vois des trucs un peu limites sur le plan scientifique, je le fais remarquer.(au plus proche de la réalité...on est plus aptes à discuter!)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spaces.msn.com/lomig1983/
stephane
Calife


Nombre de messages : 963
Localisation : paris
Date d'inscription : 20/12/2005

MessageSujet: Re: L'évolution anthropogénétique de l'homme selon Sloterdijk   Jeu 8 Juin 2006 - 19:11

Quand on tape intelligence emotionnelle sur Google, on tombe sur des sites quasi esoteriques qui n'ont rien à voir avec les études universitaires sur cette nouvelle discipline (enseignée en France à Paris V)
J'espere qu'il n'y a pas eu quiproquo...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lomig
second conseiller
second conseiller


Nombre de messages : 466
Age : 33
Localisation : Les Ravenelles
Date d'inscription : 18/05/2006

MessageSujet: Re: L'évolution anthropogénétique de l'homme selon Sloterdijk   Jeu 8 Juin 2006 - 20:07

Il ya trois définitions de l'ntelligence émotionnelle sur le net: la première, c'est, comme tu l'as dit, la dimension ésotérique, dont je me fous éperdument: par bonne foi, la première phrase sur la paix entre les peuples venait d'un site de ce genre.

Il y a une deuxième définition, c'est la définition du management: Comment utiliser les ressources émotinnelles pour amplifier la productivité, pour faciliter les rapports hiérarchiques, etc.

La dernière est la définition psychologique. Contrairement à ce que l'on pourrait penser, elle n'est pas scientifique, pour les raisons que j'ai énoncées précédemment, mais procède d'une volonté scientifique: La seule erreur est de tomber dans l'ethnocentrisme et le chronocentrisme, mais à la limite, on peut s'en foutre: on est au XXIe siècle et dans un pays développé. La seule erreur est de prendre comme naturel nos expressions émotionnelles complexes comme l'empathie.
La deuxième chose, c'est qu'il faut se méfier, et j'ai l'impression que les psychologues comme Goleman le font peu, des substantifications des phénomènes, et donc des substantifs utilisés comme "bonheur", "tristesse", "empathie", qui correspondent peut-être à des vocables étrangers mais dont les acceptions sont toalement différentes. (cette foutue illusion phénoménologique de l'unité substantielle: comme dire que certains sentiments humains sont universels parce que nos moues correspondent d'un pays à l'autre: il ya une distance énorme entre les deux énoncés!)

Citation :
"Paru tout d’abord aux États-Unis en 1995, cet ouvrage souligne notamment que des compétences humaines comme la maîtrise de soi, l’autodiscipline, la persévérance et l’empathie (être capable de se mettre à líunisson avec les sentiments díautrui) sont certaines des qualités indispensables qui déterminent la réussite de l’individu et que les enfants se doivent d’acquérir."

et ce passage me pose problème: 1. la maîtrise de soi, ce n'est plus l'enkrateia des stoïciens, c'est l'autocontrôle des affects, tel qu'il est déterminé par des conditions scio-psychologiques, et historiques.
La persévérance, je ne connais pas. L'autodiscipline suit le même schéma que la maîtrise de soi, et l'empathie dépend de la chute des barrières symboliques entre les individus. Je reste ferme sur mes positions: pour éprouver de l'empathie, il faut éprouver de la "mêmeté". Je n'éprouve aucune empathie pour les moustiques, surtout parce que je ne me mets pas à leur place, aussi parce qu'ils m'indiffèrent, et enfin parce que je n'y fais pas attention: il s'agit de la même logique dans les considérations de l'esclavage! (mais mieux encore, dans nos considérations sur l'immigration, la pauvreté, la délinquance et la population des prisons, etc: il y a le même "manque" (pardonnez la normativité) d'empathie dans la manière dont nous considérns nos semblables)
L'empathie fait partie d'un devoir-être ("au nom de notre humanité, modernisons les prisons"), fait partie d'un processus de "civilisation", (dans lequel elle est un fait social qui dépend de conditions déterminées et déterminantes psychologiquement, et enfin, l'empathie dépend des doubles liens physio-psychologiques, donc d'une définition biologique expliquant ce qui permet ce sentiment (bien que chimiquement, on n'arrive pas parfaitement à le cerner).

Le problème serait de projeter cette définition physiologique, chimico-électrique sur la vie sociale et sur sa naturalité, quand elle est inconnue de certaines populations. La question n'étant pas: "Puisque tous les cerveaux sont aptes, l'empathie est-elle naturelle?" mais bien plutôt "Comment se fait-il que si l'empathie est définie comme naturelle, de nombreuses poulations du monde n'éprouvent rien de similaire?"

Ensuite, je tenais à faire savoir que j'avais pu mener à un quiproquo, ou tout du moins à un malentendu, en parlant de l'empathie en sociologie sous deux angles différents dans deux posts différents: Il ya d'un côté l'empathie étudiée comme résultat de la chute des barrières symboliques, chute des écarts hiérarchiques entre individus, etc.
La deuxième définition, c'est celle, marginale, utilisée par Bourdieu pour qualifier la relation, lors d'un entretien qualitatif semi-dirigé, entre l'enquêteur et l'enquêté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spaces.msn.com/lomig1983/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'évolution anthropogénétique de l'homme selon Sloterdijk   Aujourd'hui à 3:17

Revenir en haut Aller en bas
 
L'évolution anthropogénétique de l'homme selon Sloterdijk
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Livre synthétique sur l'art d'écouter
» Les OGM, une seconde Révolution Verte. Sera-t-elle aussi meurtrière ?
» Documentaire: Darwin (R)évolution.
» Nouveautés/évolution sièges auto
» Révolution pacifiste en Islande ??

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ecologie-Intelligence-Solidarité :: Humanités :: Philosophie-
Sauter vers: